pub

Rechercher dans ce blog

samedi 21 juillet 2018

Janski Beeeats, la chronique dans le beat

Couverture de Janski Beeeats de Janski chez DelcourtTitre : Janski Beeeats
Auteurs : Janski (scénario et dessins)
Editeur : Delcourt
Collection : Une case en moins
Année : 2018
Pages : 192


Résumé :
Dans un monde moderne, un virus étrange, la Peste Violette, transforme les gens en créatures violettes, affamées et carnivores, amatrices de chair humaine ! Seule une cité, Tower City, a su se préserver de cette pandémie alors que le reste du monde est soit perdu, soit en quarantaine. Curieuse exception, un jeune homme, nommé Janski, souffre de la peste violette mais peut contrôler son mal s'il écoute de la musique.
Dernier espoir de l'humanité, Janski doit rejoindre Tower City pour dévoiler son existence et permettre de trouver un remède pour soigner la Peste Violette. Mais outre les pestiférés affamés, il y a d'autres obstacles inattendus qui attendent le jeune homme sur sa route. D'autres obstacles, mais aussi de curieux alliés...

Mon avis :
Une aventure complètement débridée où humour côtoie fin du monde et où univers post-apocalyptique rime avec music live battle !
Janski, l'auteur, se fait plaisir avec cette aventure et nous fait aussi plaisir. Même si certains rebondissements se révèlent un peu facile, l'auteur les assume et même les exploite pour en accentuer la dérision.
L'histoire nous permet de suivre Janski, son avatar, un personnage que Janski, l'auteur, semble aussi jouer sur scène lors de ses concerts. Oui, car il faut vous le préciser, la musique est un des fers de lance de ce polyvalent personnage.
L'auteur écrit et dessine, certes, mais il est aussi compositeur et interprète. Dans ses concerts, il porte un masque de petit démon. Et en plus de tout cela, il crée des animations 2D pour ses clips ou pour projeter lors de ses concerts.
Autant vous dire que la tâche de mener à bien cette BD n'était pas sans doute le pire des obstacles à surmonter pour cet artiste multivalent – si vous me passez le néologisme.
La fin du tome présente une galerie de photos qui permettent de mieux cerner l'auteur, mais aussi de mieux comprendre certains personnages secondaires intrigants de l'histoire. Je vous laisse le plaisir de la découverte.
Le récit suit une trame assez classique, mais cette dérision assumée la rend très plaisante et disons-le, absolument déjantée.
Janski ne s'autorise aucune limite, à part celle de ne pas faire une BD destinée à la jeunesse ! Donc, malgré cette couverture sympathique, une histoire à ne pas mettre entre toutes les mains.
Le personnage principal, avec sa maladie, malgré sa tête violette aux dents plantureuses, devient vite sympathique. Et surtout, il est le guide qui nous permet de découvrir ce monde où les méchants sont vraiment méchants et où les gentils sont très gentils. Heureusement, il existe des personnages dans la demi-mesure, ne fut-ce que pour faire ressortir l'aspect tranché du caractère de certains autres. 


Page de Janski Beeeats de Janski chez Delcourt
 
L'apparition du Sergent Jean-Serge

Avec un trait dynamique, Janski, le dessinateur donc, trace son histoire en sachant la faire exploser au moment opportun. L'action arrive très vite et on n'a pas le temps de s'endormir sur ses lauriers. La couverture parle d'elle-même, clavier Roland et explosion !
Les couleurs vives, éclatantes, surajoutent à la folie du récit. Et dans ce monde, la nuit, tous les chats ne sont pas gris et les explosions de couleur d'autant plus folles !

Janski Beeeats est une BD d'action échevelée en un tome. Sans prétention à part celle de faire exploser le compteur, elle vous offrira un beau voyage dans le monde délirant de Tower City au côté d'un personnage qui est à l'aube de son histoire !

Et on allait pas partir sans vous montrer la Bande-annonce des BD de une Case en moins :



Zéda rencontre Janski et le sergent Jean-Serge !

"RIS, GALON", strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur Janski Beeeats de Janski chez Delcourt


David


Inscrivez vous à notre newsletter :

vendredi 20 juillet 2018

Batman & the Justice League - tome 2

Batman & the Justice League - tome 2
Série: Batman & the Justice League - tome 2
Auteure: Shiori Teshirogi ( scénario et dessin )
Éditeur: Kana
Année: 2018
Nombre de pages: 192

Profitant d'un regain de force conféré par les Ley Lines, Ocean Master s'est défait des chaines qui le maintenaient prisonnier.
Tout droit sorti de sa prison sous-marine de Belle Reve, celui qui n'est autre que le frère d'Aquaman se dirige vers Gotham City où la puissance se concentre. Il souhaite ainsi se l’accaparer pour se venger et détruire les habitants la terre, au profit de son peuple aquatique.

Arrivé à Gotham, Ocean Master fera face à Batman, rapidement rejoint par Aquaman.
En difficulté et n'étant pas au maximum de son potentiel, Ocean Master battra en retraite, aidé par le Joker, pour mieux revenir plus tard.

Pour faire face à cette nouvelle menace qui plane sur Gotham City et sur la Terre, Batman devra faire appel à ses amis de la Justice League.

jeudi 19 juillet 2018

LES SURVIVANTS DE LA REVOLTE FINALE DE L'APOCALYPSE : L'ULTIME PROPHETIE DE LA SORBETIERE PERDUE, la chronique postapocalyptique

couverture de "LES SURVIVANTS DE LA REVOLTE FINALE DE L'APOCALYPSE : L'ULTIME PROPHETIE DE LA SORBETIERE PERDUE" par Allan Barte chez Delcourt
Titre : Les Survivants de la révolte finale de l'apocalypse : L'ultime prophétie de la sorbetière perdue
Auteurs : Allan Barte (scénario et dessins)
Éditeur : Delcourt
Collection : Tapas
Année : 2018
Pages : 112

Résumé :
Paris 2057. La couleur ne semble plus bien acceptée, les gens se promènent tout de blanc vêtus, surveillés par des policiers en bleu et noir. Un groupe de jeunes, menée par Shalindra et Bretzel, lancent la révolution. Comprenez par là, ils marchent à quatre copains sur le palais présidentiel. Heureusement, dans ce monde terne, tout le monde est gentil et du coup, les jeunes en colère ont vite fait de s'imposer. Mettant à jour le discours lénifiant du pouvoir en place, ils se rendent compte que tout n'est pas forcément que mensonge. Mais c'est pas grave, avec un fusil à pompe, on résout rapidement beaucoup de problèmes !

Mon avis :
Allan Barte nous offre une histoire absurde. Un monde où la bagarre est un art ancestral perdu que de rares personnes pratiquent et où la violence se limite à se faire tourner en dérision par un clown.
Et bien même dans ce monde-là, y a quand même des crétins pour venir foutre le souk ! Partant de ce postulat, l'auteur nous entraîne sur les pas d'un paumé qui se fait largement dépasser par les événements. 

mardi 17 juillet 2018

La soutenable Légèreté de l'être, la chronique légère

couverture de "LA SOUTENABLE LEGERETE DE L'ETRE" par Eléonore Costes et Karensac chez Delcourt
Titre : La Soutenable légèreté de l'être
Auteurs : Éléonore Costes (scénario), Karensac (dessins)
Éditeur : Delcourt
Collection : Une case en moins
Année : 2018
Pages : 96


Résumé :
Éléonore, dite Lolo, se sent mal dans sa tête. Mais surtout, elle souffre du ventre. Alors que toute sa famille, habituée à ses coups de déprime, ne s'inquiète pas plus que ça et l'abreuve de conseils pour aller mieux, Lolo carbure aux anti-dépresseurs pour ne pas sombrer dans la dépression. Il y a juste un petit souci – en plus du reste - , cette douleur abdominale ne passe pas. Et même empire. Alors, gros symptôme psychosomatique d'un trauma psychologique ou cancer en phase terminale ? Ou encore autre chose ?

Mon avis :
Une histoire inspirée de faits réels, voire même de souvenirs réels. Lolo peut être – ou pas – Éléonore Costes, son auteur. Ce que les photos de l'album de famille placées à la fin de la BD tendrait à confirmer. Mais qu'importe, parce qu'on s'attache très vite à ce petit bout de femme qui s'enfonce dans une spirale de déprime. Frappée le matin par le mal de vivre, parvenue tant bien que mal à ses trente ans, enfin, presque parvenue puisqu'elle va les avoir bientôt, Lolo va mal, mais alors pas bien du tout.
Tout serait très noir si ce récit n'était pas traité avec humour. Lolo et ses problèmes intestinaux parviennent à nous faire rire. Tout en gardant une trace d'inquiétude sur ce qui peut bien lui bloquer la digestion comme ça.
Les personnages qui l'entourent, et surtout ses parents, tentent de la soutenir. Mais il faut reconnaître qu'avec des parents comme ça, la vie peut être hilarante ou alors carrément angoissante. C'est dans le juste milieu que cette BD trouve son équilibre.
Le chemin que va parcourir Lolo, entre deux crises de douleur, quelques souvenirs d'enfance, et beaucoup de réflexions va lui permettre de trouver une porte de sortie. Mais un lourd chemin de croix – sans aucun sens religieux - attend cette petite héroïne, dont la sensibilité à fleur de peau lui rend la vie bien compliquée...