pub

Rechercher dans ce blog

dimanche 12 août 2018

Lou, Tome 2 : Mortebouse


Série : LOU
Titre : Mortebouse
Auteurs : Julien Neel
Editeur : Glénat
Année : 06/2005
Nombre de pages : 48 pages

Lou vit dans un appartement, avec sa mère et son chat comme seule famille. Avec une belle complicité, les deux filles partagent leur journée entre jeux vidéos, pizzas et karakoé, mais il ne faut pas oublier que Lou est une jeune adolescente, et à cet âge, les pensées se bousculent ! Comme chaque été désormais, dans cette bande-dessinée, Lou s'apprête à aller rendre visite à sa grand mère pendant plus d'un mois. Seul bémol, sa "mamie" habite à Mortebouse, un tout petit village français avec peu de commerces et surtout sans réseau ! Une véritable épreuve pour une jeune fille, mais Lou va finalement découvrir des nouveaux aspects de la vie à la campagne, pour son plus grand bonheur.




Dans cette BD, l'auteur réalise à la fois le dessin et le scénario. Les planches présentent une large palette de couleurs et le dessin est très soigné, les traits sont dynamiques et cette impression est renforcée par le lettrage, abondant. Les paysages de campagne, en rupture avec ceux de la ville sont également représentatifs.



J'ai choisi cette bande-dessinée comme mon coup de coeur des vacances, en effet on reste dans le thème avec une adolescente qui rend visite à sa grand mère, ce qui est fréquent pour les enfants aujourd'hui. Partie dans une optique négative du fait de la localisation de ses vacances, Lou va véritablement évoluer et reconsidérer cette ville. En évoluant ainsi, elle peut ainsi profiter pleinement de ses vacances et en profiter.

Marie


Inscrivez vous à notre newsletter :

samedi 11 août 2018

Play with me, la chronique innocente...

couverture de "Play with me" de Nicoletta Ceccoli chez Soleil
Titre : Play with me
Auteurs : Nicoletta Ceccoli (dessins)
Éditeur : Soleil
Collection : venusdea
Année : 2018
Pages : 120


Résumé :
Trois chapitres pour présenter certaines œuvres de Nicoletta Ceccoli. Acryliques sur papier, les dessins, crayonnés et peintures sont à différents formats, parfois un détail de l'un d'entre eux est mis en avant. Ce livre réunit des travaux réalisés entre 2012 et 2017 en quatre chapitres : « Candyland », « Wild Beauties », « Come play with me » et « Tales From wonderland ». Une introduction de Heidi Leigh nous plonge dans l'univers étrange de Nicoletta Ceccoli.

Mon avis :
Cet artbook, comme on dit maintenant, ne présente pas d'histoire au sens strict. C'est au hasard des thèmes lancés par les chapitres que ses œuvres sont classées. Mais des thématiques majeures se dégagent de ces étranges tableaux. Je citerai, au hasard de mon ressenti, l'enfance, les contes de fées, l'innocence et un étrange malaise issu de la mise en scène et de certaines situations.

Ce qui m'a le plus frappé dans les deux premiers chapitres, c'est une forme d'absence d'expression dans les visages des fillettes (car ce sont majoritairement de fillettes représentées) des tableaux. C'est à partir du chapitre trois que la tristesse, la crainte se peignent parfois dans les regards.

vendredi 10 août 2018

Hellina

Hellina un comics des éditions Tabou
Titre: Hellina
Auteurs: Jai Nitz (scénario), Gabriel Andrade (dessin) et Ricardo Silva (dessin)
Éditeur: Tabou
Année: 2017
Nombre de pages: 240

Hellina est une juge de paix des enfers, une "étoile du matin". Celle que les monstres en tout genre nomment l’adjudicatrice fait respecter les règles des enfers sur Terre, jusqu'au jour où elle tombe dans un piège.
Alors qu'elle tombe dans un piège et qu'elle allait mourir dans une explosion elle est invoquée in-extremis et par erreur par un couple qui voulait faire apparaître une succube avec qui coucher.

Hellina découvre donc que les pouvoirs qui la rendaient si puissante lui ont été enlevés. Elle partira alors en mission au cœur des enfers pour retrouver ses pouvoirs et découvrira qu'un complot bien plus grand se trame et que sa reine est en danger.

Suite à cette aventure, Hellina se retrouvera impliquée dans une guerre qui vise à récupéré un artefact magique, la septième trompette, afin de détrôner Scythe et prendre le pouvoir. L'objet qui était sous la protection de Pandora, est volé et fait courir un grave danger à l'humanité. En effet cette trompette est capable de sonner l'heure du jugement dernier, ce qui enverrait les âmes damnées tout droit en enfer.

jeudi 9 août 2018

Poèmes de Baudelaire en BD, la chronique maudite

couverture de "Poèmes de Baudelaire en BD" Collectif chez Petit à Petit 

Titre : Poèmes de Baudelaire en BD
Auteurs : Céka, Olivier Petit, Daniel Pecqueur, Alfred, Clod, Nathalie Bodin (scénario), François Duprat, Nathalie Bodin, Jean-Marc Stalner, Mathieu Labaye, Cyrille Meyer, Alfred, Espé, Clod, Tatiana Domas, Antoine Ronzon, Jean-Noël Criton, Benoît F., Obion, Alain Paillou, Vincent Dutreuil, Ludivine Stock (dessins), Derji, Catherine Moreau (couleurs), Christophe Renault (Textes), Michel Mabels (Documentaires) d'après des poèmes de Charles Baudelaire
Editeur : Petit à Petit
Année : 2017
Pages : 112





Résumé :
Seize poèmes de Charles Baudelaire mis en BD, issus des Fleurs du Mal, mais aussi du Spleen de Paris ou d'ailleurs. Seize poèmes entrecoupés d'articles relatant différents aspects de la vie de l'artiste suivant la chronologie baudelairienne : Sa famille, ses amis, ses femmes, son œuvre, sa mort. Chaque récit illustré est accompagné du poème entier et d'un encadré présentant une petite note sur Baudelaire.

Mon avis :
La magie de cette mise en image, exercice risqué sur une œuvre aussi littéraire, est qu'elle repose non seulement sur une illustration du poème mais aussi sur une histoire faisant écho à une interprétation possible du poème. L'action se passe dans différents époques et endroits, faisant ressortir ainsi l'universalité de Baudelaire.
Les récits optimistes ou pessimistes savent prendre de la distance et apporter un autre sens que la simple illustration, parfois le temps d'une case, ou de la chute. C'est là ce que permet avec finesse la poésie.
Quel plaisir de se plonger ou de se replonger dans ces poèmes. Et de voir ce que les auteurs, scénaristes et dessinateurs, en ont tiré, voire même en ont ressenti.