dimanche 23 juin 2024

Offrez-nous un café

Nirvana en BD, la chronique qui grogne

Nirvana en BD, la BD d’un mal-être

couverture de "NIRVANA" collectif paru chez Petit à petit

Titre : Nirvana en BD
Auteurs : Gaëts (scénario), Mr Tifabar, Simon Léturgie, Achile, Fabio Pellegrino, Domas, Marie-Clémence Gautier, Julien Akita, Vincent Trannoy, Miss Jena, Khaz, Ammo, Nadège Bories, Thomas Pons, Antoine Lamoureux, Jonathan Jourdenais, Matthieu Gaillard (dessins), Sophie Blitman (textes biographiques), Bast (couverture)
Éditeur : Petit à petit
Collection : Docu-BD
Année : 2019
Pages : 160

Résumé d’une histoire d’errance :

Aberdeen, petite ville à moins de deux cent miles de Seattle. Industrie forestière, taux de chômage élevé, pas d’issue. C’est là que grandit Kurt Donald Cobain, entre ses deux parents qui divorcent alors qu’il a neuf ans. Boddah, son ami imaginaire, ne le sauvera pas d’un mal-être qui va le suivre toute sa vie, même quand il se découvrira une passion pour la musique et qu’il montera un groupe qui va rencontrer un succès inattendu, Nirvana…

Le scénario d’une descente aux enfers :

Kurt Cobain n’a pas eu une vie facile, c’est le moins qu’on puisse dire. Comme il le dit lui-même, seules les années de sa première enfance auront été heureuses. Après, il va juste gérer son mal-être, quitter le foyer familial ou en être jeté, squatter chez des amis ou d’autres personnes, vivre de tout et de rien. Il va créer plusieurs groupes avant d’arriver à l’équilibre de Nirvana avec Krist Novoselic à la basse, Dave Grohl à la batterie et lui-même, chant et guitare. Il va aussi Fonder une famille avec Courtney Love, se débattre avec la drogue et finalement se suicider.
Kurt Cobain a laissé derrière lui son journal, qui permet sans doute de mieux le comprendre, une des sources bibliographiques de Gaëts et Sophie Blitman.
Mais comment être sûr de ce qui a traversé la tête de ce jeune homme mort à 27 ans, perdu entre la musique, qui ne lui procurait plus de plaisir et la drogue dont il ne parvenait pas à se sortir pour lutter contre un puissant malaise qu’on sent profondément au fil des pages de cette BD. Une histoire triste, touchante, malgré les éclats, les rivalités, l’humour aussi à certains moments. Une étoile filante dans le ciel de la musique, qui marquera le mouvement grunge et le rock en général.

Ce docu-BD se penche aussi, mais de manière plus restreinte, sur la vie des deux autres membres du groupe. Mais surtout, il aborde également la musique de Nirvana. On retrouve le groupe en studio et sur scène. Et si on ne profite pas du son, des références dans les parties documentaires nous permettent d’aller nous replonger dans ces chansons ou de découvrir des documentaires sur l’époque.
Le récit est découpé en seize chapitres, avec une accroche courte, quelques pages de BD, et deux pages de textes illustrés. Tous les chapitres sont dessinés par différentes personnes. Mais la partie documentaire et la partie BD se recoupent, se répètent, dans le même chapitre et parfois d’un chapitre à l’autre. Ce qui a tendance, pour moi, à diminuer le plaisir de la lecture. Mais heureusement, il y a le dessin, ou plutôt les dessins !

page de "NIRVANA" collectif paru chez Petit à petit
Mr Tifabar nous offre un dessin rouge et anguleux pour l’enfance de Kurt Cobain

Le dessin divers et toujours explosif :

De nombreux dessinateurs arrivent à exprimer graphiquement le mal-être de Kurt Cobain, citons au hasard Mr Tifabar, qui ouvre le bal avec un style noir et rouge, sombre, haché pour retracer l’enfance de Kurt à Aberdeen, Nadège Borgies, qui raconte la rivalité entre Kurt Cobain et Axl Rose des Guns and Roses dans un style presque désarticulé, avec des nappes de noir et de rouge furieusement jetées sur la planche ou encore le noir et blanc rugueux et hyper détaillé de Ammo, jouant sur des contrastes forts pour retracer les aléas de la naissance de la fille de Kurt Cobain et Courtney Love, Frances Bean.
Je pourrais continuer ainsi car chacun apporte sa patte bien différente des autres et crée ainsi une BD patchwork où le styles se heurtent, ce qui correspond parfaitement, sans doute, à la vie chaotique de Kurt Cobain, avec ses hauts, ses bas et ses très très bas.
Les moments plus heureux sont abordés avec des dessin plus posés, plus colorés, rompant encore plus avec les moments durs, comme le dessine Simon Léturgie pour la rencontre de Kurt Cobain avec le groupe des Melvins et plus tard avec Kris Novoselic, même si cette partie démarre par un choc visuel fort et noir que Simon Léturgie met en scène de manière simple et frappante.

page de "NIRVANA" collectif paru chez Petit à petit
une adolescence colorée, plus enjouée sous le crayon de Simon Léturgie

Conclusion d’une BD sombre:

Nirvana en BD raconte l’histoire de Kurt Cobain, de sa naissance à sa mort, ses rencontres, ses amours, sa musique. Un récit sombre aux styles graphiques variés et creusés.

Zéda rencontre Kurt Cobain !

"NON, N'Y REVA" strip de Zéda pour illustrer chronique BD sur "NIRVANA" collectif paru chez Petit à petit

David

Fais découvrir cet article à tes amis
David
Davidhttp://www.davidneau.fr
Scénariste pour le jeu vidéo, le podcast et le cinéma, auteur-réalisateur de court-métrages animés, auteur dessinateur la BD numérique "Zéda, l'Odyssée du quotidien", enseignant à l'ICAN en BD numérique, et chroniqueur BD bien spûr. Sans oublier passionné de musique et de... BD ! Tout est dit.

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,464FansLike
431FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles