jeudi 18 août 2022

Offrez-nous un café

A la recherche de Peter Pan T1

Cosey, couverture de A la recherche de Peter Pan T1 Le Lombard
Série : Signé


Titre:
A La Recherche de Peter Pan T1

Auteurs
: Cosey


Editeur :
Le Lombard


Année :
1993






Résumé :


Un
homme marche sur une route de montagne. Il parcourt plusieurs
kilomètres dans cette campagne d’altitude Suisse pour rejoindre un
village du Valais, situé au pied d’un glacier. Nous sommes un « peu
avant 1930 ».


Cet
homme, Melvin Z. Woodworth, vient ici pour… Pour quoi au juste ?
C’est la question mystérieuse qui trouvera une partie de sa réponse
dans le tome 1 de ce diptyque.






Mon
avis :


Cosey
nous propose un voyage dans le temps puisqu’il nous ramène en 1930,
mais aussi un voyage dans l’espace puisqu’il nous conduit au cœur
des montagnes du Valais, région Suisse. Le protagoniste reste un
étranger dans cette région et, tout comme les habitants du cru –
voire même mieux qu’eux – nous le découvrons au fur et à mesure
des pages. Melvin, au cours de ce premier tome, partage son histoire
mais celle-ci est étrangement liée à celle de ce village, de cette
montagne. Comme souvent chez Cosey, la nature a un rôle dans
l’histoire. Et le glacier qui projette une ombre menaçante pèse de
tout son poids sur l’intrigue. Cosey connait les lieux et il se sert
des éléments géographiques pour installer des ambiances propices
aux rencontres inattendues et aux révélations surprenantes.


Autour
de Melvin et de la montagne, c’est toute une galerie de personnages
secondaires que nous présente Cosey. On pressent tout de même ceux
qui vont avoir une importance plus grande. Mais c’est un plaisir de
voir que le village s’incarne par son aubergiste, ses gendarmes, son
cocher de la poste…


L’intrigue
principale tourne autour de Melvin, même si une intrigue secondaire
plane sur le village avec un trafic de fausses monnaies.


Pour
moi, ça a été un plaisir de me laisser guider par Cosey autant
dans cette montagne que dans la tête de Melvin. Même si l’objectif
n’est pas clair au départ, on ne se lasse pas de cette curieuse
ambiance poussée par l’urgence qu’impose nonchalamment le glacier
qui craque.


Au-delà
de l’intrigue, c’est donc une découverte que propose cette BD :
découverte de la Montagne du Valais mais aussi découverte d’un
homme et de son histoire. Comment tout cela finira-t-il ? On
l’ignore, car la conclusion se fera dans le tome 2.


Il
faut noter aussi que Peter Pan n’est pas juste une référence lancée
en l’air par Cosey – à l’inverse de son personnage -. Chaque
chapitre de l’histoire est ornée d’un extrait du roman de Barrie,
qui est un des livres préférés de Melvin – et de Cosey ? -. De
plus, cet enfant qui ne grandit pas peut se retrouver d’une manière
lointaine dans l’enfance de Melvin, que nous découvrons dans le
récit. Melvin qui parcourt la montagne en solitaire, à pied ou à
ski, a tout de cet adulte qui refuse de quitter l’enfance. On le
comprend tout de suite quand, dès le début de l’histoire, il
parcourt la distance entre deux villages à pied pour… gagner un
pari avec le cocher de la poste ! Et c’est pour cela qu’on aime
Melvin et qu’on s’attache rapidement à ce personnage un peu hors
norme, dans cette calme montagne suisse.



C’est
peut-être aussi car nous retrouvons un peu de Jonathan dans Melvin,
son ouverture d’esprit, ses yeux profonds. Même si la touffe brune
de l’autre héros de Cosey cède la place à une courte coupe blonde.
Les personnages gardent donc cet aspect dessiné. On reconnaît la
patte de l’auteur qui sait garder ces visages étrangement différents
de la réalité, tout en restant proche de cette dernière. Les
décors sont réalistes, certes mais gardent une forme stylisée,
tout comme les personnages. Cela se retrouve surtout dans les
paysages naturels, comme les forêts enneigées, où Cosey pousse sa
stylisation à l’essentiel. J’ai mis du temps à entrer dans
l’univers graphique de Cosey mais aujourd’hui,j’éprouve un réel
plaisir à m’y replonger. Cette difficulté à créer des histoires
simples visuellement mais aussi dramaturgiquement m’enchante. Les BD
de Cosey sont plus des voyages, des aventures mêlant autant un
voyage intérieur qu’extérieur.


Les
couleurs oscillent entre un pastel doux un un blanc éclatant. Les
jaunes tirent sur le sépia et on reste dans ces teintes brunes ou
orangées qui ancrent discrètement cette histoire dans le passé,
nous rappelant, au-delà des costumes, qu’on est bien en 1930.


Le
découpage sait laisser la place au vide, espace blanc comme la
montagne, qui s’étale entre des cases, leur permettant de s’agencer
comme une sorte de pile instable, pouvant chuter d’un côte ou de
l’autre. Cela est marquant dès la première page de la BD et il est
dommage que Cosey n’exploite pas plus cette idée dans ce premier
tome. Il n’hésite pas à jouer de cet agencement en créant des
cases polygonales, qu’il cache en partie par d’autres cases plus
classique et plus petites.


Il
sait jouer aussi sur l’absence de contour de certaines cases, pour
les ancrer plus avec leurs voisines, resserrant le rythme.




A
La Recherche de Peter Pan est une BD à redécouvrir si vous l’avez
déjà lue, et surtout à découvrir si vous ne vous y êtes jamais
plongés. Diptyque enivrant où la blancheur de la neige volerait
presque la vedette au sympathique Melvin !



Zéda partage un moment avec Melvin.




TOUT LA-HAUT, strip de Zéda pour illustrer article sur A La Recherche de Peter Pan

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,612FansLike
156FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles