pub

Rechercher dans ce blog

mardi 24 février 2015

Tyler Cross, de Fabien Nury et Brüno

Tyler Cross, de Fabien Nury et Brüno, chez Dargaud, Couverture

Série : Tyler Cross
Auteurs : Fabien Nury (scénario) et Brüno (dessin)
Editeur : Dargaud
Année : 2013



Résumé :
Un braquage qui tourne mal, une fuite qui tourne court, une femme qui tourne les têtes et au milieu de tout cela, Tyler Cross, tueur à sang-froid. Nous sommes dans les années cinquante, dans le sud des états-unis, au Texas plus précisément, où le soleil cogne plus fort que les hommes, et où le venin n'est pas craché uniquement par les serpents.


Mon avis :
Tyler Cross a tout du bon vieux polar des années cinquante mais Fabien Nury sait détourner les codes qu'il adore et dans lesquels il puise allègrement. Point de détective privé, point de New-York pluvieux, point de crimes à résoudre. Là, les crimes, c'est Tyler Cross qui les commet ! Le détective a laissé la place à un dangereux tueur. Quant à la pluie, elle est remplacée par un lourd soleil de plomb, ce même soleil qui rappelle le Chinatown de Polanski.
En fait, cette petite ville au milieu de nulle part qui accueille involontairement Tyler nous replace même dans une ambiance presque Western qui renvoie sans honte à des films récents comme Last ManStanding lui-même adaptation d'un western avec ce bon vieux Clint bien connu de tous !
Et qui dit Western dit règlement de comptes, le tout saupoudré d'une bonne dose d'humour noir.
Je vous vois venir, vous vous dites donc, « Ah ben avec toutes ces références ciné et polar, c'est un grand hommage aux vieux films noirs de mon enfance. » Et bien pas seulement, car les cartons de textes nous plongent au cœur du roman noir. Alors les fans de Ellroy ne seront pas déçus.
Prenant le contre pied et donnant la parole à un narrateur inconnu et omniscient, qui parfois cède la place à d'autres voix (je vous laisse la surprise de découvrir les premiers mots de « Chéri »), Fabien Nury casse le code de la BD pour adopter celui du roman. Ces encarts descriptifs posent une ambiance, un style littéraire totalement assumé, qui sont un régal pour le lecteur.
Si les obstacles qui frappent Tyler Cross sont prévisibles en suivant la loi de Murphy, on n'en prend pas moins plaisir à voir comment le héros parvient – ou pas – à les surmonter. Et tout cela pour nous amener à une fin digne d'un roman noir.
Certes, les personnages sont un peu archétypaux, comprenez que les lâches sont vraiment lâches, les ordures de magnifiques ordures et les loosers des vrais loosers. Mais on notera que parmi ces archétypes, il y en a un qui est passé à la trappe, celui du bon gars, le héros, le généreux, le pur et dur. Car si Tyler Cross est dur, il n'a rien d'un pur !
Le personnage qui évolue le plus est sans doute celui de Stella, jeune fille innocente perdue dans une ville dont les enjeux la dépassent, amenée à évoluer avec les événements fous que Tyler va provoquer à Black Rock – rien que ce nom...- .


Toute cette noirceur est mise en image avec talent par Brüno. Les personnages sont stylisés, loin d'un dessin réaliste. Cette patte convient parfaitement aux archétypes qui se dessinent. Mais les hommes et les femmes qui traversent cette BD n'en restent pas moins expressifs avec ces yeux blancs dépourvus souvent de pupilles qui font parfois frissonner.
Les décors sont tracés à l'image des personnages, stylisés également, mais facilement identifiables.
Là où la BD va encore plus loin, c'est avec le travail des couleurs effectuée par Laurence Lacroix. Les teintes qui s'abattent sur l'univers de Tyler Cross posent non pas une réalité, mais au contraire une subjectivité marquée. Elles illustrent une ambiance, une émotion et si elles permettent de donner une présence à un lieu, elles peuvent basculer dans une autre palette suite à un retournement de situation ou juste pour marquer un changement de point de vue. Ce choix s'adapte d'une part aux choix graphique imposé par Brüno mais aussi à la narration de Nury. Il permet aussi d'apporter quelque chose que le roman noir ne peut laisser transparaître et que le cinéma aurait également du mal à rendre. Ainsi Tyler Cross prend tout son sens à être une BD plus qu'un roman ou un film.
Le cadrage prend toute l'ampleur nécessaire pour nous emmener sur les traces de Tyler. Les cases font souvent la largeur de la page, tout en étant peu hautes, puisqu'elles peuvent cohabiter en six bandes sur une page. Cela recrée l'effet cinémascope et permet de travailler la mise en scène. A côté de ces moments, elles suivent un découpage de trois à six bandes composée de une à cinq cases. Le découpage apporte un dynamisme, pouvant ralentir l'action en la ciselant en de nombreuses cases ou bien accélérer le mouvement avec une case unique pour faire saisir toute une situation.
Le cadrage alterne les plans serrés et les plans larges et se permet aussi d'amener savamment quelques gros plans bien efficaces. L'usage de l'amorce, des contre-plongées, permet de faire monter la tension de l'histoire et, connaissant la passion de Fabien Nury pour le roman noir, on se doute que la mise en scène comporte quelques clins d'œil à ses œuvres fétiches.

L'exposition montée à Angoulême sur le travail de Fabien Nury comme scénariste BD nous permet de mieux comprendre son travail.

Exposition Fabien Nury, entrée FIBD Angoulême 2015
Le seuil de l'expo, avec Tyler qui monte la garde...

Au rez-de-chaussée de l'espace Franquin, nous parcourons sa carrière au travers de planches originales complétées parfois par un morceau de story-board, d'autres fois par un extrait du scénario et surtout, pour chaque planche, des commentaires écrits de Fabien Nury mais aussi des dessinateurs avec lesquels il a travaillé.
Plus on avance dans cette grande pièce, plus on se rend compte de la diversité de l'œuvre de ce scénariste, qu'il ne faut pas réduire à son amour du roman noir et à Tyler Cross ! Même si, dans le cadre de cette chronique, c'est un peu ce qui nous intéresse...
Mais ne boudons pas notre plaisir à prendre connaissance d'autres œuvres et des nombreux dessinateurs qui ont collaboré avec Fabien.

Exposition Fabien Nury, intérieur, FIBD Angoulême 2015
 Ca y est, les planches de BD à portée de main...

On découvre en premier la série « W.E.S.T. » co-écrite avec Xavier Dorison et dessinée par Christian Rossi. 


Expo Nury, FIBD Angoulême 2015, Planche WEST

 Les mystères de WEST enfin révélés !

Puis, ce sont des planches d'un épisode de « XIII Mystery » illustrée par Fabien Guérineau, suivi la « Mort de Staline » dessinée par Thierry Robin. Nous arrivons alors à la première collaboration de Fabien avec Brüno, « Atar Gull », adaptation d'un roman peu connu d'Eugène Sue. 

Expo Nury, FIBD Angoulême 2015, Planche ATAR GULL
 Une planche, dessous, l'extrait de scénario ! Et à droite, les commentaires des auteurs !

De là, nous enchaînons avec notre Tyler Cross.

Expo Nury, FIBD Angoulême 2015, Planche Tyler Cross
 Bienvenue chez Tyler....

Et déjà, la présentation de l'inspiration cinéma de la couverture de la BD (voyez en début d'article) pose l'ambiance.

I died a thousand times, avec Jack Palance, affiche
Jack Palance, il lui manque que le chapeau !

La visite nous offre une petite pause devant un mur de couvertures. Puis nous reprenons avec « Il était une Fois en France » mise en image par Sylvain Vallée. 

Expo Nury, FIBD Angoulême 2015, Planche Il Etait Une Fois en France
 La planche et ses commentaires ! Il était une fois à Angoulême...

Et la dernière BD que nous découvrons est « L'Or et le Sang », dessinée par Fabien Bedouel et Merwan Chabane et coécrite avec Maurin Delfrance.
Sans oublier « Silas Corey » dessiné par Pierre Alary, qui avait un beau portrait en pied ornant la colonne de la salle ! 

Expo Nury, FIBD Angoulême 2015, Silas Corey
 Silas Corey en grand. Et la plante, invité spécial ! 

Mais la fin de l'exposition est la plus étonnante : étalée dans une vitrine, toutes les sources d'inspiration de Fabien, roman et films ! Le tout complété par un lexique et un retour sur sa production. Là, on se rend compte que l'exposition ne donnait à voir qu'une partie de l'œuvre de l'auteur.

Expo Nury, FIBD Angoulême 2015, Présentation de roman inspiration
Il a lu tout ça ? Voyez ce qu'il vous reste à faire...

Qu'à cela ne tienne, j'ai eu la possibilité d'entendre Fabien Nury s'exprimer lors d'une conférence se déroulant... à l'espace Franquin – le monde est petit -. Mais il a dormi là-bas, pensez-vous ? Que nenni non point les amis, j'ai fait des aller-retours avec les autres lieux emblématiques du festival mais je vous réserve cela pour d'autres articles !
Foin de digressions, replongeons-nous un peu dans cette conférence.


Conférence Nury, FIBD Angoulême 2015, installation
Quelque chose se prépare, mais quoi ?

Après avoir parcouru l'œuvre – ou tout du moins une partie – de scénariste de Fabien Nury, nous arrivons à Tyler Cross – après tout, la raison d'être de cet article ! -.

L'auteur parle du début de sa collaboration avec Brüno sur « Atar Gull » – le bien nommé ? Mystère à creuser – puis du travail effectué sur Tyler. Se basant sur une planche, il explique que la grande question est de savoir à quelle vitesse le lecteur va lire la planche. « C'est le rythme qui active votre attention ! ». Tyler Cross est certes inspiré du cinéma par le découpage de ses planches mais il tire surtout ses sources du roman noir avec ses encarts narratifs à la troisième personne – Ah ! Je vous l'avais dit -. Ses références sont William Burnett, Dashiel Hammett qui lança les romans de type Hard-boiled (des infos ici) ou encore Stark - pseudonyme de Donald Westlake) pour sa série de livres autour du détective Parker - !
A la question de comment ces références s'insèrent dans la BD, Fabien répond « Naturellement ».
Il raconte qu'il a été forgé par la BD et le roman noir. Des références, il en a tout le temps ! Il doit juste réfléchir et choisir les bonnes à insérer dans l'histoire, même si elles paraissent imperceptibles pour ceux qui n'ont pas la même culture ciné-livresque noire que lui.

Conférence Nury, FIBD Angoulême 2015, Tyler Cross
Fabien Nury à droite et Tyler au fond !

Une nouvelle question tombe alors sur la ressemblance entre Tyler Cross et... Jack Palance ! Fabien assume totalement. Brüno pensait plutôt à un Charles Bronson mais ça ne collait pas. Ils sont alors remontés dans le temps jusqu'à... Jack – à découvrir dans ce trailer -.
Quant au serpent qui s'exprime par le narratif, c'est une référence à Donald Westlake !

Le voyage continue alors dans d'autres scénarios de Fabien et pour conclure, en parlant de ses relations avec le dessinateur, il nous explique :
« Si on fait des compromis, il faut sérieusement prévoir d'arrêter la collaboration. Mais si en travaillant ensemble, on crève des plafonds, on progresse, on améliore les choses, alors il faut continuer ! »
Expo Nury, FIBD Angoulême 2015, Portrait de Nury
L'auteur en plein création...

Belle conclusion de cet article, et belle manière de vous conseiller d'aller Lire Tyler Cross, sachant que le Tome 2 est actuellement en préparation...

Zéda rencontre Tyler Cross...

BUY MY SIDE, strip de Zéda sur la BD Tyler Cross dse Nury et Brüno

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!