mardi 28 mai 2024

Offrez-nous un café

Neige d’amour – la légende de Yuki Onna de Makoto Aizawa

Neige d’amour – la légende de Yuki Onna éditions Asiatika
Titre : Neige d’amour – la légende de Yuki Onna
Scénario et dessin : Makoto Aizawa
Editions : éditions Asiatika
Nombre de pages : 136

Résumé :
Sakai et Matsushima sont deux membres de l’armée japonaise, perdus en montagne lors d’un exercice militaire et dont l’un des deux est blessé. Ils se réfugient dans une petite cabane au milieu de nulle part pour attendre les secours. Les deux comparses s’assoupissent et lorsque Sakai se réveille, il trouve une jeune femme penchée sur son acolyte. Celle-ci n’est autre que Neige, femme démon, retirant la vie de Matsushima.
Neige décide d’épargner la vie de Sakai, mais il ne doit jamais révéler ce qu’il a vu sous peine d’être tué à son tour.

L’aventure de Sakai est lourde à digérer d’autant que les soldats qui lui portent secours ne comprennent pas son allusion à une cabane car il n’y en a aucune dans les environs…

Sakai doit taire son secret et cela lui fait mal. Il trouvera réconfort auprès d’une jeune, jolie et mystérieuse femme que la providence lui fait rencontrer.
Il l’épousera et lui fera deux enfants.

Mon avis : 

Les éditions Asiatika nous reviennent avec un nouvel ouvrage, et superbe qui plus est !
Ils sont allés nous chercher un jeune auteur japonais pour sa première œuvre.
Et pour dire, son œuvre originale intitulée « Yuki no Onna » a été primée en 2015 pour le « kono manga ga sugoi » (ce manga est formidable).
La version française est présentée en variante de l’originale avec pages et contenu inédit.
Le livre est souple et de bonne manufacture et surtout se lit dans le vrai sens de lecture Manga (de la droite vers la gauche) !!
Neige d’amour – la légende de Yuki Onna éditions Asiatika page 10
Extrait page 10 avec l’aimable autorisation des éditions Asiatika

Le dessin :

Makoto Aizawa possède un trait délicat et élégant avec beaucoup de rondeur. Les personnages sont simples, suffisamment expressifs et loin d’être complètement caricaturés comme dans la plupart des mangas.
Le style reste réaliste mais avec tout de même une petite touche « enfantine » certainement due aux rondeurs des visages, comme si la vision qu’un môme pourrait avoir si on lui racontait l’histoire.
L’auteur nous la montre donc avec ses yeux d’innocence, et cela donne un aspect féérique et poétique très agréable.
Mais ce jeune Mangaka sait aussi jouer de contraste frappant !
Le choix de l’aquarelle en noire et blanc en est une forme belle et intelligente.
Par ce biais il instaure une ambiance froide voire glaciale, très angoissante, contrastée bien évidemment par le coté chaleureux de la poésie graphique.
Les dégradés de gris et les ombres et lumières font de chaque vignette un chef d’œuvre !
Les mises en scènes et les backgrounds sont épurés mais pas négligés, laissant ainsi une impression d’espace, de vide, de grandeur et de force de l’environnement, impliquant une sensation particulière limite surnaturelle.
On peut s’attendre à tout…
Neige d’amour – la légende de Yuki Onna éditions Asiatika page 3
Extrait page 3 avec l’aimable autorisation des éditions Asiatika

Le scénario :

Makoto Aizawa revisite donc le mythe de Yuki Onna.
Yuki Onna est une légende bien connue issue du folklore japonais ayant été adaptée maintes fois en manga, anime, jeu vidéo ou bien film.
Et c’est d’ailleurs le film d’horreur « Darkside : les contes de la nuit noire (segment 3 « lover’s Vow ») » qui m’avait déjà interpellé qui m’est revenu en tête à la lecture de ce livre.
Heureusement pour moi le dénouement du récit  de ce livre en fut meilleur… lol
Les dialogues restent simples et peu nombreux.
L’auteur préfère jouer sur un aspect « silence pesant » afin d’accentuer l’ambiance fantastique et étrange de la situation, maintenant ainsi aussi un suspense haletant.
Le découpage est simple, rigoureux, variant les pages de 3 à 8 cases. Pas de place à la fantaisie des vignettes, vu la tension permanente du récit.
Bref un découpage sommaire mais terriblement efficace !
La fin m’a particulièrement plus, étant resté sur une version gore, je fus donc agréablement surpris par l’interprétation de l’auteur et son humanisme.
Bref, ce manga, première œuvre de ce jeune mangaka, est très agréable  mais se lit vite.
Cela permet cependant de s’attarder sur le dessin pour admirer toute la finesse des aquarelles.
Ciao
Yann
Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,486FansLike
425FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles