samedi 13 août 2022

Offrez-nous un café

Olympus Mons T1 Anomalie Un par Bec et Raffaele, la chronique mystèrieuse…

Couverture de OLYMPUS MONS T1 de Bec et Raffaele chez Soleil
Série :
Olympus Mons

Titre: T1
Anomalie Un

Auteurs :
Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin) et Digikore
Studios (couleurs) sans oublier Pierre Loyvet (illustration de
couverture)

Editeur :
Soleil

Année :
2017

Pages
: 56





Résumé :

Christophe
Colomb navigue sur les mers, à la recherche des Indes. Alors que la
rébellion gronde à bord, une curieuse étoile filante traverse le
ciel. L’explorateur décide de la suivre et découvre un nouveau
continent. En 2026, dans la mer de Barents – près de la Russie
Occidentale – un navire détecte trois formes étranges à plus de
cent mètres de profondeur. En Turquie, un groupe de chasseurs de
l’étrange décident d’escalader le mont Ararat pour mettre à jour
un vieux secret de l’Air Force, sans oublier d’autres événements à
d’autres endroits impliquant entre autres un médium américain et
des astronautes russes…





Mon
avis :

Olympus
Mons démarre donc en nous livrant des histoires parallèles, chacune
mettant en scène un ou plusieurs protagonistes. L’intrigue de fond
ne m’a pas emballé plus que ça. Jugez par vous-mêmes : Des traces
de vaisseaux extra-terrestres sont découvertes sur terre et
ailleurs. Chaque groupe détient une pièce du puzzle, de manière
consciente ou pas. Du coup, ce schéma n’étant pas une surprise,
qu’est-ce qui est censé me tenir en haleine dans cette histoire ?

En
effet, la couverture et le résumé de quatrième de couverture nous
dévoilent l’essentiel de l’intrigue. Et la phrase : « l’énigme
est totale, mais sans aucun doute… Ces différents phénomènes
sont liés entre eux. » m’a gentiment sous-entendu ce que vous
auriez sans doute deviné au bout des dix premières pages. Le souci
étant que la révélation finale de ce tome n’en est pas vraiment
une. Mais je ne vous la dévoilerai pas, car je souhaite vous en
laisser seul juge.

L’originalité
de placer l’histoire en 2026 permet de justifier le voyage sur Mars,
planète qu’explore notre trio d’astronautes russes. Pour le reste,
2026 possède des airs tout à fait familiers avec 2017, vous ne
serez donc pas dépaysé.


Si
le fond ne m’apporte guère de surprises, alors où puis-je trouver
mon intérêt ? Dans les personnages ? En effet, outre Christophe
Colomb, nous avons plusieurs protagonistes qui ont chacun un but
précis. Certains se retrouvent avec des bâtons dans les roues car
on semble vouloir les empêcher d’avancer, d’autres doivent faire
face aux conditions extérieures défavorables et complexes et
d’autres encore sont leur propre obstacle…

Mais
pourtant, je n’arrive pas à m’attacher à ces personnages. Il faut
dire aussi que la structure chorale de la BD laisse peu de place aux
uns et aux autres pour imposer leur personnalité. Il faut dire aussi
que l’intrigue de fond me paraissant déjà claire, leurs découvertes
ne comportent à mes yeux aucun suspense.

A
mon avis, l’histoire démarre doucement et pose une ambiance
d’intrigue et de mystère. Mais cette ambiance est à moitié
désamorcée car je pressens ce qui va se passer, d’autant que le
résumé de quatrième de couverture l’indique et que la couverture
elle-même est l’image de la page 46 ! La révélation des dix
dernières pages en couverture de la BD !

Je
comprends ce choix, car l’image est très belle et Pierre Loyvet a
fait un magnifique travail, de même que la double page de Stefano
Raffaele dans la BD est tout aussi magnifique. Mais comment
voulez-vous retenir mon attention avec une histoire qui bâtit toute
une intrigue, une ambiance, autour d’un mystère qu’on me donne déjà
?

Et
les questions autres, comme « Que sont ces aliens ? Que
cherchaient-ils en venant sur terre , Pourquoi sont-ils repartis ?
Etc… » ne sont pas au programme de ce tome.


page de OLYMPUS MONS T1 de Bec et Raffaele chez Soleil



L’ambiance
est d’autant plus renforcée par le dessin réaliste de Stefano
Raffaele. Les paysages martiens sont étourdissants, les profondeurs
abyssales sont inquiétantes à souhait. Les personnages facilement
identifiables manquent un peu, selon moi, d’expressivité. Les
couleurs vous permettent immédiatement de comprendre avec qui vous
êtes (ce qui n’est pas évident avec des histoires parallèles
menées de front).



A
mon humble avis, ce récit gagnerait à créer un peu plus
d’originalité autour de son intrigue, afin de surprendre le lecteur
et lui donner envie de lire la suite. Et j’espère que le talentueux
Christophe Bec nous prépare de belles surprises pour la suite de
cette nouvelle série de SF.



Et
voilà la bande-annonce du premier tome de cette série :






Zéda
et son super pote sur le mont Olympus !



"MARS A TICS", strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur OLYMPUS MONS T1 de Bec et Raffaele chez Soleil




David

Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,604FansLike
152FollowersSuivre
49FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles