mercredi 29 mai 2024

Offrez-nous un café

Sur les pas de Matteo Ricci, journal d’un jésuite lettré de Franck Dumanche et Marco Caselli

Sur les pas de Matteo Ricci Editions Asiatika  

Titre : Sur les pas de Matteo Ricci, Journal d’un jésuite lettré
Scénario : Franck Dumanche
Illustration : Marco Caselli
Préface : Sylvie Etiemble
Editions : Asiatika
Année : 2016
Nombre de pages : 152

Résumé :

Mattéo Ricci, jésuite, a été missionné, au XVIe siècle, pour évangéliser les chinois, peuple essentiellement converti au bouddhisme et/ou confucianisme…
Celui-ci a entrepris de consigner dans un carnet son aventure orientale. A sa mort, ce carnet a attisé la curiosité de bon nombre d’individus curieux et avides de trouver des infos croustillantes sur ce Laowai finalement peu banal…
Et c’est donc à travers les péripéties de ce carnet que nous découvrons une partie infime du parcours et de l’expérience de cet homme qui devint lettré à la Cour de Chine.
Ce jésuite n’avait, pour aboutir sa mission, qu’un rêve : rencontrer l’empereur de Chine.

Mon avis :

Ce livre n’est pas une BD. C’est un « light novel » ou petit roman illustré.
Par celui-ci, les éditions Asiatika se lancent dans une série d’ouvrages ayant attraits aux jésuites, avec deux autres projets de publication en cours actuellement, un sur Castiglione (jésuite en Chine) et un sur Saint François-Xavier (jésuite au Japon).
L’ouvrage est original en ceci que l’élément principal du récit n’est pas le père Matteo Ricci mais bel et bien son carnet !
Ce sont donc les aventures du carnet qui sont citées dans ce livre, bien que quelques extraits documentés de la vie de Mattéo Ricci transparaissent dans cette histoire. Ce qui fait, par conséquence, de cette aventure une « fiction-réalité » : c’est-à-dire un conte totalement fictionnel basé sur des faits réels qui viennent agrémenter la nouvelle de ci de là.
Le récit est bien écrit, fluide, léger sans trop de complications pour expliquer le système sociétal Chinois de l’époque. Quelques adorables termes chinois viennent agrémenter les écritures, et ceux-ci sont souvent accompagnés par les « symboles » calligraphiques associés (ce qui accentue donc l’originalité).
Beaucoup de renvoi sur de courtes explications annotées et nécessaires pour la compréhension de l’histoire.
En bref, ce « light novel » est très agréable, original, instructif et vraiment loin de ce côté parfois « rébarbatif et démodé» qu’une religion pourrait porter (théologie, catéchisme etc…)…

Bravo Monsieur Franck Dumanche pour ce bel ouvrage !

Illustration issue de "Sur les pas de Mattéo Ricci" editions Asiatika
Illustration issue du livre avec l’aimable autorisation de l’éditeur

Le papier est d’un blanc immaculé très agréable surtout pour une lecture de soirée.

Le tout est agrémenté de superbes illustrations du très talentueux jeune dessinateur Marco Caselli. Chaque illustration est un tableau, tout en nuance de gris, très épuré, raffiné et assez détaillé en même temps.
Ces illustrations sont simplement somptueuses et agrémentent donc le récit de visuels particulièrement beaux, touchants et de grande élégance.

A noter aussi un préface rédigé par Sylvie Etiemble qui n’est autre que la fondatrice des éditions Asiatika, mais aussi la fille de René Etiemble, sinisant éminent et écrivain.
On comprend donc mieux la vocation maintenant…

J’ai beaucoup aimé.
Ciao
Yann



L’auteur : Franck Dumanche
D’origine toulousaine, Franck Dumanche est diplômé d’un master de langue et civilisation chinoise. Professeur de français à Wuhan, il s’intéresse à la culture chinoise et à son histoire. Ainsi, s’arrêtera-t-il sur le Père Matteo Ricci, l’un des premiers missionnaires occidentaux ayant réussi à se faire reconnaître dans les hautes sphères chinoises.

Le dessinateur : Marco Caselli
Il obtient son diplôme à l’Ecole de la BD de Milan en 2011 et la même année durant, à l’occasion de Lucca Comics & Games, il présente son premier projet autofinancé, Métastases, écrit et dessiné avec trois autres artistes. Exactement un an après, il travaille sur Cassandra (voir la chronique ici), paru en Italie aux éditions Tunué et aux éditions Asiatika en France.
Co-fondateur de l’InFame Studio, il a travaillé en tant que freelance pour plusieurs domaines, comme la publicité et l’illustration, sans compter les nombreuses collaborations avec différents auteurs et artistes.
Actuellement, il travaille sur un projet, Bloody Sakura, Light novel dont l’intrigue se situe au japon, sur une idée de Léonardo Valenti (scénariste de Cassandra) et écrit par Christophe Riou, qui paraîtra également aux éditions Asiatika.

Et le petit trailer de l’ouvrage :


Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,486FansLike
425FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles