vendredi 1 mars 2024

Offrez-nous un café

Les Illuminés, la chronique illuminée

Les Illuminés, la BD d’un livre maudit

couverture de "LES ILLUMINES" de Lairent Frédéric Bollée et Jean Dytar chez Delcourt

Titre : Les Illuminés
Auteurs : Laurent-Frédéric Bollée, Jean Dytar (scénario), Jean Dytar (dessins)
Éditeur : Delcourt
Collection : Mirages
Année : 2023
Pages : 152

Résumé de l’histoire de rencontres :

Une porte d’église avec des gens qui passent. Et puis n jour de septembre 1872. deux lignes parallèles, d’un côté, Germain Nouveau arrive à Paris, de l’autre, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud voyagent en train en Angleterre. Deux destins amenés à se croiser encore et encore autour d’un livre maudit…

Le scénario plurilinéaire:

Ces trois poètes, Germain Nouveau, Arthur Rimbaud et Paul Verlaine, vont se croiser, s’entendre, se fuir, se détester. Mais il ne s’agit pas d’une simple errance. Le récit saute d’années en années, de mois en mois parfois, au gré des rencontres des trois illuminés. Ils sont tous reliés par un recueil de textes, les derniers poèmes de Arthur Rimbaud, qui n’intéressent plus leur auteur. Mais à la lecture de ces chefs-d’œuvre, Nouveau et Verlaine vont tenter, de les compiler, de les publier. Mais les difficultés vont venir à bout des deux hommes. Chacun réagissant à sa façon à ces échecs répétés. Rimbaud, lui, écoute l’appel du lointain et tente de partir vers le Sud, l’Afrique.

La BD présente deux à trois lignes parallèles et offre ainsi plusieurs modes de lecture. Vous pouvez lire l’histoire de manière classique et passait d’un endroit à un autre, ou bien lire la double page en bande, et suivre un temps une de ces lignes. Voire encore plus fort, vous pouvez lire une bande sur plusieurs pages et revenir pour lire la suivante. Bon, je n’ai fait que l’expérience de lecture classique, et c’est là où j’ai réalisé les liens visuels, de mise en scène entre les trois ou les deux lignes.

page de "LES ILLUMINES" de Lairent Frédéric Bollée et Jean Dytar chez Delcourt
deux lignes parallèles, des décors estompés ou prévis, un dessin posé comme de la peinture. Juste beau…

Le dessin magiquement magnifique :

Le graphisme est magique. Un style réaliste peint, avec de la matière. Un choix de couleurs radicales, en effet, chaque ligne correspond à une couleur, et l’exploration de ses dégradés ou de ses différentes saturations. Le résultat est magnifique. La couverture le montre bien. Les jeux d’ombre et de lumière sont vraiment bien traités, et à certains moments, on a presque l’impression de retrouver ces vieilles photos du dix-neuvième siècle tant le contraste entre réalisme et traitement graphique est frappant.
La composition repose donc sur ces périodes divisés en bandes, mais nous ne sommes pas dans le gaufrier. Les bandes sont traitées de manière différentes, parfois se serrant et offrant plusieurs cases pour créer u échange, et parfois ouvrant sur de grandes cases pour laisser arriver l’air, l’ouverture vers un ailleurs, un nouveau départ, une conclusion…
La composition repose donc sur ces périodes divisés en bandes, mais nous ne sommes pas dans le gaufrier. Les bandes sont traitées de manière différentes, parfois se serrant et offrant plusieurs cases pour créer u échange, et parfois ouvrant sur de grandes cases pour laisser arriver l’air, l’ouverture vers un ailleurs, un nouveau départ, une conclusion…
En lisant page par page, on profite du travail de mise en scène où les situations, dialogues, cadrage d’une ligne renvoie au situations, dialogues et cadrages de l’autre tout en fonctionnant indépendamment. Un petit tour de force qui rend la lecture encore plus passionnante. Car ce livre qui se fera ou pas reste une intrigue qui nous tient en haleine, autant que les liens unissant ces trois hommes.

Conclusion d’une BD frappante:

Ce fut pour moi un réel plaisir de le plonger dans ce monde, de suivre ce récit, de retrouver ces trois personnages, et d’admirer le travail du dessin et de la narration. Aussi, je vous le recommande.

Zéda rencontre Germain Nouveau.

"L'ILLUMINATION" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "LES ILLUMINES" de Lairent Frédéric Bollée et Jean Dytar chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis
David
Davidhttp://www.davidneau.fr
Scénariste pour le jeu vidéo, le podcast et le cinéma, auteur-réalisateur de court-métrages animés, auteur dessinateur la BD numérique "Zéda, l'Odyssée du quotidien", enseignant à l'ICAN en BD numérique, et chroniqueur BD bien spûr. Sans oublier passionné de musique et de... BD ! Tout est dit.

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,459FansLike
402FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles