mardi 16 août 2022

Offrez-nous un café

Largo Winch Tome 19 : Chassé-Croisé

Titre : Largo Winch, Tome 19 : Chassé-croisé
Auteurs : Philippe Francq (dessins) ; Jean Van Hamme (scénario)
Editeur : Dupuis
Date : 2014

On ne présente plus Largo Winch, le milliardaire en blue jeans. Dans cette nouvelle aventure, Largo se retrouve à nouveau la cible d’un complot, et cette fois-ci, il est double. D’abord, un duo d’escrocs financiers tente de dérober le prochain dossier très fructueux du groupe W pour le revendre à prix d’or, mais surtout, Largo semble être visé par un attentat de terroristes islamistes. Comme si tout cela ne suffisait pas, le voilà sous le joug d’un problème qui le dépasse : un terrible coup de foudre pour une belle libanaise…

Beaucoup critiquent l’écriture de Jean Van Hamme en la résumant à : « de la baston, du fric et des jolies filles ». Les plus grognons parleront même de BD commerciale. Outre le fait qu’une bande dessinée a tout de même vocation à être vendue, ce pourquoi  le « c’est commerciale » paraît excessivement risible quand il s’agit d’une pique acerbe, il semble qu’il faille remettre les choses dans leur contexte. Ainsi, d’aucun de prétendre que Largo Winch est une BD novatrice et conceptuelle, qui dynamitent les codes de la bande dessinée, apporte quelque chose de révolutionnaire à ce milieu de créatifs jamais satisfaits. Mais est-ce là un véritable défaut ? Ne pourrait-on pas malgré tout reconnaître à cette bande dessinée qu’elle est l’exemple parfait de la maîtrise rigoureuse des codes déjà établis (à défaut d’apporter quelque chose de nouveau). 
Il m’est avis qu’on peut aisément reconnaître à Largo Winch de nombreuses qualités. Ainsi, dans cette nouvelle aventure, à la hauteur des précédentes et du succès véridique de la série, l’intrigue est toujours aussi croustillante, voire même plus du fait du croisement des affaires dans leur multiplicité. Impossible, même pour un fin limier, de deviner la teneur des complots et des embuscades même si un fin connaisseur de Largo peut au moins les esquisser, en connaissant les penchants caractériels de Van Hamme. Chaque page est une surprise du point de vue scénaristique et ce volume, qui introduit un nouvel ingrédient : celui de l’amour et de la faiblesse des personnages qui en découle, permet le renouvellement de l’histoire sans pour autant tomber dans le mélodramatique ou dans le caricatural. Par ailleurs, évoquer Largo Winch sans citer la splendeur de son graphisme serait scandale. Le souci des décors est brillant, les cadrages sont soignés, les jeux de lumières et d’ombre sont ingénieux et le soin tout particulier apporté à la représentation des matières est remarquable. La minutie de Philippe Francq quand il dessine la ville est impressionnante, sa manière de sublimer ses personnages est fascinante et surtout, sa précision quasi rigoriste donne au tout un aspect extrêmement soigné, parfaitement rigoureux. Largo Winch est peut-être commercial, mais ses auteurs n’en profitent pas pour bâcler leur travail et c’est sans doute pour cette raison que la série continue à faire succès, et que tous ceux qui savent apprécier attendent la suite avec impatience !
Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,609FansLike
155FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles