mardi 16 août 2022

Offrez-nous un café

INSTRAVIATA, L’opéra débarque sur Instagram le 1er mars

Affiche instraviata dessinée par Léon MaretCe vendredi 22 février, je me suis
rendu à l’Antenne, une salle d’événement situé dans le onzième
arrondissement de Paris.




Mais que se passait-il donc à
l’Antenne pour y débarquer à six heures pétantes ? Tout simplement
la présentation de « Instraviata » !

J’en entends déjà certains s’exclamer
: « Instra quoi ? ».

Voici des éléments de réponse. Vous
connaissez peut-être l’opéra de Giuseppe Verdi «  La
Traviata ». Il raconte l’histoire d’amour de Violetta et
Alfredo. Mais Violetta est malade, koff koff…

Toute ressemblance avec « La Dame
aux Camélias » d’Alexandre Dumas est purement volontaire car
l’opéra est bel et bien une adaptation de ce roman.




Cet opéra joué et rejoué sans cesse
(sa qualité y est sans doute pour quelque chose) est devenu au fil
du temps un grand classique.

Or, à Berlin, il s’avère qu’une jeune
chanteuse de vingt-six ans, Elsa Dreisig, a eu la possibilité – et
son talent y est sans doute pour quelque chose -, d’interpréter
Violetta. Évènement peu courant dans le monde du classique.
Timothée Magot et Elsa Dreisig, présentation Instraviata
 Timothée Magot et Elsa Dreisig, le réalisateur du webdoc et la chanteuse classique

Intriguée, Claire Alby a voulu suivre
cette artiste dans sa préparation et lors de la représentation.

Elle rencontre Julien Aubert de
BiggerThanFiction (les responsables de Eté, la BD Instagram) et là,
naît l’idée de créer une BD numérique, adaptation moderne de la
Traviata, comportant des extraits de l’opéra (capté lors de la
représentation à Berlin avec Elsa Dreisig). Et tant qu’on y est,
pourquoi ne pas ajouter un webdoc (comprendre Documentaire Web) sur
Elsa Dreisig ?


L’idée est validée, le webdoc est
découpé en question/réponse d’une minute, la BD en trente
épisodes. Une équipe se monte et cerise sur le gâteau, le tout est
diffusé en épisode sur Instagram du premier au trente mars de
cette année.



Et pour soutenir un tel projet, qui de
mieux placé que ARTE Concert ? La plate-forme diffuse déjà
énormément de spectacles et se sentait prête à faire un pas de
côté pour cette version Instraviata, comme nous l’explique
Stéphanie Poncelet, la responsable éditoriale d’ARTE Concert, qui
est venue participer à cette présentation.
Stéphanie Poncelet, Julien Aubert, présentation Instraviata
 Stéphanie Poncelet, de Arte Concert, prend la parole aux côtés de Julien Aubert, de Bigger Than Fiction

Oui, car pour cette événement à
l’Antenne, nous avons une belle partie de l’équipe.

Claire Alby, dont on a parlé plus
haut, Elsa Dreisig, la chanteuse classique autour de qui tourne ce
projet, Léon Maret, l’auteur de l’instaBD animée et sonore, mais
aussi Timothée Magot, réalisateur du webdoc et Julien Aubert de
BiggerThan fiction.


Claire Alby et Léon Maret, présentation Instraviata
Claire Alby, par qui tout est arrivé et Léon Maret, par qui tout est dessiné


Tous prennent la parole pour nous
raconter cette aventure.

Première question, comment adapter
deux heures vingt d’opéra en feuilleton quotidien de une minute ?

Léon Maret a fait le découpage de la
pièce en chapitres de BD, et pour intégrer les parties d’opéra,
Claire Alby a travaillé avec un ingénieur du son, Hugo Colonval,
pour découper correctement les chants et la musique.

Léon a dû faire des impasses sur
certaines parties du livret. La captation ayant été réalisée dans
les coulisses, certaines scènes n’était pas ou peu visibles. Et il
a fallu également adapter le découpage en fonction de la matière
obtenue. 
Léon Maret, présentation Instraviata
 Léon Maret insiste sur des détails…



A partir de cette étape, Timothée
Magot nous explique qu’il a écrit les morceaux de webdoc sous forme
de questions, liées à la thématique de l’épisode du jour.

Elsa a répondu lors de ces entretiens
avec beaucoup d’entrain, si bien qu’il a fallu aussi couper dans les
réponses pour tenir le format d’une minute.


Julien Aubert et Timothée Magot présentation Instraviata
 Julien Aubert questionne Timothée Magot sur le webdoc



Le webdoc comporte plusieurs moments
qui incitent à interagir. Par exemple, lorsqu’Elsa s’échauffe les
cordes vocales, différentes vignettes correspondant à des
différents exercices apparaissent, et l’internaute peut cliquer sur
l’une ou l’autre pour enchaîner les exercices à sa guise, créant
ainsi une sonorité particulière. 
Elsa dreisig, extrait du webdoc instraviata
 L’occasion de taper du doigt pour choisir votre exercice et mélanger les sons
 Claire Alby rappelle que le challenge
n’était pas de produire trente minutes de docu mais bien trente fois
une minute, avec chacune un début, un milieu et une fin.


Claire Alby, Julien Aubert, Léon Maret, présentation Instraviata
Claire Alby, Julien Aubert et Léon Maret, Une partie de l’équipe seulement !


Afin de mieux comprendre, les premiers
épisodes nous ont été projetés.
Instraviata, extrait BD de Léon Maret
 Violetta, Alfredo, d’autres invités de la soirée et…Malaise !

L’univers déjanté de Léon Maret
fonctionne merveilleusement bien dans cette adaptation et les
interviews d’Elsa vous donnent vraiment envie d’en savoir plus sur
elle, mais aussi sur son travail de chanteuse classique. Car à
travers ce jeu de questions réponses, c’est aussi la vie et le
rythme, le travail et les sacrifices d’une artiste du monde classique
que nous pouvons découvrir et suivre.


Mais quand cela va-t-il commencer ? Dès
le premier mars, à midi, vous aurez le premier chapitre quotidien de
la BD suivi le soir à six heures, du premier épisode du webdoc.

Et ainsi de suite tous le sjours
jusqu’au trente mars.

Le tout accessible gratuitement sur
Instagram, via le compte de ARTE concert, @arteconcert.


Instraviata, extrait BD Léon Maret
Et sur les extraits d’opéra, on peut suivre les paroles qui apparaissent et changent de couleur au suivi de l’air. Presque un karaoké lyrique !


Je préciserai un dernier point. La BD
animée et sonore nécessite autour d’une minute de lecture, et le
webdoc n’est pas une suite de photos mais bien une vidéo d’une
minute, où, sur certains épisodes, vous pourrez donc interagir.


Instraviata, affiche à l'antenne
Et le triptyque d’affiches exposées à l’antenne qui résume tout !


Amener l’opéra à un jeune public via Instagram, c’est un énorme pari. Et on espère que cela va marcher,
car l’idée est vraiment intéressante et originale.

Et en plus, c’est drôle, comme
pourraient en témoigner les éclats de rire dans la salle lors de la
projection, alors pourquoi vous priver ?








Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,608FansLike
155FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles