lundi 26 septembre 2022

Offrez-nous un café

Arkham Mysteries T1, le ciel des Grands Anciens, la chronique Cthulhienne

Arkham Mysteries T1, le ciel des Grands Anciens, la BD lovecraftienne

couverture de Arkham Mysteries tome 1 par Nolane et Garcia aux éditions Soleil
une couverture tentaculaire

Série : Arkham Mysteries
Titre : T1, le ciel des Grands Anciens
Auteur : Richard Nolane (scénario), Manuel Garcia (dessins), Dijjo Lima (couleurs) et Jean-Sébastien Rossbach (couverture)
Editeur : Soleil
Collection : Fantastique
Année : 2022
Page : 56

Résumé d’une aventure horrifique:

Seth Armitage, enseignant à Harvard, reçoit un appel au secours de son vieil ami et collègue, le professeur Tanner. Il plaque tout pour le rejoindre en Mongolie. Mais nous sommes en 1919 et le voyage en soi est déjà un périple. Train, bateau, cheval… Tout cela prend du temps. Mais rien n’arrêtera Seth qui va suivre la piste de son vieux camarade, au coeur des montagnes interdites de Mongolie, où Tanner aurait découvert les traces d’un peuple ancien, les mystérieux Tcho-tchos…

Scénario d’un récit d’aventure et d’angoisse:

Ce périple mongol ne constitue que le début des aventures de Seth Armitage et qu’une partie de ce premier tome. Nous sommes totalement plongés dans le monde oppressant créé par le romancier Howard Phillip Lovecraft. Les habitués des nouvelles du maître de l’horreur retrouveront leur repère. Universitaires aventureux, menace millénaire, mystères insolubles, angoisse rampante… Le tout s’appuyant sur le cycle des Grands Anciens et ses créatures, comme le peuple Tcho-Tcho. Dans ce périple, notre héros, Seth Armitage, va être mis à rude épreuve.

Cette histoire explore la cosmogonie lovecraftienne. Tout est bien construit mais je trouve que la BD va très vite. Dans ce tome, vous vivrez le voyage en Mongolie, le retour à San Francisco et un grand tour à Arkham. Nolane nous offre le rythme des récits d’aventure, mais il me manque un peu de temps, et donc de cases pour ressentir l’ambiance suffocante que l’on attend d’une série intitulée « Arkham Mysteries ».
Car la force de Lovecraft repose certes sur cet univers horrifique qu’il a su créer mais aussi et surtout sur les atmosphères, la tension qu’il fait monter au fur et à mesure des pages de ces nouvelles. Tension qui me manque un peu ici. Heureusement, je trouve que le récit regorge de bonnes idées, d’abord la manière de distiller des références à différentes nouvelles qui feront sourire ceux qui connaissent les romans, mais du coup ne parleront pas à ceux qui les ne les ont pas lus. L’autre bonne idée est la mise en abyme du personnage de Lovecraft lui-même, qui trouve place dans cette BD comme journaliste.
mais l’absence de ces moments où les frissons parcourent votre échine est regrettable.

page de Arkham Mysteries tome 1 par Nolane et Garcia aux éditions Soleil
On démarre en douceur,

Le dessin pâteux:

Manuel Garcia nous offre un dessin que je définirais comme pâteux. Attention, rien de négatif là-dedans. En illustrant cette BD, il choisit un style où on sent le poids des corps, les textures des vêtements. Un style concentré, dense, qui colle une pâte et correspond bien au genre horrifique de ce récit. Les personnages aux yeux hagards, exorbités nous rappellent que nous nous enfonçons de plus en plus dans la folie.
La composition travaille à rattraper le peu de temps dont la BD dispose pour apporter l’ambiance pesante propice à la terreur. Mais le manque de place, malgré les belles surprises, nuit à la tension dramatique.
Les décors réalistes, très angoissants lorsque tombe la nuit sur les montagnes interdites, par exemple, ou dans les caves de San Francisco, fonctionnent à merveille. Les compositions magnifiques, comme ces cases disposées en escalier alors que Armitage s’enfonce dans les profondeurs de l’inconnu, où cette double page donnant une vue en plongée de la ville d’Arkham avec un petit quelque chose qui dérange, permettent d’amorcer cette tension.
Les couleurs de Dijjo Lima, souvent poisseuses à souhait, renforcent encore plus le dessin de Garcia.

Conclusion d’une BD qui flirte avec la peur:

Cette série démarre sur une très bonne idée, mais si le dessin nous entraîne au coeur de l’angoisse lovecraftienne, et que l’histoire maîtrise parfaitement les codes du récit d’angoisse, J’aurais aimé ressentir ce vrai sentiment d’horreur.
J’espère que le deuxième tome prendra le temps de m’effrayer, car j’avoue avoir très envie de découvrir ce que les grands anciens réservent à Serh Armitage…

Zéda rencontre Seth Armitage.

"T'AS TOUT" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur  de Arkham Mysteries tome 1 par Nolane et Garcia aux éditions Soleil

David

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,584FansLike
166FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles