pub

Rechercher dans ce blog

dimanche 25 janvier 2015

Le sabre et l'épée, T1 La Yesha

couverture Le Sabre et l'épée T1 chez Delcourt

Série: Le sabre et l'épée T1
Titre: La yesha
Editeur : Glénat
Auteurs : David Chauvel, Hervé boivin et Christophe Araldi
Année : 2006




Résumé :
Wu Gang est le sabreur du petit village de Xingfu. Il affronte tout étranger entrant armé dans le hameau jusqu'à la mort ! Aujourd'hui est un jour spécial car Wu Gang va affronter son vingt-septième étranger ! Et ceci à la joie de tout le village. Mais on s'en doute, ce jour va être un peu spécial car rien ne va se passer comme prévu. Et Wu Gang va tomber de Charybde en Scylla, expression de fort bon aloi, car il est bien question de monstres, et pas des moindres car la Yesha, qui donne son titre au premier tome de cette série médiévale fantastique sauce chinoise moyenâgeuse, va prendre Wu Gang en haine. Et elle a la rancune tenace...


Mon avis :
Voilà une belle surprise pour clore 2014 que cette petite BD. Comme quoi le Père Noël ne se manifeste pas seulement qu'en décembre, car c'est un peu plus tôt que Wu Gang a croisé ma route. Bien qu'assez ancienne, puisque datant de 2006, ce fut un vrai petit plaisir de plonger au cœur de cet univers.

L'histoire semble démarrer de manière fort classique et puis, avec cette histoire de vingt-septième combat, tout bascule. Le jeune héros est une bonne tête à claques bien orgueilleuse et le personnage qui semble être amené à devenir son mentor cache quelque chose. De quoi titiller ma curiosité ! J'ai été emballé par cet univers nous ramenant dans la Chine antique, terre de légendes. Ah ben ça tombe bien, Terre de Légendes est le nom de la collection ! Ils font bien les choses chez Glénat...
Mais revenons à notre héros, dont l'impétuosité le met dans des situations désavantageuses dans l'immédiat mais qui vont se révéler dangereuses pour sa vie dans le long terme. Les personnages, qui semblent archétypaux de premier abord, révèlent quelques mystères au fur et à mesure du récit. Comme ce vieillard étrange qui a croisé la route de Wu Gang et dont nous ne savons rien. D'autant que sa lame brisée recèle une histoire qui ne va pas se dévoiler de suite mais je ne vous en dis pas plus...
En parlant de lame, David Chauvel, le scénariste, a eu la bonne idée de rajouter une couche de mystère avec l'histoire parallèle du forgeron Gang Jiang.
Et du coup, bien que l'histoire semble nous présenter une intrigue unique, elle comporte des nœuds plus complexes qui vont probablement s'étoffer dans les tomes suivants.
J'ai été bien emporté par cette aventure, ou plutôt devrais-je dire ce début d'aventure qui nous amène au temps des sabreurs légendaires, ceux qui ont inspiré des films comme Tigre et Dragon ou encore moult productions de la regrettée société Shaw Brothers.

Hervé Boivin nous offre un style avec des personnages plutôt réalistes, aux visages expressifs. Tout ce petit monde court et saute dans tous les sens et cela apporte une belle énergie au dessin. Les personnages croqués dans l'action, et parfois même donnant l'impression d'être figés dans leur mouvement, sont assez surprenants. Afin de rajouter de la force à ses déplacements, le dessinateur n'use pas des lignes de mouvements comme à l'accoutumée mais il crée des fonds où tout d'un coup, des traits remplacent le décor, rappelant ainsi beaucoup le style du manga japonais – comment ça, manga Japonais est un pléonasme ? -. Et il faut reconnaître que cela fonctionne bien.
Les décors sont réalistes, mais les couleurs de Christophe Araldi leur donnent une forme d'irréalité assez difficile à définir. Il faut dire que la BD se déroule en été et que le soleil implacable se fait sentir par cette teinte bleu jaune qui hante chaque page, sauf le soir qui apporte un soulagement bienvenu, mais des mystères inattendus. J'aurais sans doute préféré des couleurs moins tranchées, moins nettes, moins typées infographie pour une patte plus peinture, qui m'aurait mieux renvoyé à l'époque de l'histoire. Mais il s'agit là de mon goût personnel et qu'importe, puisque j'ai adoré voyagé en compagnie de Wu Gang dans cet empire du milieu où les démons n'attendent pas la nuit pour sortir prendre l'air !
Le cadrage mélange différents types de cases : grandes, petites, allongées, verticales renforçant ainsi encore plus le dynamisme des dessins. De plus, ce cadrage permet de varier aussi les angles de vues, offrant de belles perspectives, et quelques plongées et contre-plongées fort bienvenues ! Les scènes d'action savent rester claires tout en gardant une belle énergie. Et croyez-moi, c'est fort agréable.

Alors ne boudez pas votre plaisir. Si vous aimez les démons, la Chine impériale, les combats au sabre, les vils félons et les jeunes héros un peu concons mais assoiffés de sang, précipitez-vous sur cette série qui se déroule pour l'instant en quatre tomes. Et si ça vous a plu, alors pourquoi ne pas la glisser sous le sapin de quelqu'un ?

Zéda rencontre Wu Gang...

strip "SAMOUSSASIATIQUE" Zéda pour illustrer la chronique 7BD sur Le Sabre et l'épée T1


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!