pub

Rechercher dans ce blog

mardi 24 juillet 2018

Cavalerie Rouge, la chronique équestre

couverture de "Cavalerie rouge" de Pecau, Babel, Milovic chez Delcourt
Titre : Cavalerie Rouge
Auteurs : Jean-Pierre Pécau (adaptation), Djordje Milovic (dessins) d'après le recueil de nouvelles de Isaac Babel traduit par Maurice Parijanine
Editeur : Soleil
Collection :
Année : 2018
Pages : 144


Résumé :
Isaac Babel est un auteur Russe du début du vingtième siècle. Dans des salons, il a la chance de rencontrer l'illustre écrivain Gorki, qui reste impressionné par la première nouvelle de Babel. Mais un jour, Gorki lui balance qu'il n'a pas assez vécu pour continuer à écrire. Babel va alors s'engager dans l'armée russe ! Nous sommes en 1917. De cette aventure, Babel va ramener de curieux souvenirs de la guerre révolutionnaire des rouges contre les blancs, qu'il consigne en petites nouvelles formant le livre intitulé Cavalerie Rouge...

Mon avis :
Voici l'adaptation en BD d'un roman russe datant de 1926. J'ai ainsi pu découvrir Isaac Babel dont je n'avais pas entendu parler auparavant. Et je me suis plongé, au travers de cette BD, dans les errances de ce personnage se mettant parfois en scène lui-même au gré des hasards de la guerre. Les situations sont curieuses. Pas de grande batailles, de charges héroïques, mais juste des hommes croisant d'autres hommes, de soldats rencontrant des prêtres, de voyageurs au côté des femmes. Rien de spectaculaire, juste du quotidien. Mais le quotidien en temps de guerre prend une autre tournure. Surtout en 1917, au cœur de la révolution russe.
Au travers de quatorze petits chapitres, nous découvrons ce monde un peu perdu, décalé, parfois absurde. La force de ce récit ne vient pas seulement des anecdotes mais aussi du style littéraire de Babel que reprend Pécau. Un style qui sort du classicisme et nous décrit des paysages d'une manière différente, rappelant plus la vision poétique que réaliste. A titre d'exemple : « […] les étendards du couchant flottent sur nos têtes. » J'ai trouvé ça très beau. Vision de soleil couchant en même temps que rappel du temps de guerre. Tout est dit dans cette proposition.
Et contrastant avec ces visions poétiques du monde, tombe la situation terre-à-terre vécue dans chaque nouvelle. Nouvelle qui se termine souvent sur un point curieux, comme une suspension appelant une suite qui ne tombe pas. Et on enchaîne alors avec une autre nouvelle.
Jean-Pierre Pécau réussit son pari, il m'a donné envie de lire Babel, en tout cas d'aller me plonger dans ce recueil de nouvelles.

page de "Cavalerie rouge" de Pecau, Babel, Milovic chez Delcourt
La richesse graphique et littéraire de Cavalerie Rouge

L'autre point fort de ces récits est le dessin, les aquarelles flottantes de Djordje Milovic.
Démarrant en noir et blanc, plutôt gris et blanc pour nous présenter l'auteur et la raison de son engagement, le dessin prend ensuite, au cœur de la campagne Russe, pleinement de la couleur. Couleurs magnifiques, fortes ou douces, puissantes ou en retrait.
Dans ces aquarelles, Milovic joue également sur des traits de contour légers, esquissés parfois mais bien présents, plutôt gris que noir.
Un mélange semblant figer personnages et décors dans une atmosphère douce, ténue, flottante. La force des couleurs, du trait léger, du texte dense et riche, renforce encore plus ces histoires. Le découpage et la composition des cases, plus classiques, permet au dessin de s'installer. Tout comme le style de Babel permet aux contenus des histoires de se mettre en place lentement.

Cette BD magnifique est une œuvre à lire sans se presser. A vous d'errer aussi en compagnie de ces êtres humains ballotés par l'histoire et le quotidien et de prendre le temps de vous immerger, ou plutôt de vous laisser emmener par le trait de Milovic, la construction de Pécau et le style de Babel.

Zéda dans la campagne russe de 1917 !

"CAVALERIE ROUGE", strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "Cavalerie rouge" de Pecau, Babel, Milovic chez Delcourt


David


Inscrivez vous à notre newsletter :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!