mercredi 30 novembre 2022

Offrez-nous un café

Saison Brune 2.0 (nos empreintes digitales), la chronique éco-engagée

Nous sommes aujourd’hui Ă  l’heure d’internet, des Ă©crans et des smartphones. DĂ©couvrez ici une BD qui aborde ces sujets. Saison Brune 2.0 (nos empreintes digitales), la BD qui concrĂ©tise le numĂ©rique

couverture de "SAISON BURNE 2.0 NOS EMPREINTES DIGITALES" de Philippe Squarzoni chez Delcourt

Titre : Saison Brune 2.0 (nos empreintes digitales)
Auteurs : Philippe Squarzoni (scénario et dessin)
Éditeur : Delcourt
collection : Encrages
Année : 2022
Pages : 264

RĂ©sumĂ© d’une BD informative :

Un Ă©cran, un stardestroyer, un Ĺ“il… Un père et sa fille regardent Star Wars sur leur tĂ©lĂ©vision. Le père puise dans sa bibliothèque, Chaplin, Tolkien, autan d’images, d’e pans de sa culture qu’ils partagent avec son enfant. Ils sortent finalement dehors et leurs pas marquent le sol derrière eux, Ă  l’écart des autres traces. Un smartphone gĂ©ant se dresse devant eux, obstacle Ă  la sauvegarde de la planète.

Saison Brune 2.0 : le scénario d’un récit fractionné:

Philippe Squarzoni se penche sur l’impact du numérique sur l’écologie. En partant de ce père et sa fille, de leur mode de vie en 2020 pendant le confinement, l’auteur nous entraîne dans une vision globale. Comme un entonnoir renversé, partir du particulier pour arriver au général. On commence par un bilan écologique et un état des lieux de la situation. ON aperçoit alors le mur vers lequel nous fonçons. Si vous avez tenu jusque là, vous vous êtes confronté au plus dur. En effet, le moral en prend en coup quand on réalise simplement, avec les différents chiffres mis bout à bout, la catastrophe qui nous tend les bras.

Heureusement, l’auteur envisage des pistes de solutions. Mais le couloir d’action est ténu, et quand bien même nous nous y mettrions tous, il faut en plus une volonté politique pour agir afin d’enrayer le problème. Volonté politique qui ne semble pas très présente.

Le second point est l’impact du numérique.

Philippe Squarzoni réussit très très bien à nous faire prendre conscience que la société dématérialisée n’existe pas. En fait, elle est même très matérielle, mais cette matérialité demeure invisible. Le fonctionnement du numérique qui nous permet de naviguer en ligne est détaillé et expliqué précisément.

Il ressort du coup que numérique et écologie ne font pas bon ménage. Le digital vert est quand même assez sombre.

Cette BD est assez explicative, mais il y a deux Ă©lĂ©ments qui rendent la lecture de ce rĂ©cit agrĂ©able. Tout d’abord, le père et sa fille nous ramènent dans des prĂ©occupations concrètes, moins globales, plus humaines. Quel Ă©quilibre trouver pour ne pas renoncer Ă  tout ? Et puis, le graphisme.

page de "SAISON BURNE 2.0 NOS EMPREINTES DIGITALES" de Philippe Squarzoni chez Delcourt
un noir et blanc presque crayonné

Le dessin éclaté:

Le dessin nous immerge dans la réflexion. Le texte s’appuie sur une composition éclatée, décomposée. Imaginez une planche fractionnée en plusieurs cases mises dans le désordre, mélangeant deux sujets, mais reliant le tout par le choix du cadrage. Philippe Squarzoni a une idée en tête, et la décomposition et recomposition des images et leur mélange fait sens, crée une dynamique narrative symbolique très intéressante. On se prend au jeu de décrypter le message. Et le texte aide beaucoup, bien sûr.

Le dessin opte pour un style rĂ©aliste, noir et blanc, mais s’appuyant sur peu de trait. L’auteur choisit d’allĂ©ger son trait. Les dessins soit en pleine page, soit en gaufriers, permettent de varier la composition et de l’adapter Ă  l’histoire. La BD se dĂ©coupe d’ailleurs en trois narrations : la partie symbolique qui introduit un thème, le rĂ©cit qui suit le père et sa fille et on entre ensuite dans le propos didactique et informationnel, rebondissant sur le dessin. Ce dernier prĂ©sente souvent le père en train de lire les recueils sur lesquels s’appuie l’auteur pour ses explications. Cette liste est reprise Ă  la fin de la BD.

Conclusion d’une BD consciente:

Oui, une BD consciente qui éveille nos consciences. Difficile de voir le bout du tunnel, mais nous savons que nous sommes une partie de la solution, mais que cette solution ne peut pas reposer uniquement sur nous. Nous prenons aussi conscience de l’impact du numérique sur notre monde, en terme de pollution.

ZĂ©da rencontre Philippe Squarzoni !

"REPRISE DE CONSCIENCE" strip de ZĂ©da pour illustrer chronique 7BD sur "SAISON BURNE 2.0 NOS EMPREINTES DIGITALES" de Philippe Squarzoni chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,730FansLike
187FollowersSuivre
54FollowersSuivre

Derniers Articles