vendredi 24 mai 2024

Offrez-nous un café

Le regard d’un père de Laurent Bonneau aux éditions Des ronds dans l’O

Le regard d'un père de Laurent Bonneau aux éditions Des ronds dans l'O

Titre : Le regard d’un père

Scénario & dessins : Laurent Bonneau
Editions : Des Ronds dans l’O
Année : 2021
Nombre de pages : 120

Résumé de « Le regard d’un père » de Laurent Bonneau: 


Laurent Bonneau a été touché par le décès du père d’un de ces amis.
Lui-même étant devenu père, c’est l’occasion pour lui de revenir sur l’un de ces projets, initié en 2010, et ainsi de s’interroger sur le regard que lui porte son papa, mais aussi sur comment lui sera perçu par ses enfants.
Tout en pudeur, Laurent libère peu à peu ses émotions contenues depuis de nombreuses années, cherchant ainsi l’expression de la reconnaissance de son géniteur, et laissant par la même occasion son espoir à ses enfants.

Mon avis sur « Le regard d’un père » de Laurent Bonneau:


Voilà une bd juste et sensible, dévoilant ainsi la réserve que de nombreux hommes devenus père contiennent à l’égard de leurs enfants par pudeur.
Laurent Bonneau nous ouvre son intimité et ses sentiments. 
Et cela touche évidemment car nombre d’entre nous l’ont vécu aussi et n’ont pas su s’affranchir de cette retenue.
Le regard d'un père de Laurent Bonneau aux éditions Des ronds dans l'O extrait 1
Planche extraite de la BD


Ces relations père-fils sont souvent très particulières et distantes, tout en non-dit, où la timidité et la fierté masculine empêche d’exprimer pleinement et sereinement ses émotions.
Et avec cet ouvrage, Laurent Bonneau se libère et casse majestueusement cette barrière invisible, en faisant d’une pierre deux coup : exprimer ses sentiments à son père mais aussi préparer sa relation avec ses enfants.
Ceci dit, cette bd a ceci de magique aussi que tout semble encore rester en retenue et en discrétion.
Le graphisme réaliste fort et puissant de l’auteur accompagne élégamment cette humanité et cette sensitivité. 
Les grandes cases et les très fréquentes pleines pages offrent un tableau à admirer à chaque fois. Elles nous permettent de savourer ces instants de simplicité et de familiarité. 
Elles nous accompagnent aussi vers une sensation de liberté, de soulagement comme si le plus gros des fardeaux avait été vaincu.
Les compositions sont légères, harmonieuses et singulières. Elles représentent banalement des épisodes de vie, mais qui restent de souvenirs marquants et précieux aux yeux d’un homme affranchi.
Des petits « rien » qui font l’excitation d’une vie, une poésie quotidienne, un enchantement commun.
On prend ainsi le temps d’apprécier la vie, sa douceur et ce qu’elle propose de plus beau : l’humain
Les tonalités des couleurs sont judicieusement choisies. 
Entre les nuances de noir et blanc afin d’évoquer le père et les souvenirs, les explosions de couleurs pour témoigner de l’instant présent et de la fraicheur de la jeunesse mais aussi de porter un regard certain vers un avenir serein, et enfin cette palette de bleu neutre pour recentrer le récit sur soi et ses sentiments, c’est une extase visuelle.

Le regard d'un père de Laurent Bonneau aux éditions Des ronds dans l'O extrait 2
Planche extraite de la BD


On se laisse porter ainsi au grés des vents, à suivre un chemin tracé semé d’embuches qui égayeront chaque jour, chaque moment et qu’un père accompagnera pour les surmonter de par son modèle et son stoïcisme du a son expérience.
Ce livre est un formidable témoignage d’amour pour son père. Un merci en majuscule, silencieux mais tellement émouvant qu’il en résonne encore aux yeux des lecteurs. 
Une reconnaissance quasi éternelle pour celui qui lui a offert son sang, son éducation, sa patience, sa bienveillance.
Un regard tendre et réfléchi pour n’en tirer que la beauté du lien filial.

Ce récit est donc une bulle d’air dans ce monde de brutes. 
Il ne nous révèlera pas les secrets pour devenir un bon parent si tant est qu’il y en a un…
Mais par contre il nous rappelle efficacement qu’il ne faut plus attendre pour dire les sentiments et les « je t’aime », et cela sans aucune honte à avoir.
Il faut le faire avant qu’il ne soit trop tard et que les regrets/remords ne deviennent résiduels.
Le regard d'un père de Laurent Bonneau aux éditions Des ronds dans l'O extrait 3
Planche extraite de la BD

Voilà donc un beau livre très intimiste, délicat et presque bouleversant eu égard aux émotions qu’il peut faire ressurgir.
Une belle lecture.
Ciao
Yann

Inscrivez-vous à notre Newsletter :





Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,487FansLike
423FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles