pub

Rechercher dans ce blog

mardi 11 juillet 2017

Festival BD6Né 2017, une cinquième édition riche en événements

Photo festival BD6Né, Lieu de rencontres !

Le festival BD6Né a déroulé avec panache sa cinquième édition à la fin du mois de Juin, et plus précisément du 22 au 25 juin. Nous étions bien sûr présent, et si l'équipe n'était pas au complet, nous fumes suffisamment présent pour pouvoir saisir l'occasion de revenir sur ces quelques jours bien remplis. 

Le lancement s'est effectué à Petit Bain, le jeudi 22 juin, avec un village BD de circonstance et aussi trois concerts, "Fugu Dal Bronx", "WonderFlu" et "White Heat". Sans oublier, bien sûr, quelques surprises, comme la possibilité de vous faire dessiner en mode caricature par Oligo, qui parcourait les lieux, feuilles et stylos à la main, pour proposer aux gens des caricatures en direct. Rencontre entre BD et musique, quoi de mieux pour commencer BD6Né.
Puis, dès le vendredi, c'est à la médiathèque Marguerite Duras dans le vingtième que le festival a offert sa soirée de projection dévoilant les films en compétitions, donnant en même temps beaucoup de mal au Jury pour trancher, et nous donnant beaucoup de mal aussi, car cette année, avait lieu la remise d'un nouveau prix à BD6Né, le Prix 7BD ! Une belle manière de marquer le partenariat qui nous unit à ce jeune festival.
Avec toute notre petite équipe de chroniqueurs et chroniqueuses, on s'est gratté la tête pour choisir ce qui nous semblait – toute subjectivité assumée – le film le plus sympathique. Mais nous reviendrons là-dessus plus tard. 

Photo festival BD6Né, expo Tommy Redolfi
 Une petite partie de l'exposition consacrée à Holy Wood de Tommy Redolfi !
 
Cette soirée du vendredi nous a permis également de découvrir le vernissage de l'exposition de Tommy Redolfi, consacrée à sa BD Holy Wood, paru chez La Boîte à bulles et de celle de Panic Reverse!.

Photo festival BD6Né, village BD, expo et Oligo !

 Le village BD à la médiathèque et Oligo, qui fut le seul à repérer le photographe !
La journée du samedi fut elle aussi riche en émotions. Tout d'abord, les plus jeunes ont pu profiter de la projection Jeune Public, sept court-métrages drôles et attachants. A l'issue de la projection s'est tenu la remise des prix du concours de dessin. Le thème du concours était « Imagine un film avec ton héros préféré du journal Spirou » et comportait deux catégories, les 7-11 ans et les 12-16 ans. 

Photo festival BD6Né, expo concours dessin
 Les dessins du concours jeunes dessins !
 Puis, dans l'auditorium de la médiathèque, Philippe Robert est venu nous offrir un spectacle de Kamishibaï, théâtre d'images d'origine Japonaise. En une petite heure, il nous a conté des légendes Africaines, des contes Japonais, des adaptations de nouvelles ou encore des récits français. A la limite du fantastique, destiné aux plus petits comme aux plus grands, le Kamishibaï a enchanté toute la salle et l'échange en fin de représentation fut enrichissant pour tous. Il faut dire qu'en plus de dessiner et conter ses histoires, Philippe Robert chante, en Japonais ou en Wollof, imite le son des instruments comme le Koto et pose une ambiance onirique en quelques mots.

Photo festival BD6Né, Philippe robert et le Kamishibaï

Philippe Robert et son Kamishibaï, qui n'attend que de dévoiler ses mystères.
Une excellente initiative, qui nous rappelle, s'il en était besoin, que le dessin, l'animation et le live peuvent faire bon ménage !
Après une pause déjeuner qui vous laissait le temps de parcourir les expositions et le village BD, afin d'obtenir quelques dédicaces, il fallait rempiler l'après-midi pour la séance documentaire. Là, rejoint par Florian, j'ai pu découvrir quelques chapitres de l'intrigant documentaire consacré à Don Rosa, un des dessinateurs reconnus de Picsou, intitulé « The Scrooge Mystery » et réalisé par Morgann Gicquel. 

Photo festival BD6Né, Morgann Gicquel
 Le réalisateur Morgann Gicquel nous explique sa rencontre avec Don Rosa !
Puis ce fut le plaisir de découvrir Schuiten et Peeters au travail dans « A Quatre Mains », documentaire suivant les deux auteurs lors d'une journée de travail sur la dernière partie de leur BD « Revoir Paris ». Passionnant ! Et finalement, Francophobia mettait en scène l'univers de François de Jonge, mélangeant interviews, extraits de BD et scènes étranges rappelant les mondes torturés et incroyablement précis de l'auteur.
Retour au village BD car notons quand même dans la liste des auteurs présents Tommy Redolfi, Kévin Kapalsky, Michaël Marmin ou encore le collectif Comicverse et l'équipe de Distorsion. 

Photo festival BD6Né, Village BD médiathèque MArguerite Duras
 Le Village BD, un espace de dédicaces, d'exposition et de rencontres !
A peine le temps de souffler que nous retournions à la salle de projection pour la séance Chasseur de Chimères composé de sept films, variés, drôles, touchants, intrigants, en tout cas, qui ne laissent pas indifférents. Projection qui s'est achevé avec une petite rencontre où intervenaient les réalisateurs de certaines des œuvres présentées.

Photo festival BD6Né, La projection Chasseur de Chimères
 Alban Gily, Julien Vray, Guillaume Rieu, Pascal Stervinou et Jean-Marc Rettig, une partie des réalisateurs des films projetés à la séance Chasseur de Chimère, et tenant le micro à droite, Julien Savès, organisateur du festival !
Le morceau de choix de la journée, afin de finir en apothéose, fut la projection consacrée à Alberto Vazquez. D'abord le court-métrage Décorado puis le long Psiconautas. Les deux films réalisés la même année ont permis à Alberto Vazquez de réaliser un incroyable tour de force : remporter en même temps le Goya du meilleur court avec Décorado et le Goya du meilleur film d'animation avec Psiconautas.
Deux films magnifiques, aux univers étranges, inquiétants et en même temps esthétiques et diluant une dose d'humour noir. Je ne peux que vous recommander de trouver un moyen de voir ces deux films, qui nous rappellent qu'il est possible de faire de l'animation de qualité, avec des histoires rappelant assez l'univers mystérieux de David Lynch. Alberto Vazquez, un réalisateur à suivre ! Et pour la petite histoire, j'ai découvert cet homme grâce à BD6Né qui avait passé lors d'une édition précédente un petit court de cet auteur talentueux intitulé Sangre de Unicorno ! 

Photo festival BD6Né, Mathieu Sapin
 Mathieu sapin devant l'affiche du festival
Après une nuit peuplé des créatures de Psiconautas, j'ai rempilé pour la dernière journée du festival. J'ai pu assisté à une première rencontre avec Mathieu Sapin, auteur prolifique puisqu'il parvient à mener – de main de maître - plusieurs projets de front. Mathieu Sapin est passé dans le reportage dessiné, si on peut l'appeler ainsi, avec des récits sur les rouages de Libération, « Journal d'un journal », les coulisses de la campagne de François Hollande, « le Château » ou les multiples facettes de Depardieu, « Gérard ». 

Photo festival BD6Né, BD de Mathieu Sapin
 Extrait d'une BD de Mathieu Sapin
L'auteur nous raconte son expérience, enfin plutôt ses expériences, car finalement chaque histoire est une expérience en soi, différente et riche de nouveau enseignements. De plus, à côté de ses BD, Mathieu Sapin s'est impliqué dans un documentaire intitulé « Macadam Popcorn » et traitant des exploitant de salles de cinéma en France. Cela ne l'empêche pas de réaliser des courts-métrages, comme « Vengeance et Terre Battue » et de préparer un, voire deux long-métrages. Quand je vous dis que c'est un homme prolifique. Et cerise sur le gâteau, avec cet agenda de ministre, il trouve le temps de venir partager avec nous au festival BD6Né. Disponible, souriant, questionnée par Hélène de roux, Mathieu nous raconte Hollande, Depardieu, son parcours, les arts-déco de Strasbourg, la BD, le cinéma et comment il parle de tout ce qu'il fait dans tout ce qu'il fait.

Photo festival BD6Né, Fanny Michaelis
 La talentueuse Fanny Michaëlis
 Dans un autre style, Mathieu Sapin laissa la place à Fanny Michaëlis, auteur de nombreuses BD, comme « Avant mon père aussi était un enfant », « Dans mon ventre », « Géante » ou encore « Une île ». Elle nous parle du rapport entre sa vie et son œuvre, de ses choix esthétiques et narratifs dus à son parcours, entre les beaux-Arts de Paris et l’École Saint-Luc à Bruxelles. Des histoires sur le vif, entre livres illustrés et BD où la narration trouve sa place au cœur des dessins aux crayons ou en couleurs, où la fiction rejoint l'inspiration souvent issu de la vie de Fanny. Là encore, je me suis retrouvé face à une auteure aux talents multiples, puisqu'elle fait aussi partie d'un groupe de musique, FatherKid, qu'elle a créé avec Ludovic DeBeurme.
Puis, après un dernier tour dans l'exposition Holy Wood tandis que Mathieu et Fanny dédicacent leurs albums BD, arriva le temps de la cérémonie de clôture.
Le palmarès des films gagnant:
GRAND PRIX - "TheAbsence of Eddy Table" de Rune Spaans (d'après Dave Cooper)
MENTION SPECIALE - "LaTable" d'Eugène Boitsov

Photo festival BD6Né, La Table
 La table, une fable géométrique qui ne tournait pas si rond que ça...

PRIX 7BD - "Sirocco" d'Avril Hug, Lauren Madec, Kevin Tarpinian, Thomas Lopez 
et Romain Garcia
Quelques infos sur ce film...

Photo festival BD6Né, Sirocco
 Sirocco, la 3D au service d'un film noir à l'humour bien noir aussi

PRIX DU PUBLIC - "IWant Pluto To Be A Planet Again" de Marie Amachoukeli 
et Vladimir Mavounia-Kouka

Photo festival BD6Né, I want pluto to be a planet again

I Want Pluto to Be a planet Again, un monde fou fou fou...

PRIX CHIMERES - "Gorilla" de Tibo Pinsard (vote du public)
un extrait !

PRIX DU JEUNE PUBLIC - "Gokurosama" de Clémentine Frère, Aurore Gal, 
Yukiko Meignien, Anna Mertz, Robin Migliorelli et Romain Salvini

Photo festival BD6Né, Gokorusama
 Une image extraite de Gokurosama
A 7BD, on a été étonné par la diversité des films et le choix fut difficile. Pourquoi choisir celui-ci plutôt qu'un autre ? Car, non seulement les films étaient de qualité, mais en plus, ils étaient tous différents, dans leur narration et dans leurs techniques d'animation : 3D, peinture animée, noir et blanc, couleur, dessin animé, pour des contes fantastiques, des thrillers comiques, des films poétiques ou des récits très intérieurs. Le seul point commun était la qualité !

Photo festival BD6Né, Les Chicons de Mike Sunnenberg
 Devant les Chicons, Julien SAvès, Mike Zonnenberg, Mathieu Sapin et Marion Buannic
Et pour enchaîner avec la remise de prix, BD6né proposait une projection spéciale, avec non seulement les deux premiers épisodes de la Web-séries « les Chicons » de Mike Zonnenberg, adapté de sa BD, mais aussi « A l'affiche », court documentaire suivant Schuiten réalisant une affiche, moment de recueillement devant la main de l'artiste courant sur le papier, et « Vengeance et Terre Battue », le court-métrage de Mathieu Sapin, suivi de son making of.

Photo festival BD6Né, Tomy Redolfi pour le concert dessiné
 Tommy Redolfi en plein travail sur la musique de Matt Elliott
Et le clou de la soirée a été le concert dessiné. Alors que Matt Elliott nous envoutait avec sa voix et sa guitare, aidé de ses pédales d'effets, Tommy Redolfi dessinait en direct sur les chansons de l'artiste. C'était la première fois qu'il se prêtait à ce jeu et il s'en est, ma foi, fort bien sorti !

Photo festival BD6Né, Matt Eliottpour le concert dessiné
 Les mains de Tommy Redolfi derrière la silhouette de Matt Elliott
Malheureusement, le concert, trop court, comme l'ensemble du festival, en marquait la clôture. Ce fut donc le moment de se séparer mais pas sans la traditionnelle photo d'équipe de tous les bénévoles qui ont consacré leur temps à préparer en amont et à faire vivre pendant ces quelques jours ce festival ! 

Photo festival BD6Né, L'équipe de bénévoles du festival

Photo festival BD6Né, L'équipe de bénévoles du festival
 En deux photos, à cause de leur nombre, l'équipe au complet des bénévoles qui ont permis à cette cinquième édition de voir le jour !
Alors, je vous dit à 2018 pour une sixième édition ? En tout cas, nous, à 7BD, nous y serons avec plaisir !


Inscrivez vous à notre newsletter :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!