pub

Rechercher dans ce blog

samedi 20 mai 2017

Udama chez ces gens-là, la chronique surprise !


couverture de "UDAMA CHEZ CES GENS-LA" de Zelba chez La boîte à bulles
Titre : Udama chez Ces Gens-là
Auteur : Zelba (scénario et dessin)
Editeur : La Boîte à bulles
Collection : Hors-champ
Année : 2017
Page : 112


Résumé :
Claire et Hervé viennent d'avoir leur premier enfant, une jolie petite fille répondant au doux nom de Rose. Ils cherchent une assistante maternelle qui pourra s'occuper du bébé, afin de permettre à Claire de reprendre son travail en agence immobilière. Hervé souhaiterait que Claire s'occupe elle-même de la petite mais la jeune mère a besoin de reprendre pied professionnellement. Le couple reçoit Udama, jeune malienne en recherche d'emploi, et finit par l'engager. Udama, de bonne composition, va devoir jongler pour tenir ses horaires avec les jeunes parents et s'occuper de ses propres enfants. Claire et Hervé devraient être soulagés d'avoir quelqu'un mais curieusement, cette situation ne semble satisfaire ni les parents, ni la nounou...

Mon avis :
Udama semble démarrer de manière classique, les jeunes parents tellement obnubilés par leurs problèmes qu'ils ne se rendent pas compte de ceux de leur nounou, tandis qu'Udama fait des pieds et des mains, tout en gentillesse et aussi par crainte de ne plus travailler, pour tenir les engagements. Et contre toute attente, l'histoire bascule doucement mais sûrement. Les égoïstes ne semblent plus si égoïstes que cela, mais plutôt un homme et une femme perdus qui n'arrivent plus à communiquer. La nounou ne semble plus si gentille que cela et se retrouve obligé de faire des choix drastiques pour survivre.
J'ai été surpris par la tournure des événements. Voir que chacun évolue à sa manière, pensant régler des problèmes et ne parvenant qu'à en créer de nouveaux, consciemment ou pas, donne un poids à la BD et fait réfléchir sur ce qu'implique la survie sociale.

Mais surtout, une des causes de l'évolution dramatique de ce récit repose, pour moi, sur l'absence de communication. Hervé et Claire ne communiquent plus, ou communiquent mal. Ces problèmes de communication, c'est Udama qui va en subir les conséquences au départ. Et finalement, elle va elle-même se retrouver dans un jeu où cette absence d'échange va se révéler avoir des conséquences autant négatives que positives.

La fin de cette histoire – que je m'abstiendrai de vous révéler – m'a également en partie surprise. Principalement car la situation finale où les choses semblent rentrer dans un certain ordre cache un malaise plus profond et j'ai eu l'impression, en refermant la BD, que les problèmes de chacun des protagonistes ont juste été repoussés de quelques mois. Ce qui crée un étrange sentiment de malaise et permet à Zelba de conclure cette histoire sur une note mi figue mi-raisin, une note difficile à trouver qui montre bien que ce récit est plus complexe qu'il n'en a l'air.

page de "UDAMA CHEZ CES GENS-LA" de Zelba chez La boîte à bulles
Ni vu ni connu, les décors s'effacent au profit de spersonnages !

Au dessin, Zelba choisit un style rond, tout en douceur, pour nous raconter cette rencontre. Un style qui s'adapte tout à fait à la première partie de l'histoire et qui contraste avec l'évolution inattendue qui apparaît par la suite.
Des personnages dessinés tout en douceur, aux traits simples mais permettant de jouer avec de nombreuses expressions évoluent dans des décors épurés souvent même mis de côté pour accentuer les échanges et les émotions. En quelques traits, le contexte d'une scène est posé et peut donc être mis de côté ensuite pour se concentrer sur les personnages.
Des couleurs simples viennent relever le tout, sachant aussi s'effacer pour favoriser les échanges entre personnages, ou encore s'accentuer aux couleurs des émotions du drame qui se joue dans certaines scènes.
Le cadrage reste simple et se focalise sur les protagonistes.

page de "UDAMA CHEZ CES GENS-LA" de Zelba chez La boîte à bulles
Faire comprendre les conditions de vie de Udama en une seule case !

Udama chez ces gens-là est une histoire beaucoup moins simple qu'il n'y paraît et qui vaut le détour. Car si l'absence de communication est un des problèmes pointés par ce recueil, il ne faut pas oublier non plus les contraintes liés au monde du travail, dans les différentes classes sociales auxquelles appartiennent Claire, Hervé ou Udama et Bintou, sa cousine.
Une BD à lire, et à réfléchir pour cerner un pan de la nature humaine.


Zéda croise Udama !

"LA-BAS COTE", strip de Zéda pour illustrer la chronique 7BD sur "UDAMA CHEZ CES GENS-L0" de Zelba chez La boîte à bulles


David


Inscrivez vous à notre newsletter :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!