mercredi 1 février 2023

Offrez-nous un café

Kingdom Tome 1 de Yasuhisa Hara

Kingdom tome 1 de Yasuhisa Hara aux éditions Meian
Série: Kingdom
Tome : 1
Auteur:  Yasuhisa Hara
Éditeur: Meian
Année: 2018
Nombre de pages:  224
 
Résumé :
 
En Chine, pays qui n’est pas encore unifié et qui traverse une grande guerre de cinq siècles, Shin et Hyou sont deux amis d’enfance.
Tous les deux sont orphelins de guerre et recueillis par le même paysan.
Ces deux amis s’entrainent, depuis de nombreuses années, après leur journée de labeur, au combat à l’épée avec des armes en bois, et cela afin d’atteindre leurs rêves : Devenir les plus grands généraux sous les cieux.
Jusqu’au jour où un homme fort et noble du nom de Shôbunkun, par ailleurs ministre de l’état de Qin, décide d’emmener Hyou avec lui…
Quelque temps plus tard, Hyou arrive, habillé majestueusement mais mourant devant le logement de Shin.
Celui-ci lui demande… Non lui ordonne, de rejoindre une cachette à Kokuhi sans plus d’explication avant de rendre l’âme.
Sans le savoir, Shin, garçon au caractère bien déterminé, va rentrer dans la plus grande aventure de sa vie, avec peut-être à la clé l’accomplissement de son rêve.

Mon avis :


Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce manga est pour moi ma révélation manga de l’année.
Outre que les jaquettes de couverture soient belles, le scénario et le dessin en sont aussi tout à fait remarquables !
Pour l’anecdote, ce manga a été édité la première fois au japon en 2006 et est composé de … 51 volumes à juillet 2018, alors il va falloir bien suivre… lol
Meian éditions nous a donc (et merci à eux) traduit et édité une belle merveille pour 2018 !!

Kingdom tome 1 de Yasuhisa Hara aux éditions Meian page 31
Page 31 du Manga

 Le livre :

Les volumes de ce manga sont superbes, relativement épais et avec une reliure de bonne qualité.
Les jaquettes font visiblement bien leur travail de vente et attirent d’un coup d’œil. De plus le touché lisse est vraiment agréable, et l’impression du titre (probablement à chaud) apporte un petit effet relief bien singulier.

Le dessin :

Le dessin en noir et blanc (hormis la première page en couleur) de Yasuhisa Hara est merveilleux, vivant, dynamique. Il n’y a absolument rien à envier aux autres grands noms auteurs de manga.
On constate un énorme travail d’ombre et lumière dans un style hachures, accompagné par un usage intensif de trames. Ceci dit le constat d’utilisation des trames ne saute pas aux yeux à la première lecture.
Ce n’est qu’en s’y attardant un petit peu que ce bilan peut se faire. Evidement l’usage de trames peut révéler quelques imperfections avec quelques « blancs » laissés en voisinage de contours… Mais c’est aussi tout ce qui fera le charme de ce livre lors d’une relecture. 

Pendant cette première lecture, l’intensité véhiculée des émotions par le dessin nous captive et nous plonge dans ce récit comme si nous le vivions en lieu et place des protagonistes, et cela notamment avec ces superbes gros plans dégageant des sentiments forts !
Le trait est particulièrement ciselé, précis et détaillé… Un vrai régal.
Les mises en scène sont redoutables d’efficacité surtout lors des phases de combats.
Elles sont évidemment accompagnées de nombreux effets visuels et de cadrage donnant ainsi encore plus de puissance aux scènes d’actions.
Le travail documenté sur les tenues d’époque est aussi particulièrement appréciable et riche d’information.
En résumé, graphiquement vous ne serez pas déçus. Chaque page, chaque scène est un confort pour notre rétine.

Kingdom tome 1 de Yasuhisa Hara aux éditions Meian page 8
Page 8 du manga

Le scénario :

Ce récit est une pure fiction mais évoluant dans un contexte historique chinois avéré, pendant la période de royaumes combattants au cours du Ve siècle avant Jésus-Christ.
Les sept royaumes en guerre sont donc les états de Qin, Zhao, Han, Wei, Chu, Yan et Qi.
Il s’avère aussi que l’histoire « fictionnelle » du régent Ei Sei est inspirée évidemment de celle de Zheng Ying alias Qin Shi Huang, l’unificateur de l’empire de chine et fondateur de la dynastie Qin.
Outre ces aspects d’antan, le reste de l’œuvre n’est que pure fiction laissant ainsi libre court à l’imagination de son auteur, dans la mesure où cela reste plausible…
Et ce récit est véritablement intense, avec un rythme bien endiablé. On ne s’ennuie pas et on dévore d’une traite tout le volume.
Les caractères des personnages sont tous bien déterminés et tranchés, et que l’on aime ou pas les différents protagonistes, on s’en prend finalement d’une certaine affection pour chacun, y compris les méchants.
L’environnement culturel de cette saga est aussi énormément renseigné et regorge d’informations sur les protocoles féodaux Chinois.
Le découpage est bien remuant lui aussi, variant allègrement le nombre de vignettes par page, ainsi que les tailles et formes des cases afin de nous émoustiller joyeusement.

Kingdom tome 1 de Yasuhisa Hara aux éditions Meian page 9
Page 9 du manga

En bref, voilà typiquement le genre de livre que j’apprécie particulièrement car il éveille ma curiosité, me passionne et surtout me divertit beaucoup.
Cette œuvre est, selon moi, assurément le manga de l’année 2018.
J’ai adoré.


Ciao
Yann
 

 
Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,893FansLike
207FollowersSuivre
65FollowersSuivre

Derniers Articles