mardi 16 août 2022

Offrez-nous un café

Blue Note Tome 2 de Mathieu Mariolle et Mikaël Bourgouin

Editions Dargaud, Mathieu Mariolle et Mikaël Bourgoin
Série : Blue Note ou les dernières heures de la prohibition
Titre : Tome 2
Dessin : Mikaël Bourgouin
Scénario : Mathieu Mariolle et Mikaël Bourgouin
Editeur : Dargaud
Résumé : 

Quelques jours avant la fin de la Prohibition, New York, dans les années 30…

Ray Jameson, alias R.J, est un guitariste prodige de jazz. Il quitte sa province pour rejoindre New York dans un seul but : atteindre son rêve de produire un disque afin de faire découvrir sa musique au grand public. A peine arrivé, il réussit à signer un contrat dans le club select Dante’s Lodge. Seulement voilà, R.J sait admirablement jouer des standards connus mais il est incapable d’improviser et d’imposer son style. D’ailleurs il n’en a pas de style… jusqu’au jour où…

De plus, en plein règne de la mafia, R.J va vite se rendre compte qu’il y a des règles à respecter. Et signer un contrat, c’est pour la vie…

R.J va-t-il accomplir son rêve ?  Va-t-il trouver un style ? Et en quoi son destin est-il lié avec celui de Jack Doyle, le boxeur héros du tome 1 de ce diptyque ?

Mon Avis :

Comment dire….imaginez la scène de « retour vers le futur » où Marty Mac Fly est devant le mur d’enceintes, se prend le son en pleine puissance et se fait éjecter… et bien c’est un peu le même genre  d’effet que ce diptyque m’a fait…
J’ai littéralement été abasourdi par cette œuvre. c’est ma révélation BD de l’année ! 
Je dirai qu’elle est presque parfaite !


Le dessin, le style, la mise en scène, les couleurs, les effets :

Le dessin est une véritable symphonie visuelle. Une ligne claire avec de beaux traits fluides, vifs, dynamiques, terriblement harmonieux. 
Le style semi-réaliste est remarquablement abouti. Les expressions sont vraiment bien rendues et on a droit à un véritable florilège (colère, surprise, doute, interrogation etc…). 
Les personnages sont vivants, humains et on ressent bien l’inspiration musicale jazzy des auteurs sur certains personnages secondaires comme Milt ou Cab, qui selon moi sont des portraits des célèbres jazzman Milton Hinton et/ou Cab Calloway (à l’exception près des instruments joués).

La mise en scène est une apothéose ! Les doubles et pleines pages sont splendides et on en prend véritablement plein les yeux. 
Les couleurs sont essentielles et accompagnent en parfaite harmonie le dessin ! On notera qu’à chaque fois que notre héros joue de sa guitare, les nuances de bleu sont intégralement présentes sur les vignettes ou pages… 
Mikaël Bourgouin illustre donc ainsi littéralement la fameuse « Blue Note » du Blues et du Jazz…
Enfin les effets sont la clé de toutes nos sensations. Ces sortes de vagues ou fumées qui s’échappent de la guitare et/ou du corps de notre personnage principal lorsqu’il joue sa musique nous apportent autant d’émotions que si nous écoutions réellement ses compositions, voire même peut être encore plus… Ces effets nous donnent vraiment l’impression de voir le son…

Donc coté dessin, selon moi on frôle la perfection !


Le scénario, le découpage :

Ce tome est donc le second tome d’un fabuleux diptyque. 
Le premier illustrant la vie du rude boxeur Jack Doyle, et ce deuxième illustrant la vie du musicien virtuose Ray Jameson. Ces deux histoires sont totalement différentes et s’entremêlent mais sans lien véritablement apparent, et ceci jusqu’à cette fin véritablement inattendue.
Ces scenarii sont donc remarquablement maîtrisés et réfléchis, construis et travaillés. Les références au jazz, le New York des années 30, les mœurs de cette période de fin de la prohibition, etc…, sont absolument bien documentés et rendus.
Le découpage nous tient quant à lui suspendu dans le récit, dans cette époque. On ne s’ennuie pas et on veut toujours en connaître plus ! 
L’alternance de ces somptueuses pleines pages, de ces contre-plongés, gros plan etc.. est orchestrée par une main de maître.
Enfin, Mathieu Mariolle nous illustre lui aussi à merveille, mais cette fois-ci au sens propre de l’expression, la fameuse « Blue Note » de Jazz dans le final de l’histoire.
Vous l’aurez compris cette BD a sonné au plus juste et en « harmonique » à mes yeux. 
Je ne peux que vous la recommander car elle est transcendante. 
Une BD indispensable !

Ciao, 
Yann


Allez, on finit sur une petite interview de Mikael Bourgouin…

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,609FansLike
155FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles