jeudi 18 août 2022

Offrez-nous un café

Au menu, Isaline T1 : Sorcellerie Culinaire

couverture de Isaline T1 de L'Hermenier et Yllya chez Bamboo au Carré
Série : Isaline



Titre
: Sorcellerie Culinaire



Auteur :
Maxe L’Hermenier (scénario) et Yllya (dessin) Magali Poli-Rivière
(Couleurs)



Editeur :
Bamboo
Collection : Bamboo au Carré



Année :
2015



Page
: 80 (Format Franco-Belge)









Résumé :



Isaline
est une ado comme toutes les autres, maladroite, toujours à la
bourre, amoureuse du jeune et beau Thomas et détestée de la belle
Laurie, la riche chipie de la classe. Après les cours, Isaline aide
sa mère à tenir le restaurant familial et s’occupe de son chat
appelé… Paillette. Tout se complique quand elle se retrouve
invitée à l’anniversaire de Thomas et qu’elle souhaite lui faire un
cadeau spécial, afin qu’il la remarque enfin. Que choisir ?
Heureusement, Isaline peut compter sur l’aide de sa grand-mère
paternelle. Ah tiens finalement, Isaline n’est pas vraiment une fille
comme les autres ! En effet, sa grand-mère est une sorcière et la
jeune ado a hérité de certaines de ses capacités magiques…









Mon
avis :



Une
histoire destinée au jeune public qui démarre sur les chapeaux de
roue. En effet, dans les premières pages, on enchaîne toute une
série de scènes qui posent le personnage à vitesse grand V. Vous
passerez du réveil de la jeune fille à la cantine de l’école, en
passant par le retard en cours et l’exposé du matin et l’apparitio
du beau Thomas !



Ce
rythme a l’avantage de nous plonger très vite dans l’histoire.
Quelques moments de pause permettent de reprendre son souffle,
principalement quand Isaline s’interroge ou se dispute avec sa mère
– ah, ces ados – mais la nervosité de l’histoire reprend vite le
dessus. Il faut noter aussi les personnages fort comiques et les
références pop qui traînent souvent, à droite à gauche, pour
l’œil averti. Ne fut-ce par exemple que le fils de la rivale de la
grand-mère d’Isaline qui s’appelle Edward, grande perche pas très
ténébreuse qui vous fera penser avec humour au Edward de Twilight.



Les
soucis d’Isaline sont, par contre, assez éloignés de mon monde :
Comment cuisiner le gâteau d’anniversaire qu’elle va offrir à
l’objet de ses amours lors de cette fameuse soirée d’anniversaire !
Comment dire, bon, l’identification est assez difficile pour moi…
Néanmoins, ce gâteau va être le cœur de l’histoire car nombre
d’événements tourne autour de lui, le destin d’Isaline – sic –
dépend de sa réussite, les imprévus vont découler de la quête de
la réussite de cette recette et les obstacles y seront également
liés. Certes, je vous déconseille de reproduire la préparation de
cette pâtisserie dans votre cuisine. Après tout, c’est un gâteau
magique, mine de rien ! La nourriture est donc le centre de cette
histoire. Le gâteau mais aussi des détails comme la rivalité entre
les deux sorcières – Pétunia, la grand-mère d’Isaline et
Graziella, la mère d’Edouard -, qui se règle autour d’un verre ! Ou
encore le fait que la mère d’Isaline tient un restaurant, où la
jeune fille aide comme serveuse et va recevoir la visite de sa pire
ennemie, l’insupportable chipie Laurie – sic again -…



L’idée
du malheur magique qui va frapper Isaline – et qui ne doit rien au
hasard, je vous laisse la surprise – est par contre très
intéressante puisqu’elle joue sur les peurs. Et quand on est ado,
des peurs et des inquiétudes, on en traîne un bon paquet. Si si,
allons, ne faites pas la fine bouche et rappelez-vous vos
douze-quatorze ans !



Et
ces peurs frappent souvent juste. Même si l’atmosphère bon enfant
empêche qu’on bascule dans la « dark sorcellerie ». Car
l’autre point clé de la BD est l’humour. Il est présent par les
références pop mais aussi par certains personnages, au hasard
Paillette, le chat, mais aussi Pétunia, la grand-mère qui ne refuse
jamais un bon picon de bière.



La
couverture rose pourrait laisser entendre que la BD est réservée
aux filles, mais si vous êtes un petit jeunot ou une petite
jeunotte, peu importe, vous vous amuserez tout autant.



Ce
premier tome pose donc le monde et fait attention à ne pas lancer un
feuilleton dont la fin arrivera au bout d’un nombre de tomes
incertains, il s’agit bien d’un récit complet. D’où sans doute sa
nervosité de narration. L’histoire se conclut sur des extraits du
journal d’Isaline, mélange de texte et de dessins qui continuent un
peu l’univers et concluent la BD.





Maxe
L’Hermenier arrive à nous offrir une histoire grand public, plutôt
orientée jeunesse et Yllya s’empare des pinceaux pour l’illustrer.



page extraite de Isaline T1 de L'Hermenier et Yllya chez Bamboo au Carré
Les dessins
sont vifs et dynamiques, mélangeant un style de personnage manga et
en même temps franco-belge. On retrouve les codes du manga avec par
exemple les versions mimi et caricaturales des persos – on dit
Chibi en VO – dans certaines cases pour accentuer l’humour des
situations, ou encore les codes visuels fort qui posent en un sigle
l’émotion des personnages, sur un ton badin.



Le côté
franco-belge revient avec la composition notamment, en trois à six
bandes de une à quatre cases, offrant rarement des dessins pleine
page. Le dynamisme du récit vient plus de l’enchaînement des
séquences, du cadrage qui saute rapidement de gros plans à des
plans larges, que de la composition elle-même. Composition certes
travaillée mais qui opte pour le choix de ne pas tomber dans le
manga. Ce qui donne une petite patte graphique à cette BD.



Du coup,
j’allais oublier de vous parler des couleurs. Présente dans les
lignes de force de mouvement qui apporte dynamisme à l’histoire. Les
palettes dominantes sont dans les beiges clairs et surtout les
orangés que l’on retrouve souvent jusqu’à la dernière partie de
l’histoire.



Notons aussi
qu’une version en noir et blanc existe à un format manga. Ce qui
fait que Isaline est disponible dans ces deux versions. Je vous
recommande de faire votre choix en fonction de vos préférences de
lecture, car il s’agit strictement de la même histoire, retaillée
et adaptée selon le format. 
page extraite de Isaline T1 de L'Hermenier et Yllya chez Bamboo au Carré version manga
 Vous pouvez comparer le recadrage et la recomposition des pages avec l’extrait affiché plus haut !
 



Cette
caractéristique est due au fait qu’Isaline est un titre de la
collection « Bamboo au carré », qui nous propose une BD
dans deux formats : Manga et Franco-Belge. La collection comporte
plusieurs titres, Appa, Hallow et… Isaline bien sûr !



Pour ma
part, vous l’aurez peut-être deviné, je vous parle bien ici de la
version franco-belge.




couverture de Isaline T1 de L'Hermenier et Yllya chez Bamboo au Carré version manga
La couverture de la version manga ! On n’a rien lâché sur le rose !



Que
vous dire de plus ? D‘abord, retrouvez la bande-annonce dans cet article de Juju Gribouille et ensuite, si vous aimez les histoires d’ado, les mondes
magiques, les gâteaux d’anniversaire, la gastronomie de sorcière,
les récits nerveux et dynamiques, les histoires bon enfant, allez
donc jeter un œil à Isaline, Sorcellerie Culinaire !






Zéda
conseille Isaline…






"CONSEIL DE GENRE", strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur Isaline T1 de L'Hermenier et Yllya






David 
 
Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,611FansLike
156FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles