vendredi 12 août 2022

Offrez-nous un café

Un Monde flottant, la chronique contemplative…

Couverture de "UN MONDE LFOTTANT", de Nicolas de Crécy chez Delcourt
Titre
: Un Monde Flottant
Auteur :
Nicolas de Crécy (scénario et dessin)
Éditeur :
Soleil
Collection
: Noctambule
Année :
2016
Pages : 62
Résumé :
Les
yokaï sont des créatures fantastiques Japonaises, d’horizons et de
types bien différents les uns des autres. Des légendes qui
remontent à l’époque féodale. Au travers de plusieurs
illustrations utilisant différentes techniques, vous pouvez
maintenant les retrouver errant dans le Japon moderne sous la plume
de Nicolas de Crécy.
Mon
avis :
C’est
un voyage plus qu’un récit que propose Nicolas de Crécy avec ce
recueil. Un voyage dans le Japon fantastique, nous parlant des Yokaï.
Ces créatures surnaturelles hantent les légendes japonaises depuis
longtemps. On les retrouve chez des peintres comme Watanabe ou même
Hokusaï.
Le
terme Yokaï regroupe un panel de créatures assez large, comme le
petit kappa espiègle ou bien les Tanuki, sortes de blaireaux
pensants ou encore les objets ayant vécu plus de cent ans, qui
acquièrent alors une âme, ainsi que des centaines d’autres ! Chaque
île, chaque région, chaque village dispose de ses Yokaï. Et les
recenser tous serait un travail encyclopédique. Un travail auquel
s’est attelé Shigeru Mizuki avec son dictionnaire (illustré) des
Yokaï.

Voilà
donc une des parties de cette BD : nous plonger aux côtés de ces
Yokaï, sans autre forme d’explication. Vous n’en apprendrez pas plus
sur leur nom, leurs facultés, leur caractère ou leur origine. Vous
les verrez seulement errer.

Mais
au lieu de les replonger dans le Japon d’antan, Nicolas de Crécy les
place dans les mégalopoles d’aujourd’hui en se focalisant sur Tokyo
et Kyoto. Chaque dessin représente un lieu de ces grandes villes
avec un ou plusieurs Yokaï qui y déambulent. Il alterne aussi avec
quelques paysages naturels de toute beauté, où l’on retrouve nos –
pas forcément – sympathiques petits démons.
Pas
de dialogues, pas de récit, juste des planches qui s’enchaînent.
Pour accentuer encore plus l’immersion nippone, le recueil se
présente sous la forme « Leporello », comme un long
parchemin plié en accordéon. Les amateurs de recueils d’estampe ont
l’habitude de ce format. Ce qui revient à dire que vous dépliez ce
livre, pour en découvrir les illustrations tenant sur deux à quatre
planches ! Comme les parchemins d’antan, qu’on déroulait plus qu’on
ne les dépliait, mais l’idée est là. Vous pouvez étaler
totalement le livre dans votre salon. 
page de "UN MONDE LFOTTANT", de Nicolas de Crécy chez Delcourt
 La nuit, tous les Yokaï sont gris…
 
Bon,
dans ce cas, il s’agit d’un recto-verso. La lecture ne finit pas en
arrivant au bout d’un des côtés, il vous faut retourner le volume
et vous pouvez découvrir les autres planches. D’ailleurs, il n’y a
pas de couverture et de quatrième de couverture mais plutôt deux
couvertures, indiquant que vous pouvez commencer la lecture d’un côté
ou de l’autre.
Ce
que je trouve dommage, c’est que la même intro est située des deux
côtés. Pour ma part, j’aurais préféré deux textes différents au
lieu d’un copier-coller de la même introduction.
Et
pour revenir à l’expérience de lecture, certes, il n’y a pas
d’histoire mais pour renforcer encore plus l’immersion orientale –
si c’est possible – chaque planche est ponctuée d’un petit haïku,
ces poèmes Japonais de trois vers de cinq, sept et cinq syllabes !
Dans
l’intro (doublée), Nicolas de Crécy vous explique tous ces choix et
vous donne quelques noms si vous souhaitez fouiner pour en savoir
plus sur les haïkus, les estampes ou encore les Yokaïs !
page de "UN MONDE LFOTTANT", de Nicolas de Crécy chez Delcourt
Le regard du dragon, qui a l’air aussi intrigué que nous…
Graphiquement,
cette BD originale, qui tient plus du recueil d’illustrations que de
la BD d’ailleurs – car on s’éloigne de l’art séquentiel, mine de
rien -, est vraiment magnifique ! Les planches couleurs succèdent
aux merveilleux dessins noir et blanc. Nicolas de Crécy jouent de
différentes techniques pour nous surprendre visuellement, autant par
son sujet que par son style, à chaque nouveau dessin.
Et
si son style s’éloigne de la pureté de l’estampe, il flotte
néanmoins magistralement entre l’évasif et le détail, entre
l’épure et la précision, à l’image même de ces petits poèmes
ornant chaque dessin !
Mon
second regret – avec l’introduction simplement doublée – est de ne
pas en apprendre plus sur les quelques créatures représentées ici.
Mais cela fait peut-être aussi partie de la magie, regarder un être
étrange et imaginer son histoire : Pourquoi est-il dans ce quartier,
que cherche-t-il ? Que fuit-il ? Et les haïkus, aussi précis
qu’énigmatiques, ouvrent des portes dans lesquelles vous vous
engouffrerez, je l’espère, avec autant de plaisir que moi.
Si
vous aimez les beaux dessins, si le monde Nippon vous fascine, si la
rencontre entre surnaturel et modernité vous attire, n’éhsitez pas
un instant, ce recueil d’illustrations est fait pour vous !
Zéda
et les Yokaï…
"YOKAI ALLER", strip de Zéda pour illuster chronique 7BD sur "UN MONDE LFOTTANT", de Nicolas de Crécy chez Delcourt
David
Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,602FansLike
151FollowersSuivre
49FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles