lundi 30 janvier 2023

Offrez-nous un café

Red Sonja : Le trône du faucon de Marguerite Bennett, Aneke et Diego Galindo

Red Sonja : le trône du faucon aux éditions Graph Zeppelin

Série : Red Sonja


Tome : Le trône du faucon

Scénario : Marguerite Bennett

Dessins : Diego Galindo et Aneke

Editions : Graph Zeppelin éditions

Année : 2017

Nombre de pages : 132

Résumé :

Le royaume d’Hyrkanie va mal. Le bon roi se meurt.
Malgré la quête accomplie de Red Sonja pour ramener le cœur du terrible Taureau-Tonnerre, auquel les mages du royaume lui prêtaient des vertus de guérison, le roi décède.
Mais avant de trépasser, il demande à la guerrière rousse de prendre sa succession au trône. Bien que l’offre soit gratifiante, la divine combattante se sent incapable de gouverner et refuse ainsi son couronnement.
Elle quitte le château suite à la mort du souverain.
Lorsqu’elle revient un an plus tard, les territoires d’Hyrkanie semblent sereins et prospères, et la population parait heureuse…  Jusqu’à ce que Red Sonja croise la route d’une famille qui tente de s’enfuir, révélant ainsi l’apparence trompeuse.
La maîtresse d’armes va ainsi enquêter et remonter jusqu’à la supercherie, pour s’apercevoir bien malgré elle des conséquences de son refus préalable de régenter.

Mon avis :

Cette héroïne a été créée par le scénariste Roy Thomas et illustrée par le dessinateur Barry Smith.
Elle a été fortement inspirée d’un personnage de l’écrivain Robert E. Howard.
Vous l’aurez donc compris, cette diablesse à l’épée évolue dans l’univers de Conan le Barbare.
Sa série de comics a connu bien des péripéties de Marvel Comics à Dynamite Entertainment en passant par Panini Comics pour finir par être repris par Graph Zeppelin pour notre bonheur.
A noter aussi que cette guerrière intervient aussi dans de nombreux romans.
Et pour ce tome, nous avons l’excellente Marguerite Bennett au scénario (Injustice, Batman Rebirth, Secret Wars…) et l’association de deux jeunes illustrateurs espagnols Aneke et Diego Galindo.

Red Sonja : le trône du faucon aux éditions Graph Zeppelin page 6
Extrait de la BD page 6

Le livre :

Le livre en format comics relativement épais est agréable à prendre en main.
La construction des illustrations de premier et quatrième plans sont alléchantes et donnent véritablement le ton  façon « comics ».
Les titres et lettrages sont bien choisies et placés ne dénaturant pas le dessin.

Le dessin :

Le dessin d’Aneke et Diego Galindo est de type réaliste, particulièrement centré sur les personnages. Ça en devient donc un régal d’admirer les formes de notre divine héroïne.
Le trait est fin, vif, dynamique et percutant et donne une impression de puissance sous-jacente à l’image de la protagoniste.
Les backgrounds ne sont, quant à eux, que très peu travaillés, voire complètement absents… histoire effectivement de ne focaliser que sur le personnage.
Cela est un peu dommage car, personnellement, c’est ce que j’aime dans l’univers de Conan le barbare, les frivolités farfelues de ce monde de brutes.
Les mises en scène sont structurées à l’américaine, avec des dépassements de dessins d’une case à l’autre, des superpositions de vignettes et surtout de nombreuses formes variées et déstructurées de manière à intensifier les actions.
Bien évidement la diablesse à l’épée est régulièrement au centre de ces artifices.
Les divers plans s’enchainent à une vitesse incroyable et les effets sont essentiellement basés sur des jeux de lumières et d’onomatopées.
Les couleurs sont particulièrement contrastées et vives, accaparant ainsi la rétine.
On sent bien la touche informatique de la mise en couleur avec des dégradés presque trop parfait, des effets de luminosité sans reproche etc..
Bref on regrettera les arrières plans trop peu développés bien que quelques pleines pages soient magnifiques, et notre héroïne en reste tout de même délicieuse.

Red Sonja : le trône du faucon aux éditions Graph Zeppelin page 10
Extrait de la BD page 10
Le scénario :

Là où on attendait un scénario du tonnerre pour une héroïne non moins subjuguante, nous avons une petite déception.
Cela parait décousu dès le début, on cherche un sens à tout ça, et vis à vis de la narration il arrive qu’on se perde de temps en temps entre le passé et le présent.
Le postulat base est plutôt bien, classique mais prometteur rappelant évidement l’autre héros de l’âge Hyborien : Conan le barbare.
Malheureusement, il manque un ingrédient indéfinissable aujourd’hui pour être totalement conquis, ce qui ne veut pas dire non plus que la lecture ne soit pas agréable.
Bien au contraire, passé les premières pages, le récit devient peu à peu plus cohérent.
Cette histoire mélangeant politique, psychologie de l’héroïne, actions guerrières, sentiments, ferait probablement un carton sur une adaptation cinématographique avec tous les effets visuels associés.
Le livre est structuré en six chapitre plus un bonus d’illustrations parues dans des éditions collectors ou ayant été construites pour des jaquettes alternatives.

Red Sonja : le trône du faucon aux éditions Graph Zeppelin page 8
Extrait de la BD page 8
Pour finir, cette BD n’atteint probablement pas les attentes des passionnés de l’univers hyborien, mais pour un novice, elle l’amènera certainement à développer sa curiosité.
Red Sonja reste une beauté rousse farouche et intrépide.


Ciao
Yann

Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,893FansLike
207FollowersSuivre
65FollowersSuivre

Derniers Articles