vendredi 1 mars 2024

Offrez-nous un café

Pill Hill, la chronique pilée

Pill Hill, la BD d’un nouveau départ

couverture de "PILL HILL" de Nicholas Breutzman chez Delcourt

Titre : Pill Hill
Auteurs : Nicholas Breutzman (scénario et dessins)
Éditeur : Delcourt
Collection : –
Année : 2023
Pages : 256

Résumé d’une histoire post-divorce :

Un homme se met à son ordinateur, la nuit et commence à taper un texte. Il raconte l’histoire de Nic qui élève seul son fils Henry. Ils viennent de s’installer dans un vieil appartement à Pill Hill, un quartier de la ville où réside une grande partie des employés de l’hôpital. Nic se remet d’un divorce et tente de se reconstruire avec son fils. Mais les choses ne sont pas si simples car les relations entre Nic et son ex sont houleuses… Et il y a deux enfants entre eux.

Le scénario massif :

Nicholas Breutzman s’inspire de sa propre vie pour rédiger cette histoire. Nic, c’est lui. Il réussit à décrire le parcours psychologique chaotique qu’il a suivi après son divorce. Alors qu’il pensait que le plus dur était derrière lui, il se rend compte que les choses vont de mal en pis. J’ai plongé assez difficilement dans cette histoire. Le début m’a entraîné jusqu’au chapitre sur l’histoire du chewing-gum – qui a un sens dans le récit -, qui m’a complètement sorti du récit à cause de sa longueur. Il m’a fallu plusieurs page pour me retrouver happé à nouveau. En fait, dès que l’on revient sur l’histoire de Nic et son fils, tout repart. L’intrigue secondaire est assez inattendue, mais fort intéressante : ce parc aux arbres marqués d’un chewing-gum. Qui se livre à cette activité bien curieuse ? On regrette que cette question ne trouve qu’une réponse humoristique à la fin. Mais l’intrigue principale, le combat que mène Nic pour s’en sortir, pour ne pas chuter et la dégringolade de son ex ne peuvent que nous retenir dans l’histoire.

C’est un récit assez dur où l’auteur se livre du mieux qu’il peut sur les craintes, les doutes qu’il a connus. Il faut du temps pour raconter tout cela, sans oublier les digressions, ce qui justifie les plus de deux cent cinquante pages de cette BD. On est touché par la sensibilité de l’auteur qui affleure dans de nombreuses planches. Et surtout par la situation des enfants, qui ne savent pas comment se sortir de cette enfer contradictoire, et y sont même englués car ils n’ont aucun recul pour appréhender les événements. On y retrouve pourtant des éléments que l’on n’a pu voir avant, dans d’autres œuvres, car le combat de Nic n’est malheureusement pas unique. Nombre de familles séparées ont dû affronter ce problème. Et heureusement, Nic s’en sort. Heureusement surtout pour Henry et pour Drake, le beau-fils de Nic.

page de "PILL HILL" de Nicholas Breutzman chez Delcourt

Le dessin polystyle :

Nicholas Breutzman adopte des styles et des techniques variés. Il passe de l’encre en bichromie bleu et noir au crayon rugueux tout en gris dense. Son trait se fait réaliste parfois, et parfois plus cartoon. Et surtout, la force de son graphisme repose sur les analogies, les représentations symboliques des situations qui font puissamment ressortir le désarroi, la perte de repères de ce père qui a peur pour ses enfants.
Les compositions reposent souvent sur du gaufrier pour la partie bichromie et sur des planches aux mises en page beaucoup plus variées pour la partie crayon gris.
Attention à la couverture trompeuse, elle s’appuie sur un dessin de l’histoire, mais le style, pourtant proche, n’est pas aussi géométrique et coloré. Une nouvelle variation graphique que nous propose l’auteur. Une ouverture qui prend encore pus de sens quand on regarde la double planche que forment couverture et quatrième de couverture.

Conclusion d’une BD nécessaire:

Cette histoire était sans doute nécessaire à Nicholas Breutzman pour sortir ce qu’il avait vécu et pouvoir avancer dans la vie. Elle ne l’est pas forcément pour nous, lecteurs. Mais elle touchera et surtout pourra peut-être aider tout ceux et celles qui se retrouvent dans des situations familiales tendues, face à la drogue, aux troubles mentaux ou à l’alcool à garder le cap pour voir le bout du tunnel.

Zéda rencontre Nic.

"GUM PARC" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "PILL HILL" de Nicholas Breutzman chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis
David
Davidhttp://www.davidneau.fr
Scénariste pour le jeu vidéo, le podcast et le cinéma, auteur-réalisateur de court-métrages animés, auteur dessinateur la BD numérique "Zéda, l'Odyssée du quotidien", enseignant à l'ICAN en BD numérique, et chroniqueur BD bien spûr. Sans oublier passionné de musique et de... BD ! Tout est dit.

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,459FansLike
402FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles