jeudi 23 mai 2024

Offrez-nous un café

Pachush Blues T9 et 10, Relecture du Mythe de Frankenstein

Titre : Pacush Blues T9&10 :
Relecture du Mythe de Frankenstein

Editeur : Vents d’Ouest

Auteur : Ptiluc

Année : 1996 & 1997



Résumé :

Au cœur d’un no man’s land, des tribus
de rats se font la guerre jusqu’à extermination totale. Un survivant
se redresse, vivant mais blessé, du dernier massacre. Devant la masse des morts accumulés,
il décide d’agir Enfin plutôt de réagir. Et il ne trouve rien de
mieux à faire que de décider de donner la vie à une créature improbable,
faite de l’assemblage des corps mutilés du champ de bataille. Reste
une question essentielle, ce prétendu Super-Rat, qui doit ramener la paix par
sa conscience élevée, quel cerveau lui donner ?



Cette relecture du mythe de
Frankenstein jongle allègrement avec la mort, la philosophie, la
diplomatie, l’humour et l’amour. Un sacré bazar que Ptiluc arrive à
structurer tout en gardant un petite dose de désordre.

L’objectif du héros, un rat anonyme
comme tous les autres héros de Pacush Blues, est simple. Pourtant,
au fur et à mesure de l’aventure, il se complexifie de plus en plus.
Au départ, il veut amener la paix en créant un sur-rat capable de
calmer ces guerres incessantes qui déciment sa race, puis il se retrouve emporté par ce jeu du savant
fou.

Les obstacles qui se dressent sur sa
route sont de plus en plus fort, physiques, psychologiques, moraux…
Toutes les barrières possibles et imaginables viennent l’aider ou
contrecarrer ses projets.

Les personnages secondaires sont
curieusement attachants: La petite assistante privée de jambes, le
chef de tribu qui tient plus du chef de gang et se révèle être un
expert en géopolitique, et que dire de cet étrange témoin qui
observe toute cette histoire dans l’ombre. Narrateur qui va devenir partie
prenante de cette épopée.

Un problème récurrent s’impose à tous ces personnages ! Comme dans chaque tome, la violence est
omniprésente. Elle est d’autant plus dure qu’elle fait partie d’un
quotidien, d’un mode de vie et ne choque plus personne.

Cette nouvelle version de Frankenstein,
bien que débouchant sur une fin originale et bien amenée par
l’auteur, comporte, à mon goût, un point faible.

Dans les précédents tomes de la
série, les réflexions philosophiques des personnages étaient
contrebalancés par l’humour, soit dans leur manière de parler (une
absence de langage soutenu contrastant avec que que j’avais
l’habitude de voir en philo), soit par leur manière de raisonner. Ici,
les réflexions philosophiques reviennent, mais prennent beaucoup de
place et quelque fois au détriment de l’action. J’ai trouvé cela
dommage, car précédemment, ces réflexions faisaient partie de
l’action. En disant cela, je repense à Jefferson ou le Mal de Vivre,
le tome deux de la série, entre autres…

Sur ces deux tomes, certains passages rhétoriques servent
l’histoire, d’autres semblent la ralentir. Mais c’est bien là le
seul défaut narratif de ce double album. Je me suis vraiment amusé
à tomber de surprise en surprise.

Ptiluc prend un malin plaisir à nous
dépeindre des modes de pensées qui m’ont rappelé beaucoup
d’hommes. L’absurde de la condition des rats renvoient très
efficacement à l’absurde de certaines situations humaines. En
poussant le trait dans son monde de rats, Ptiluc nous représente quand
même assez bien notre univers humain avec ses guerres incessantes, ses
ambitions démiurgiques, sa folie latente qui donne, après shaker,
un bon gros bordel ! Bienvenue sur terre !



Graphiquement, Ptiluc utilise un
style imparable. Ses rats, bien que tous identiques, sont certes peu
reconnaissables, à part à quelques traits d’apparence ou quelques
accessoires, mais quelle expressivité ! Leurs émotions se lisent
sans encombre sur leurs visages. Le trait est dynamique et apporte
vraiment une énergie à l’histoire qui n’en manque déjà pas.

Les couleurs demeurent assez neutres. Au
bout d’un moment, ce sont les éléments de décor qui me permettent
de me repérer, et plus les couleurs. Les décors restent assez
simples. Un objet, un trait sur un mur et on sait tout de suite si on
est dehors ou dedans. Cette simplicité ne nuit jamais à la
narration.

Le cadrage, assez classique, comporte trois
à quatre bandes de une à quatre cases. Mais pour apporter de la
variété, Ptiliuc jongle avec cette contrainte. Certaines cases
empiètent sur leurs voisines, d’autres sont plus grandes, tronquées,
de format polygonales. Cette richesse casse le train-train de
lecture. Et je trouve cela très bien.

Les angles de vue, tout en classicisme, permettent toujours de bien suivre l’histoire. Ptiluc
n’abuse pas des effets et nous livre un récit cohérent où le cadre
sert l’action.



Au final, un moment très agréable,
surtout quand on apprécie la patte de Ptiluc et qu’on s’est grandement attaché,
comme
moi,
au cours de ces années, à ces hordes de
rats pensant parfois tout aussi mal, parfois un peu mieux que bien des hommes…





Fais découvrir cet article à tes amis
David
Davidhttp://www.davidneau.fr
Scénariste pour le jeu vidéo, le podcast et le cinéma, auteur-réalisateur de court-métrages animés, auteur dessinateur la BD numérique "Zéda, l'Odyssée du quotidien", enseignant à l'ICAN en BD numérique, et chroniqueur BD bien spûr. Sans oublier passionné de musique et de... BD ! Tout est dit.

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,488FansLike
421FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles