jeudi 2 février 2023

Offrez-nous un café

Ozville N°1 par Hassan Saber et Christophe Coel aux éditions l’épouvantail

Ozville par Hassan Saber et Christophe Coel - Editions l'épouvantail
Titre: Ozville N°1
Dessinateur: Hassan Saber
Scénariste : Christophe Coel
Année: 2015
Éditeur: L’épouvantail éditions (auto-édition)
Type: Comics
Nombre de pages: 25

2 histoires dans ce comics d’Ozville

Première histoire : A Ozville, la magie est interdite. « Scarecrow » l’épouvantail est détective. Il est inquiet suite à la mystérieuse disparition nocturne d’enfants. Ayant aperçu un Teddy Bear sortir avec un baluchon en pleine nuit, il va lui filer le train. Scarecrow va donc découvrir le terrible secret de la disparition des enfants et n’en sera pas au bout de ses peines pour s’en sortir et les sauver. 
Deuxième histoire :  la fée « Tink », jeune assistante de Scarecrow, allergique aux enfants, pensait passer une nuit tranquille… mais voilà qu’un nain vient frapper à la porte pour demander de l’aide à Scarecrow. Celui-ci étant absent, Tinky prend la relève et accepte le défi… de massacrer un loup garou zombie/robot que le nain a créé par erreur…
Le nain se révèle être un môme.

Mon avis :

Quelle surprise lorsque j’ai découvert Ozville !
Tout m’a attiré dans leur démarche : dessins, histoire, etc… et m’en voilà récompensé !
Cette BD, auto production de H. Saber et C. Coel, et par la même occasion le 1er comics belge, est une vraie tuerie !!
Certes, elle se lit vite, mais la qualité graphique et conceptuelle est splendide.

le dessin, le style, la mise en scène :

Le dessin est magnifique. Hassan Saber a un trait puissant et épais tout en restant simple et précis à la fois. Pas de surplus de détail, tout est dans la fluidité.

Le style est donc mi Comics mi BD et convient parfaitement au genre « suspense/humour » choisi.

Les mises en scènes sont superbement bien travaillées nous permettant de focaliser notre œil au point essentiel de la vignette. Les proportions sont respectées dans les perspectives.

Mais le travail qui m’a particulièrement marqué est celui sur les couleurs…
Oui il y a bien des couleurs, par petites touches, même si le noir et blanc domine. Et c’est bien cette ensemble noir et blanc + couleur qui m’a réellement interpellé.

Les nuances de gris sont maîtrisées à la perfection rendant ainsi l’univers de Ozville sombre et inquiétant… et la petite touche de couleur parsemée par moment relève la scène pourtant déjà bien dramatique…

Vraiment, Hassan Saber a un talent fou pour le dessin et on serait bien bête de s’en priver.
Je vous recommande donc fortement d’aller visiter sa page Facebook

Editions de l'épouvantail - Montage de Ozville de Hassan Saber et Christophe Coel

le scénario, le découpage :

Le comics se compose en 2 histoires.

La première est vraiment une merveille scénarisée. Pratiquement aucun texte, tout est dans la suggestion, et pourtant on n’en perd pas une miette.

Et là, on se dit que Christophe Coel a vraiment un sacré talent lui aussi !! 
La deuxième histoire est un peu plus bateau si j’ose dire, mais la chute est originale et en vaut la peine ! 
Et paf, le scénariste arrive encore à nous surprendre !!
Le découpage de l’ensemble est dynamique, bien amené, soit dans la montée en suspense, soit dans le final humoristique. 
Ce comics est aussi agrémenté de quelques intermèdes comme des fausses pubs, des pin-ups ou quelques explications. Cela nous permet d’avoir une vision plus large de l’univers de ces 2 auteurs, et surtout présage d’aventures à suivre encore plus passionnantes !!
Un petit conseil pour accompagner la lecture du premier récit, mettez vous en tête cette comptine :

Teddy bear, teddy bear, turn around.
Teddy bear, teddy bear, touch the ground.
Teddy bear, teddy bear, tie your shoe.
Teddy bear, teddy bear, that will do.
Teddy bear, teddy bear, go upstairs.
Teddy bear, teddy bear, say your prayers.
Teddy bear, teddy bear, turn off the light.
Teddy bear, teddy bear, say goodnight!

Et vous ne la verrez plus de la même manière après l’avoir lu… 
Très angoissant comme résultat…
Le petit plus, bien agréable et fortement humoristique, vient des
nombreuses références aux contes ou histoires de notre enfance comme
Fantasia, ou bien Frankenstein, ou simplement le magicien d’Oz…
 
Vraiment, ce petit comics auto-édité est une pépite de BD. 
Je suis sûr que ces 2 compères iront loin, et surtout je souhaite longue vie à Ozville !!

Et si vous avez envie de vous le procurer après avoir lu mon avis, vous pouvez les contacter et le commander via la page Facebook consacrée à Ozville

Ciao
Yann

Visions de Ozville



Trailer vidéo d’Ozville tome 1


Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,893FansLike
207FollowersSuivre
65FollowersSuivre

Derniers Articles