mardi 16 août 2022

Offrez-nous un café

La Mort du Chasseur T1 de Mike Zeck et J.M. De Matteis

Couverture La Mort Du Chasseur T1 aventure de Spider-Man par Zeck et De Matteis
Série:
La Mort du Chasseur


Titre:
T1 – Le bourreau et le Cercueil


Auteurs :
Mike Zeck (dessin) J.M. De Matteis (scénario) Bob Mac Leod (encrage)
Janet Jackson (couleurs)


Editeur :
Comics USA Super Heros


Année :
1988


Page
: 48





Résumé :


New-York,
USA. De nos jours, Kraven Le Chasseur hante sa tanière, Spider-Man
rend hommage à un indic décédé et le troisième protagoniste de
cette histoire rôde dans les égouts de la ville, dévorant les
humbles passants innocents ! Nul ne sait encore la part que vont
prendre les autres à cette curieuse histoire de haine et de sang, de
rédemption et de beauté.






Mon
avis :


Cette
histoire sombre tranche avec l’ambiance Marvel habituelle. Bon, même
s’il faut reconnaître que ce type d’exception a, dans les années 90
et même avant, donné de beaux épisodes dans différentes séries.
On touche avec La Mort Du Chasseur à un objet unique. Cette
mini-série éditée en trois tomes en France m’a laissé sur le
carreau. La noirceur de l’histoire, certes, que je redécouvre avec
plaisir des années après, mais aussi la vision du personnage de
Kraven donné par De Matteis. Ce super-vilain de la première heure
trouve ici son moment de gloire. Il décide de mener sa vengeance
jusqu’au bout, et vous serez surpris de ce qu’il appelle « mener
sa vengeance à son terme ». Bien loin de ce que l’on pourrait
attendre de ce super chasseur d’opérette, au contraire, ce récit
nous fait découvrir son histoire, son passé et utilise au mieux ses
capacités et sa vision du monde.


Si
vous êtes fan de l’homme araignée, ces trois tomes placeront Kraven
dans le panthéon des super-vilains du tisseur. Merci le Bouffon vert
et Docteur Octopus, mais laissez passer les vilains qu’ont de la
classe.


Cet
album est le début d’une descente aux enfers, marqué par l’eau. En
effet, la pluie tombe sur New-York et rend l’ambiance poisseuse. Des
trombes s’abattent, la terre devient boue, et les endroits secs,
enfumés, sombres, ne sont pas plus sûrs que les rues et encore
moins que les égouts humides où règnent les rats.



Si
j’ai été captivé dès le début de cette histoire, c’est aussi
grâce au texte. Il y a finalement très peu de dialogues. Tout passe
par des voix intérieures, exposées par des cadres de couleurs et de
police différentes, selon la personne qui pense. En quelque phrase,
vous serez tout de suite au cœur de l’ambiance, happé dans l’esprit
d’un des trois protagonistes, tapi dans les recoins sombres de ses
pensées.


Et
c’est dans les tréfonds de l’âme que va vous entraîner De Matteis
avec cette histoire trouble. Car cette méthode de narration, passant
par les silences ou les immersions intérieures, fonctionne à
merveille – en tout cas, avec moi – et si vous y êtes sensible,
vous dévorerez les trois tomes sans vous arrêter. D’autant plus que
le graphisme est de qualité.


Extrait de La Mort Du Chasseur T1 aventure de Spider-Man par Zeck et De Matteis
Une belle entrée en matière !


En
effet, c’est Mike Zeck qui s’est collé à ce retour de Kraven, pour
mon plus grand plaisir. Personnages réalistes, ambiance fantastique
– dans les deux sens du terme -. En effet, l’histoire étant très
psychologique, elle joue sur les rêves, les peurs et les envies des
personnages et prend parfois une tournure fantastique irréelle mais
surtout, les couleurs de Janet Jackson confortent cette touche
onirique. Des violets nocturnes, certains avant-plans passés au
rouge et cette obscurité brisée soudain par des vagues de blanc
vous laissent sur le derrière – pour rester poli – . Toute
l’ambiance est renforcée par le dessin et les couleurs. Je regrette
presque que le graphisme n’ait pas été encore plus sombre. Ce
travail de noirceur du scénario poussé dans ses retranchements
aurait gagné à être appliqué au dessin.


Le
découpage se compose de une à six bandes de une à six cases. Ces
cases sont souvent rectangulaires et allongées, que ce soit en
hauteur ou en longueur. Le découpage joue beaucoup sur des cases se
répétant, se doublant, reprenant les personnages dans des poses qui
s’accentuent, afin d’augmenter l’effet de folie, de temps suspendu.
Car autant au moment des combats, les choses vont très vite, autant
au moments des conflits intérieurs, elles prennent plus de temps. Et
le dessin ralentit l’action en augmentant le nombre de cases pour une
même petite action. Pour notre plus grand plaisir et pour nous
maintenir toujours au cœur de l’histoire !


Le
cadrage alterne toute une gamme de plans. Bien que les personnages
soient souvent dans l’introspection, le cadrage n’en reste pas
paisible pour autant. Suivre un personnage en plongée, ou en
contre-plongée, serrer le cadre sur un regard, un changement
d’expression brutale ou subtil, autant d’effets maîtrisés par Mike
Zeck.



Couverture La Mort Du Chasseur T1 aventure de Spider-Man par Zeck et De Matteis

Quand je vous dis que ça intrigue !


La
Mort du Chasseur est une aventure à ne pas manquer. Si vous êtes
fans de l’homme-araignée, c’est un objet unique et incroyable. Si
vous découvrez l’Araignée, c’est une approche différente et
radicale des aventures de ce héros et si vous n’êtes pas du tout
super-héros, c’est une sacrée bonne histoire ! Alors avec tout ça,
si ça ne vous suffit pas, je ne sais plus quoi vous dire. Ah si,
jeune s’abstenir car c’est un récit assez dur, mine de rien (on y
mange des hommes et des araignées). Oui, c’est peut-être la seule
raison pour ne pas lire cette BD, vous êtes trop jeune pour ça.
Mais heureusement, cette raison-là ne dure qu’un temps !



Zéda s’interpose entre Kraven et L’Araignée !

"UN CHASSEUR SACHANT CHASSER", strip de Zéda pour l'article sur La Mort Du Chasseur T1 de Zeck et De Matteis



Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,607FansLike
155FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles