jeudi 11 août 2022

Offrez-nous un café

« Hermann, le naturaliste de la BD », L’exposition qui claque du FIBD 2017 !

Affiche Expo Hermann FIBD 2017
Au cœur de l’espace Franquin, enfin,
je devrais plutôt dire dans les entrailles de l’espace Franquin, se
situait l’expo la plus dense du FIBD, celle consacrée au grand Prix
2016, Hermann.

Il fallait se rendre au sous-sol où se
trouve une salle suffisamment grande pour y accueillir cette
exposition placée sous différentes thématiques.





Si vous ne connaissez pas Hermann, qui
sévit depuis de longues décennies dans la BD, évoquons d’abord
rapidement quelques séries phares qui marquent son parcours :

« Bernard Prince »,
l’aventurier marin, où il dessinait les récits écrits par Greg
racontant les nombreuses aventures à travers le monde de… Bernard
Prince. Comme quoi le titre était bien choisi.

Ce même tandem a commis « Comanche »,
western mettant en scène Red Dust au service de la jeune Comanche,
patronne d’un ranch à bétail.



Moi, je l’ai découvert et apprécié
avec la série où il se lançait dans une carrière solo,
« Jérémiah », racontant les mésaventures de Jérémiah
et Kurdy Malloy dans un monde ravagé par une guerre totale; ambiance
post-apocalyptique. Anticipation et noirceur assurée.



Dans le style médiéval, il a aussi
réalisé en solitaire « les Tours de Bois-Maury »,
racontant les déboires d’un chevalier et de son écuyer. Je
n’approfondirais pas, n’ayant pas lu cette série.



Carrière bien remplie mais qui ne
s’arrête pas là, puisque Hermann a aussi dessiné en solo ou en duo
(avec entre autres Yves H. au scénario, son fils) des récits
complets comme « Abominable », dans le genre fantastique,
« Tango-Sarajevo », sur les guerres des balkans,
« Pirates des sept mers », le titre parle de lui-même et
tant d’autres encore !



Alors comment nous présenter tout cela
en un lieu ? 

Refusant la chronologie, l’exposition se parcourt par
thème. Et forcément, au vu de la liste précédente, un des thèmes
abordé était le genre. En effet, Hermann s’est frotté à beaucoup
de genres, hormis la SF pure et dure, qui ne l’intéresse pas.

Expo Hermann FIBD 2017
 retour sur la vision naturaliste de Hermann

Dans ces genres, il a apporté sa patte
graphique, certes, mais surtout son regard, qu’il situe au cœur de
l’humain. Près des hommes, de leurs ambitions, de leur défauts et
parfois de leur qualités, Hermann n’oublie jamais les motivations
profondes de l’être humain, celles qui le poussent à agir, ou à ne
pas agir. C’est ce regard sur l’homme sans misérabilisme mais sans
distance, cette manière crue de présenter des personnages aux
visages s’éloignant avec le temps des canons de beauté acceptés et
aussi aux caractères différents, lâches, timides ou cyniques qui
vaut à Hermann ce titre de « Naturaliste de la BD ».



Ce regard cru s’accompagne souvent
d’une représentation de la violence sèche, sans mise en scène
extravagante mais rapide, dure, réaliste. Les personnages se tuent
le temps d’une case, s’écroulent dans le noir, disparaissent ou
laissent leur cadavres pour que d’autres les voient et ‘interrogent,
ou pas, trop habitué à un monde sans morale.


Expo Hermann FIBD 2017



Si ce regard cru accepte la violence
comme faisant totalement partie de l’homme, quelle place accorde
Hermann aux femmes ? Tout d’abord, dans la lignée de ses choix, il
refuse toujours de dessiner ses topmodel faire-valoir de héros. Si
l’on retrouve certains mannequins dans ses premières séries, sous
l’influence de Greg, il se détache assez vite pour dessiner des
femmes imparfaites mais fortes. Des caractères tranchés comme leur
visage, où la naïveté et la douceur ont malheureusement fait place
à la rudesse qu’apportent les coups de la vie.


Expo Hermann FIBD 2017
Des dessins de nus de Hermann, hommes, femmes dotés de physique plus proche du réel que de l’imaginaire


Pour mettre en scène tout cet univers,
ou plutôt tous ces univers, Hermann choisit toujours les
travailleurs. Au travers de ses récits, c’est le quotidien des
basses classes sociales qui est représenté, l’atelier, le chantier,
les repas, les douches, la vie de tous les jours. Et les situations
qui en découlent, On découvre vite dans ces histoires comment les
conflits des puissants retombent sur tout ce petit peuple qui tente
durement de survivre.



Cette condition humaine que Hermann
traque et fait vivre au travers de ses cases, le dessinateur lui
laisse la place d’exister, que ce soit dans les décors urbains durs,
où la ville a tendance à engloutir ceux qui l’ont construite ou
bien dans ses vastes paysages naturels, où l’homme retrouve sa juste
place devant la nature, à la merci de cette dernière, des éléments
ou de l’avidité de ses congénères, insensibles à la beauté qui
les entoure.



Expo Hermann FIBD 2017
Grand rôle donné aux décors dans l’œuvre d’Hermann



Cette beauté que Hermann sait pourtant
mettre en avant dans ses compositions, en jouant sur la mise en page
mais aussi sur les silences, des nombreuses planches muettes
émaillent les murs alors que je parcours cette magnifique expo. On
peut comparer à loisir le travail de mise en scène d’Hermann seul
avec celui pratiqué lors de ses collaborations avec Greg.


Expo Hermann FIBD 2017
Une grande part accordée aux collaborations avec Greg


Car cette exposition ne lésine pas sur
les planches originales, les dessins et on ne se lasse pas de
regarder, avancer, revenir, examiner, d’autant que de nombreux textes
explicatifs sont placés soit sur de grands panneaux, soit sur les
petites étiquettes de présentation des planches. Etiquettes qui
cessent vite d’être petites, tellement les infos sont denses. Et à
côté de tous ces choix narratifs, visuels, philosophiques, il y a
le travail graphique.


Expo Hermann FIBD 2017
Des grands encarts explicatifs, classiques dans ce type d’expo, mais bien faits


En effet, un autre des thèmes abordé
est la technique car Hermann n’a cessé d’évoluer, de tenter, de
chercher, d’essayer. Un de ses gros travaux est celui sur l’ambiance
et la lumière, son jeu avec l’air quand il est brumeux, enfumé,
sombre, lourd de chaleur… Sculpter l’air selon l’atmosphère et la
situation, placer la lumière selon l’effet recherché, deux des
visions qui ont modelé le magnifique travail d’Hermann.


Expo Hermann FIBD 2017
Et la lumière fut…


Et l’exposition s’intéresse forcément
aux outils utilisés par l’auteur. Hermann a commencé au pinceau et
à l’encre de chine, puis il a essayé le rotring, l’ArtPen, le
grattage, le mélange pinceau et feutre, le crayon et l’aquarelle !
Tout y passe, mais reste le style de l’auteur au travers de tous ces
essais fructueux.


Expo Hermann FIBD 2017
Le travail précis d’Hermann ressort d’autant plus en noir et blanc, regardez donc le mur derrière les personnages !


Ce travail de recherche visuelle existe
aussi dans les couleurs. Au départ, elles étaient assurées par
Fraymond, coloriste de talent. Mais Hermann a fini par tenter
l’expérience de l’aquarelle en couleur directe, là où l’erreur ne
pardonne pas et il a ainsi pu encore essayer, et essayer, toujours
avec la boule au ventre de la petite erreur qui implique de tout
reprendre.

Cette bascule a eu lieu en 1995, avec
l’album « Tango Sarajevo », que Hermann voulait démarquer
de ses techniques habituelles pour rendre le message de la BD plus
frappant encore. Et ce qui devait être une exception, ce passage à
l’aquarelle et couleur directe, est resté après et l’auteur l’a
fait sienne sur ses autres livres.


Expo Hermann FIBD 2017
J’ai été fasciné par cette aquarelle…


Il m’est difficile de résumer tout ce
qu’il y avait à voir entre ces quatre murs du l’espace Franquin.
J’ai pris plaisir à découvrir le travail d’Hermann sous un autre
angle, me rendre compte des thèmes qu’il abordait dans ses
différents univers et surtout, j’ai adoré découvrir les
différentes techniques de dessin.


Expo Hermann FIBD 2017
Les œuvres de jeunesse n’ont pas été oubliées !


Et avoir en plus de tout cela une
longue vidéo qui nous présentait l’artiste au travail dans la
création d’une planche, des premières lignes jusqu’à l’aquarellage
directe était époustouflant.

Si vous n’en aviez pas assez, le
catalogue de l’expo, comportant la plus grande partie des œuvres
présentées mais aussi et surtout la totalité des textes, était
disponible. Bon, il vous en coutera quand même trente euros. Mais si
vous êtes fan d’Hermann et même si vous ne l’êtes pas, en sortant
de l’exposition, pour ne pas perdre tout ce que vous aviez lu ou vu,
la question se pose vraiment.





Le catalogue vu par le FIBD !



Une belle exposition, une magnifique
mise en scène, mais pour moi juste un petit regret, pourquoi cette
ambiance sombre et opaque ? Quand les lumières furent allumés, le
temps du passage du ministre de la culture, on profitait tout aussi
bien, et même mieux à mon goût, des œuvres originales exposées.



D’ailleurs, le FIBD vous présente en vidéo cette
exposition :


Que vous dire de plus pour finir ?
Hermann, un auteur à découvrir ou encore à redécouvrir.

Et pour entendre cet artiste, voici la
rencontre internationale avec Hermann qui s’est déroulée au
festival d’Angoulême 2017, plus d’une heure de discussion avec
l’artiste :




Merci le Fauve !




Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,602FansLike
151FollowersSuivre
49FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles