mercredi 28 septembre 2022

Offrez-nous un café

Empire Falls Building, la chronique architecturale

Empire Falls Building, la BD d’une quête insensée

couverture de "EMPIRE FALLS BUILDING" de Deveny et Tommy Redolfi chez Soleil

Titre : Empire Falls Building
Auteur : Jean-Christophe Deveney (scénario), Tommy Redolfi (dessins),
Editeur : Soleil
Collection : Noctambule
Année : 2021
Page : 112

Résumé d’une architecture cyclopéenne:

Edgar Whitman est un jeune architecte talentueux. Peu sûr de lui, il ne s’attendait pas du tout à être engagé par Kosmo Vassilian, un richissime hommes d’affaires, pour finir un gratte-ciel imposant, un monstre d’acier, l’Empire Falls Building. Whitman doute, mais heureusement, Silma,la femme de Vassilian, l’encourage et le soutient dans cette tâche ardue. Edgar s’attache un peu trop à Silma, et semble se perdre dans cet immeuble infini qu’il lui faut achever. Mais il a beau explorer ce gatte-ciel, une question revient sans cesse : que manque-t-il donc à l’Empire Falls Building pour être achevé ?

Scénario d’une descente aux enfers:

L’intrigue tourne autour de l’immeuble, de cette créature minérale qui comporte pourtant du vivant, Edgar va explorer pour comprendre, mais chaque découverte repousse les limites de ce que contient l’Empire Falls Building. Qu’attend vraiment Vassilian de lui ? Pourquoi tous les autres architectes le précédant, des hommes de talent, n’ont jamais fini l’hôtel ?
Ces questions forment le fond de l’histoire. Edgar va grandir au contact de Vassilian, s’affirmer de plus en plus, le duel psychologique entre les deux hommes n’en est pas vraiment un, il s’agit plus pour Edgar de parvenir à trouver sa voie, à s’imposer, et c’est tout ce que Vassilian attend de lui. Il veut qu’Edgar se trouve pour trouver la solution pour finir l’immeuble. Mais à quel prix ?  

Je me suis enfoncé dans les détours de ces couloirs avec Edgar, visitant sans cesse un nouvel étage, une nouvelle pièce, me demandant « mais à quoi sert cette salle, quel est le but réel de Vassilian ? » Et m’inquiétant pour Edgar, jeune homme prêt à être sacrifié sur l’autel de la construction.
La chute du récit surprend en même temps qu’elle semblait inévitable.
Peut-on sortir vraiment indemne de l’Empire Falls Building ? Rien n’est moins sûr. Cette architecture démentielle semble en entraîner plus d’un vers la folie, ou le suicide. Pourtant, Edgar continue, il doit se prouver quelque chose à lui-même, ou à Silma ? ou il ne veut pas perdre contre l’immeuble, ou contre Vassilian ? Qu’importe, il continue. On sent que l’abandon n’est plus possible, mais cela, le majordome des Vassilian l’avait annoncé dès le départ.

page de "EMPIRE FALLS BUILDING" de Deveny et Tommy Redolfi chez Soleil

Le dessin aux ambiances sombres:

Jean-Christophe Deveney offre un scénario aussi étrange que ce mystérieux building, et Tommy Redolfi l’illustre avec talent et passion. Son trait fin, qui semble hésiter, trace un décor baroque qui s’implante petit à petit dans le cadre. Les personnages sont poussés dans leurs derniers retranchements graphiques. Edgar semble parfois minuscule devant Vassilian, force de la nature. Le majordome, étiré en longueur, nous apparaît d’une finesse extrême.
Et Silma est la seule qui reste à l’échelle d’Edgar. Si proche, mais parfois si distante aussi. Le physique des personnages illustre bien leur psychologie.
Les couleurs rouge, blanc, crème, s’enchaînent au hasard des salles où se trouve Edgar. Et pourtant, malgré ces ambiances si différentes, ces espaces fermés mais immensément grands, on sent bien que l’on est coincé dans cet Empire Falls Building.
Les compositions de planches se découpent en quelques bandes de peu de cases, laissant un espace aux personnages, et surtout au building.
La BD, d’ailleurs, a un format étiré vers le haut également. Dans ces planches bien plus hautes que larges, tout le talent de Tommy Redolfi éclate  et ce dès la couverture.
Et notons qu’en tant qu’architecte, Edgar trace des plans. Ceux-ci sont parfois inclus sur des calques, au détour de certaines pages, et permettent de revisiter la planche que l’on vient de quitter. Une idée intéressante qui trouve un bel emploi ici.

Conclusion d’une BD qui oppresse:  

Empire Falls Building est une BD réussie, tout comme Edgar, on étouffe un peu dans cet immeuble hors-norme mais pourtant, on n’arrive décidément pas à s’en éloigner.

Zéda rencontre Edgar.

"L'ARCHI TOC" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "EMPIRE FALLS BUILDING" de Deveny et Tommy Redolfi chez Soleil

David

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,591FansLike
166FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles