lundi 30 janvier 2023

Offrez-nous un café

T.N.O Tome 1 Le triangle de la soif par Jean-Claude Bartoll et Franck Bonnet

éditions glénat
Série : T.N.O.
Titre : Tome 1 : Le Triangle de la Soif
Scénariste : Jean-Claude Bartoll 
Dessinateur : Franck Bonnet 
Couleur : KNESS
Editeur : Glénat
année : octobre 2006
46 pages
Polar écologique
 

Naissance
d’un nouveau genre : Le polar écologique

Le problème des ressources en eau potable devient crucial dans la bande de Gaza où la population est dense. 
Une équipe d’archéologues qui effectuait des fouilles dans le désert de Judée est décimée par une bande de tueurs après la découverte d’étranges canalisations. 
Une fois informés du massacre par un survivant, les responsables de T.N.O. (Terra Nostra.Org) envoient en Palestine la belle doctoresse Nuram ALLEMBY rejoindre Yan LE MAT et Rolf ACKERMAN déjà sur le terrain, deux solides gaillards
qui n’ont pas froid aux yeux. 
Le détournement d’une source d’eau d’origine inconnue intéresse beaucoup de monde dont HYDROVIVA, société française spécialisée dans l’équipement et le traitement de l’eau, dont les méthodes pour arriver à ses fins ne sont pas toujours légales.

Celui qui détient le pétrole détient le pouvoir. Celui qui détient l’eau détient la vie. Mais l’eau, élément vital, n’est-elle pas la propriété de tous les hommes et n’est-ce pas à ces derniers à faire en sorte de conserver et protéger cette ressource précieuse afin que tous, présents et à venir, puissent en bénéficier ?
 
Dans la bande de Gaza, le détournement d’une source d’eau d’origine inconnue intéresse beaucoup de monde. HYDROVIVA, une société française spécialisée dans l’équipement et le traitement de l’eau se révèlera vite être un puissant acteur n’hésitant pas à faire fi de la légalité pour sauvegarder ses intérêts.
 
Tout commence ainsi par le massacre d’une équipe d’archéologues qui, effectuant des fouilles dans le désert de Judée, découvre d’étranges canalisations… Une survivante à ce massacre informera les responsables de T.N.O. (Terra Nostra Organisation) de la situation et cette agence enverra alors, en Palestine, la belle doctoresse Nuram ALLEMBY  rejoindre une équipe de deux « mercenaires » Yan LE MAT et Rolf ACKERMAN déjà sur le terrain.
 
Un premier tome riche en rebondissements !
Editions Glénat
Planche 5 de T.N.O tome 1
 
Le scénario :
 
Le scénariste Jean-Claude BARTOLL, s’est une nouvelle fois appuyé sur son expérience de grand-reporter pour imaginer un problème très vraisemblable (et hélas peut-être prémonitoire).
 
Nous voici plongé dans un thriller politique et économique. En cette période de canicule et de réchauffement climatique, cette BD nous interpelle.
 
Demain l’eau si précieuse devenant rare sera certainement au centre d’enjeux majeurs.
Ce scénario colle avec l’actualité (voir l’interview ci-après), Jean Claude BARTOLL nous emmène loin dans cette histoire.
 
On peut ne vivre cette histoire que superficiellement, mais on est tout de même immanquablement amené à se poser des questions.
C’est là tout le talent de l’auteur et toute la réussite de cet album.
 
Le dessin : 
Franck Bonnet réalise le dessin : ses encrages hyper réalistes collent au style et à la tonalité du récit. Le dynamisme de son trait apporte un rythme supplémentaire. Il est efficace dans les scènes d’action.
 
Notre avis :
Le sujet abordé est digne d’intérêt : la lutte pour le contrôle de l’eau au Proche-Orient, problème
géopolitique majeur.
 
Cette série, qui s’adresse avant tout, nous semble-t-il, à un public adolescent, permet d’interpeller chacun sur les conséquences prévisibles du réchauffement climatique.
 
De bonnes intentions donc, une vulgarisation réussie de certains problèmes géopolitique mais la BD est tout de même empreinte de beaucoup de naïveté, des rebondissements et des comportements improbables.
T.N.O., que signifient ces initiales ?
Et que souhaitez-vous raconter au travers de cette nouvelle série
?

T.N.O c’est l’acronyme de TerraNostra.Org, le
nom de l’ONG transnationale inventée pour les besoins de la série
au sein de laquelle évolue notre trio d’enquêteurs un peu hors
normes qui va « fourrer son nez » là où on ne les attend pas.
Dans les poubelles environnementales soigneusement cachées par les
Etats pauvres ou riches de la planète. Car le « terrain de jeu »
est mondial et les défis posés sont planétaires…

C’est
l’invention d’un nouveau genre, le polar écologique ?

Je
crois que de rares auteurs de romans anglo-saxons ont un peu «
défriché » le terrain. Mais, en BD il se pourrait que cela soit
nouveau : Aborder les grands défis écologiques avec un trio de
héros où un ancien membre des forces spéciales compose avec une
vétérinaire multi-diplômée qui elle-même est horrifié par les
manières d’un colosse ancien reporter de guerre devenu l’alter
ego de notre baroudeur, est une « première » en soi !

Pour
cette série, Franck Bonnet joue le jeu du réalisme, en adoptant un
trait proche de celui de Vance. Tendre vers le réalisme était
également un désir de votre part ?

Comme à mon
habitude, et en raison de mon passé de Grand Reporter, j’aborde
cette série en effectuant une véritable enquête tout en compilant
une importante documentation. Il ne s’agit pas de raconter
n’importe quoi… De ce fait, le trait réaliste était une
nécessité afin de renforcer l’aspect « Investigation » de la
série ! Et Franck nous a « bluffés » avec ses superbes planches
en noir et blanc qui, effectivement, font immédiatement penser au
merveilleux travail de William Vance sur XIII par exemple…


 
Réalisateur :
Jeremy Rozen
Auteurs : Catherine Dupeyron, Jeremy
Rozen
Producteurs : ARTE FRANCE, EVA PRODUCTION
 
La politique du
gouvernement israélien et l’Intifada du côté palestinien masquent
la réalité des échanges et des contacts positifs qui existent
néanmoins entre Palestiniens et Israéliens, relations qui, a
priori, semblent incompatibles avec les hostilités dominantes.
 
Au-delà des
conflits politiques, religieux et historiques, l’eau est un enjeu
essentiel des relations entre l’Autorité palestinienne et Israël. 
Les territoires palestiniens, Israël et la Jordanie constituent ce
qu’on appelle « le triangle de la soif ». À l’aridité
de la région s’ajoute la très forte croissance démographique et
son corollaire : la pollution des rivières. 
L’écologie ignorant
les frontières politiques, la commune israélienne d’Emek Hefer et
la ville palestinienne de Toulkarem, qui sont traversées par une
même rivière, ont décidé de créer ensemble une station de
traitement des eaux usées.
A bientôt, 
 
Chantal et Lionel
Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,893FansLike
207FollowersSuivre
65FollowersSuivre

Derniers Articles