mardi 29 novembre 2022

Offrez-nous un café

Oneira tome 1 d’un manga de Dark Fantasy

Êtes-vous friand d’histoires sombres? De dark fantasy ? Si tel est le cas, les éditions Kana ont sorti le manga qu’il vous faut absolument : Oneira. On vous en dit plus dans la suite de cet article.

Oneira tome 1 d'un manga de Dark Fantasy aux éditions Kana

Titre: Oneira tome 1
Auteurs: Cab (scénario) et Federica Di Meo (dessin)
Éditeur: Kana
Année: 2022
Nombre de pages: 192

Oneira : la tueuse de cauchemars

Arane Heos est une Epeire. Surnommée “la croque-mitaine” dans certains villages, elle fait partie d’une caste au service de l’Eglise pour éliminer des créatures malfaisantes. 

Ces êtres, tout droit sortis des tréfonds de l’esprit humain sont des cauchemars qui prennent vie et possèdent de leur hôte, jusqu’à causer sa mort.

Arane est redoutable et est réputée pour être une des Epeire les plus douée et efficace. Elle est accompagnée dans ses aventures par Bastione qui joue le rôle de son page.

Arane est plutôt mystérieuse, voire parfois antipathique. Un lourd secret semble entourer la naissance de sa fille. Alors, lorsque la vie de cette dernière semble en danger, la tueuse de cauchemars s’en mêle.

Arane Heos la croque-mitaine d'Oneira

Un manga de Dark Fantasy à la Witcher.

Les personnages et le contexte d’Oneira

Oneira est un manga seinen français de dark fantasy scénarisé par Cab.

L’héroïne se nomme Arane Heos. Elle fait partie de la caste des Epeires, bras armé de l’Eglise. Comme ses congénères, elle possède des pouvoirs, mais c’est aussi une guerrière et une épéiste redoutable. Elle est une sorte de chasseur de prime, sauf qu’elle chasse des créatures maléfiques à coups d’exorcismes et d’épée.

Elle est secondée par Bastione qui l’accompagne en temps que page pour accomplir des faits d’armes. Nous verrons d’ailleurs dans un chapitre comment il a pu devenir son acolyte, elle, la solitaire.

Pour le contexte, le manga se déroule dans un monde où les cauchemars prennent vie. Ils infectent un hôte humain et le manipulent, jusqu’à la mort en général.

Ces créatures peuvent prendre toutes sortes de formes et ont des caractéristiques très différentes, un peu à la façon des Yokais japonais.

N’oublions pas aussi la présence de l’Eglise à la recherche de pouvoir et de richesse. C’est elle qui emploie les Epeires et met tout en œuvre pour éradiquer tous les cauchemars.

Et enfin, le but de l’histoire, la mission, la quête ! Elle semble tourner autour de la fille d’Arane dont l’origine semble secrète et mystérieuse.

Arane déclenche ses pouvoirs dans le manga Oneira

Un dessin sombre et dynamique

Qui dit dark fantasy, dit dessin sombre.

Le chara-design est excellent. L’héroïne s’impose par son physique, sa prestance et son charisme. Lorsqu’elle utilise ses pouvoirs, ses yeux deviennent noirs, un peu comme le personnage de The Witcher. 

Le dessin est maîtrisé et reste relativement bien lisible. La dessinatrice, Federica Di Meo, s’est appliqué sur les arrières plans autant que sur la qualité de son dessin des personnages.

L’ensemble est dynamique et les phases de combat peuvent s’avérer sanglantes. Ce manga ne s’adresse donc pas à un public trop jeune.

La bande annonce vidéo du manfra Oneira

Une lecture immersive et interactive

Bande son

Pour accompagner votre lecture, les auteurs ont composé une playlist à retrouver sur plusieurs plateformes de streaming. Pour savoir où trouver les informations, vous trouverez un QR code sur le rabat de la jaquette. Il ne vous reste plus qu’à choisir votre plateforme favorite.

Le jeu immersif du manga Oneira

Les éditions Kana ont mis le paquet sur ce manga. Ils nous proposent même un jeu à retrouver sur leur page dédiée ici : https://www.kana.fr/oneira-dans-les-brumes-dhavrefange-jeu-audio/

Mon avis sur le tome 1 du manga Oneira

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans la lecture, mais passé quelques pages, la qualité du dessin a su me happer. L’héroïne est une femme forte et badass comme on en voit peu. L’histoire est bien dark et on sent un mystère qui l’entoure tout au long du tome. Une partie se révèle avant les dernières pages, mais les auteurs ont su me donner envie de découvrir la suite.

J’ai aussi bien aimé le dessin de Federica Di Meo. La dessinatrice a un très joli coup de crayon que j’ai adoré découvrir sur Oneira.

J’ai trouvé que le rôle de l’héroïne ressemble beaucoup à celui de Geralt De Riv dans The Witcher. J’ai vu des similitudes tant dans le scénario (chasseuse de créatures, taciturne…) que dans le dessin (les aptitudes physiques et les yeux noirs).

Pour cette lecture, j’ai voulu profiter de l’expérience en musique. Mais comme je n’ai pas d’abonnement premium, la playlist était en mode “shuffle” (c’est un « fail »). J’ai donc pu profiter des musiques mais dans un ordre aléatoire qui ne correspond probablement pas à l’expérience de lecture pensée par les auteurs. J’ai tout de même apprécié cette petite “innovation” proposée par les auteurs d’Oneira et par l’éditeur Kana.

Par contre j’avoue que je n’ai pas pris le temps de tester le jeu immersif.

Pour conclure, j’ai bien aimé cette lecture. Le manga a du potentiel. Mais pour ce premier tome, je reste encore un peu sur la réserve.

A noter quand même que beaucoup de manfras (mangas français) sortent, chez différents éditeurs, et la qualité est de plus en plus visible. Les auteurs français commencent à maîtriser parfaitement les codes du manga, et ça fait bien plaisir.

Juju

© Di Meo  – Cab – Kana (Dargaud-Lombard s.a.)

Fais découvrir cet article à tes amis
Juju Gribouille
Juju Gribouille
Nouveau Rédac' chef du blog 7BD.fr. J'aime dessiner depuis tout petit et suis vite devenu amateur de BD, mangas et Comics. Je chronique régulièrement mes lectures sur 7BD et les partage aussi sur mes réseaux sociaux... N'hésitez pas à me suivre et à donner votre avis.

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,729FansLike
187FollowersSuivre
54FollowersSuivre

Derniers Articles