mercredi 24 juillet 2024

Offrez-nous un café

New Normal, le manga masqué

L’année 2020 et l’arrivée du COVID nous a tous marqué. Et cela est vrai dans le monde entier. Mais cette pandémie a aussi inspiré des artistes. C’est le cas ici avec la création du manga New Normal, un shonen que nous retrouvons en France aux éditions kana.

Caractéristiques:
Titre: New Normal
Scénario: Akito Aihara
Dessin: Akito Aihara
Éditeur: Kana
Année: 2023
Nombre de pages: 192 pages

Acheter:

Lien d'achat de BD sur Bubble

Porter un masque : la nouvelle normalité.

Voilà 20 ans qu’un virus mortel a décimé une partie de la population. Depuis, le port du masque est obligatoire et les distanciations sont devenues la norme.
Avec le temps, une brigade spéciale a même été mise en place pour contrer les contrevenants et les « anti » qui manifestent.

Pour toute une génération, les films de leurs parents souriants et sans masque sont de la fiction.
La bouche est devenue l’objet des fantasmes des jeunes adolescents.

Dans ce contexte, Hata, un jeune lycéen, aperçoit malencontreusement la bouche de sa camarade Natsuki, alors qu’elle boit de l’eau au robinet.
Les deux sont bien mal-à-l’aise de cette situation. Ce moment est extrêmement gênant.

Comment les 2 ados vont-ils réagir ?
Cela va t-il les rapprocher ou au contraire vont-ils devenir les pires ennemis ?

New Normal: un manga post-COVID

Pandémie et virus mortel.

Le fondement du scénario du manga New Normal est qu’un virus mortel inconnu est apparu 20 ans auparavant.
Ce virus, très virulent et contagieux, s’est ainsi très vite répandu dans la population.

Le seul moyen pour éviter la contamination a été la mise en place de gestes barrière. Au premier plan, le port du masque est devenu obligatoire et des distances sociales ont été imposées.

L’histoire de New normal se déroule dans un lycée.
On apprend donc que les cours sont répartis et qu’une partie des élèves a cours le matin et l’autre moitié l’après-midi. Cela évite que les élèves se croisent et qu’ils soient en trop grand nombre au même endroit.
Dans la cour de récréation, les étudiants doivent aussi garder une certaine distance entre eux.
Et bien sûr ils ne doivent jamais enlever leur masque sous aucun prétexte.

De façon plus large, ces règles de distanciation sont imposées à la population. Une brigade de contrôle a été mise en place pour faire respecter cette loi.

Finalement, le seul moment où cette règle est “assouplie” concerne les moments en famille, au sein du domicile.

Sous le masque, l’objet du désir.

20 ans après le virus, la société a évolué. De nouvelles règles se sont imposées et la nouvelle génération n’a connu que cette nouvelle normalité.

Les lycéens que nous suivons dans cette histoire ont donc toujours porté un masque et toujours vu les adultes en porter également.
Même les vieux films où les acteurs avaient la bouche découverte sont devenus presqu’interdits.

La bouche apparaît dorénavant comme un objet de fantasme. Ce genre de film est alors assimilé à des films érotiques par les adolescents. D’ailleurs, les magazines coquins suggèrent les lèvres des jeunes femmes, à travers des voiles par exemple.

Dans ce manga, les deux personnages principaux se nomment Hata et Natsuki.

A partir du moment où Hata aperçoit la bouche de la jeune fille en train de boire, nous allons suivre leur relation. Beaucoup de leurs échanges vont se faire et être en rapport avec cette rencontre, lorsque Hata a vu la bouche découverte de Natsuki, dans une situation équivoque.

D’autres personnages vont ensuite entrer en jeu. Le mangaka met alors en scène les relations sociales des jeunes ado: entre amitié et amourettes.

Sagara, un personnage adulte prend aussi de l’importance. Il s’agit du chef de la brigade spéciale de prévention des contaminations. Un homme au passé bien mystérieux.

Le dessin du manga New Normal

Malgré le côté lycéen/amourette, New Normal n’est pas un shôjo. Il se classerait plutôt dans les shonen.

Le dessin est donc dans ce style. Il est maîtrisé et montre une certaine maturité qui va avec le côté relativement sérieux de la trame de fond.

Dans ce titre, le mangaka s’efforce de proposer des illustrations qui ont pour but d’érotiser la bouche. Il met ainsi en scène l’interdit qui se cache derrière le masque.

Les arrières plans représentent principalement des décors de lycée. Ils sont souvent aussi laissés vides, ce qui est un peu dommage.

New Normal : le trailer vidéo des éditions Kana

Mon avis sur la lecture des 3 premiers tomes de la série New Normal

Au départ le fond de l’histoire, et son côté très marqué “post-covid” m’a attiré. Je m’attendais à un titre un peu grave, post-apocalyptique. 

Mais ce n’est pas vraiment ce que propose le manga New Normal.

Un contexte social et politique intéressant.

Bien sûr la contamination mortelle ayant eu lieu 20 ans plus tôt est toujours présente. La ville est entourée d’une grande muraille. Il se dit qu’aucun humain n’a survécu de l’autre côté. Mais est-ce vrai? 

Une brigade de prévention et de répression a été mise en place pour les contrevenants qui ne respectent pas les règles.

Il y a donc en arrière-plan un côté social et politique intéressant.

Les relations entre les personnages qui n’avancent pas.

Le manga s’attarde surtout sur les relations entre les jeunes. Il devient ainsi un manga de type “tranche de vie”.

On découvre alors le quotidien des lycéens, les liens qui se tissent entre eux et le rapport qu’ils ont avec “la bouche”. Pour cela, nous allons principalement nous attarder sur Hata et Natsuki. 

Et c’est là que le manga m’a perdu! 

En effet, dès le premier tome, j’ai trouvé que le schéma de relation revenait un peu en boucle.

J’ai aussi été gêné par la sexualisation de la bouche. Pour caricaturer, c’est “t’as vu la mienne, montre moi la tienne” (je vous ai mis un exemple dans une des images de cet article). Là, on parle de la bouche. Mais si on se met dans le contexte de la bouche comme partie du corps “sexualisée”, transposez cela à la poitrine ou aux parties génitales. Trouveriez-vous cela normal ou sain?

Personnellement, j’ai trouvé ce “je te montre la mienne, mais je veux voir la tienne” plutôt malsain. D’autant que le dessin est très bon et parvient très bien à érotiser certaines scènes. Le dessin est donc très beau et parvient très bien à ses fins. Mais j’ai trouvé cela malaisant.

Et ce genre de scène revient régulièrement entre les personnages. Les relations évoluent finalement assez lentement, et tournent toujours autour de ça.

Une série que j’abandonne.

Dès le premier tome, le manga ne m’a pas emballé, pour les raisons que j’explique juste avant.
Mais, j’ai tout de même lu les trois premiers tomes de la série New Normal pour me forger mon idée.

Et après trois tomes, j’ai finalement décidé d’abandonner cette série.

Certains points sont plutôt pas mal. Je trouve même le personnage de Sagara intéressant. Mais j’estime que l’histoire tourne un peu en boucle, sans vraiment faire avancer l’intrigue. Et la lourdeur des allusions sexuelles a terminé de me décider.

Ton avis ?

Même si la série New Normal ne m’a pas séduit, j’ai lu beaucoup de bons avis sur les réseaux.

Alors si tu passes par là et que tu as lu cette chronique, ton avis m’intéresse.

Je t’invite à laisser un commentaire pour me dire si tu connais le manga New Normal et si tu aimes cette série… ou pas.

Juju

© 2020 Aihara Akito, FUNGUILD

Fais découvrir cet article à tes amis
Juju Gribouille
Juju Gribouille
Nouveau Rédac' chef du blog 7BD.fr. J'aime dessiner depuis tout petit et suis vite devenu amateur de BD, mangas et Comics. Je chronique régulièrement mes lectures sur 7BD et les partage aussi sur mes réseaux sociaux... N'hésitez pas à me suivre et à donner votre avis.

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,455FansLike
445FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles