mercredi 30 novembre 2022

Offrez-nous un café

Les futurs de Liu Cixin, Proies et Prédateurs, la chronique dévorante

Aujourd’hui nous vous présentons Les futurs de Liu Cixin, Proies et Prédateurs. Retrouve juste après cette BD de Dark SF, mais avec une note d’espoir !

couverture de "LES FUTURS DE LIU CIXIN PROIES ET PREDATEURS" de JD Morvan et Yang Weilin chez Delcourt

Série : Les futurs de Liu Cixin
Titre : Proies et Prédateurs
Auteurs : JD Morvan (scénario), Yang Weilin (dessin) d’après Liu Cixin
Editeur : Delcourt
collection : Néopolis
Année : 2022
Pages : 108

Résumé d’une BD prédatrice :

Quelque part en Éthiopie, des archéologues mettent à jour une civilisation enfouie, des trésors antiques incroyables, des révélations anthropologiques aux conséquences immenses. Mais ils tombent sur un petit pépin… De l’autre côté du monde, à l’ONU, on apprend qu’un objet non identifié fonce sur la terre à grande vitesse, une force d’intervention est dépêchée pour intervenir !

Les futurs de Liu Cixin, Proies et Prédateurs : le scénario d’un récit cataclysmique:

Il ne s’agit pas seulement d’un récit de SF avec envahisseurs, mais d’une BD catastrophe ! Cette histoire peut renvoyer Independance Day et ses consorts au placard, car on reste sur cette notion de gigantisme, mais les enjeux se révèlent pus philosophiques. Car avec ce récit, les auteurs se penchent sur le pourquoi de l’invasion, et on va de surprise en surprise.

La BD porte bien son nom, qui sont les proies, et qui sont les prédateurs finalement ?

La rivalité entre l’envahisseur Grandes-dents et le colonel Dongfang Zhyan nous garde cette idée en tête. Même si on découvre, au fur et à mesure de l’histoire, la réalité derrière le masque de ces deux créatures.

L’histoire se déroule sur une longue période de temps, mais la BD, avec un rythme endiablé, ne s’attarde pas sur l’inutile. Le récit, coupé au cordeau, est un véritable plaisir de lecture.

Bon, je ne peux vous en dire plus sur les événements, ce serait vous dévoiler trop de choses, et la surprise est un axe de la narration primordiale. Peut-être qu’en étant attentif, vous trouverez vous-même quelques clés de ce récit.

Paradoxalement, dans le combat final, on parle bien pus que dans tout le reste de la BD. Plus que les personnages, c’est le déroulement des événements qui nous touche.

Que ferions-nous dans cette situation ? Espérons n’avoir jamais à répondre à la question.

page de "LES FUTURS DE LIU CIXIN PROIES ET PREDATEURS" de JD Morvan et Yang Weilin chez Delcourt

Le dessin explosif et grandiose:

Un dessin réaliste, qui rend crédible le dévoreur et sa population, et nous tient immergé dans l’histoire. Le trait lourd de Yang Weilin donne un poids à ses personnages et surtout à ses décors, qui semblent peser des tonnes, ancrés dans le sol.

Les couleurs denses de Hiroyuki Ooshima accentuent encore plus cet effet.

Le découpage et la composition laisse la place à l’échelle galactique de cette histoire, le dévoreur de planètes est loin d’un Galactus issu de chez Marvel mais semble tellement pus probable…

Les grandes pages de dessin, et même les doubles pages nous permettent de frissonner devant les événements qui s’enchaînent.

La belle note d’espoir nous laisse penser que tout n’est pas perdu. Dans cette Ethiopie baignée de lumière habilement rendu par les deux auteurs graphiques.

Conclusion d’une BD qui fait frissonner:

On ne sait où l’on va, et quand on commence à comprendre, on frissonne déjà. Et du coup cette BD laisse un beau souvenir en mémoire, même si l’histoire demeure sombre.

Zéda rencontre Grandes-dents !

"APERO DINATOIRE" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur  "LES FUTURS DE LIU CIXIN PROIES ET PREDATEURS" de JD Morvan et Yang Weilin chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,730FansLike
187FollowersSuivre
54FollowersSuivre

Derniers Articles