mardi 16 juillet 2024

Offrez-nous un café

Les futurs de Liu Cixin – le calcul du papillon, la chronique lépidoptérienne

Les futurs de Liu Cixin – le calcul du papillon, la BD d’un voyage de la dernière chance

couverture de "Les futurs de Liu Cixin – le calcul du papillon" de Dan Panosian chez Delcourt

Série : Les futurs de Liu Cixin
Titre : Le calcul du papillon
Auteurs : Dan Panosian (scénario et dessin), Fabian Mascolo (couleurs) d’après un livre de Liu Cixin
Éditeur : Delcourt
Collection : Neopolis
Année : 2023
Pages : 80

Résumé d’un départ pour un monde meilleur :

Belgrade est soumis à des bombardements intensifs, une guerre ravage la ville et le pays alors que le printemps commence. La petite Katya voit les bombes tomber par la fenêtre quand ses parents viennent la chercher pour l’emmener en urgence à la cave. Tous aimeraient que la guerre finisse. Mais Alexander, le père de Katya, a peut-être le moyen de faire cesser les bombardements. Un projet insensé qui va nécessiter un supercalculateur informatique. Où trouver un ordinateur d’une telle puissance ? Un ami pourrait l’aider. Commence alors un voyage insensé pour protéger sa ville et sa famille…

Le scénario d’un récit oscillant entre espoir et drame:

Alexander va tout tenter pour mener son plan à terme. Mais sa fille, récemment transplantée d’un rein, a besoin de son père. Le choix est dur mais Alexander sait que si les bombes cessent, alors Katya vivra au moins en sécurité. Il confie à sa femme la tâche de s’occuper d’elle, ce qui n’est pas simple vu les difficultés à trouver le traitement médicamenteux rare dont a besoin l’enfant.
Deux combats vont donc se mener en parallèle, le principal, celui d’Alexander, qui va parcourir le monde pour tenter un pari incroyable et celui de sa femme, tout aussi fort, qui se bat pour la santé de leur fille.

Nous suivons les personnages dans leurs trajets et on espère la réussite pour les deux. Mais le monde est dur et l’inattendu règne et des imprévus vont bien sûr tout chambouler.
Cette histoire nous donne à voir comment s’applique cette idée du calcul du papillon, ce fameux battement d’ailes qui va entraîner des changements par le jeu des causalités. Ce sont de différentes manières, pour le meilleur et le pire, que l’on va suivre ces fameux papillons, ces petits événements aux lourdes conséquences.
La fin de ce récit m’a laissé un peu perplexe. Je ne suis pas sûr d’avoir saisi le sens de cette scène finale. Je vous laisse vous faire votre propre interprétation. En tout cas, le récit ouvre une porte laissant libre cours à nos réflexions.

page de "Les futurs de Liu Cixin – le calcul du papillon" de Dan Panosian chez Delcourt

Dessin au trait dense :

Le graphisme est étonnant, Dan Panosian utilise un encrage épais, dense, qui marque les personnages et donne un aspect brut au dessin. Les couleurs sont appuyées par les ombres et l’obscurité. A côté de cela, le dessinateur emploie des trames que l’on peut repérer facilement sur certains vêtements, certains éléments de décor. Des trames denses aussi qui ajoutent également au côté tranché du dessin.
Les compositions jouent sur les oppositions et les répétitions. Les oppositions de couleur, de mise en scène, comme cette page où la mère de Katya regarde le ciel. Aucun décor derrière elle, une case large, blanche, sans contour, et le contrechamp, le ciel noir, troué de quelques étoiles et ce missile ou peut-être une étoile filante qui passe. L’espace infini, le visage d’une femme. Dan Panosian fait des allers-retours et nous suivons ces émotions alors que le ciel reste de marbre. Là, les images se répètent légèrement changées. Mais la scène de la séparation, où Alexander part, là aussi sur une page commençant par la famille dans la voiture et finissant sur le même cadre, la même case, mais avec Alexander seul au volant. Répétition initiale et finale, avec le changement.
Ces deux types de mises en scène, Dan Panosian les explore tout au long de cette BD. Ces petits mouvements à l’image du battement d’ailes du papillon, font écho à la grande histoire, le voyage d’Alexander.

Conclusion d’une BD un peu pessimiste:

Le calcul du papillon a-t-il fonctionné ? En tout cas, le prix à payer est cher. Comme si Liu Cixin voulait nous rappeler que la paix nécessite forcément des sacrifices, des sacrifices humains, souvent anonymes. Ceux et celles qu’on appelle victimes de guerre, ou pire encore, dommages collatéraux.

Zéda rencontre Katya !

"L'ATTENTE DE CAMP" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "Les futurs de Liu Cixin – le calcul du papillon" de Dan Panosian chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis
David
Davidhttp://www.davidneau.fr
Scénariste pour le jeu vidéo, le podcast et le cinéma, auteur-réalisateur de court-métrages animés, auteur dessinateur la BD numérique "Zéda, l'Odyssée du quotidien", enseignant à l'ICAN en BD numérique, et chroniqueur BD bien spûr. Sans oublier passionné de musique et de... BD ! Tout est dit.

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,460FansLike
442FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles