mardi 31 janvier 2023

Offrez-nous un café

L’épouse Yéménite de Laura Silvia Battaglia et Paola Cannatella chez Des Ronds dans l’O

L'épouse Yéménite aux édtions Des Ronds dans l'O.Titre : L’épouse Yéménite
Tome : one-shot
Scénario : Laura Silvia Battaglia
Dessins : Paola Cannatella
Editions : Des Ronds dans l’O
Année : 2018
Nombre de pages : 126


Résumé :
Laura Silvia Battaglia est une journaliste italienne, et vit à Milan.
En 2005, elle fait le pied de grue devant son PC en se rongeant les ongles.
En effet elle attend impatiemment des nouvelles de ces amis yéménites étant donné que la guerre a éclaté dans leur pays.
Celle-ci reportera les informations glanées lors de son émission radio afin d’informer de la situation réelle du pays…
Elle est inquiète…
C’est aussi l’occasion pour elle d’évoquer son expérience vécue dans ce pays trois ans auparavant.
Elle parle ainsi de la générosité, de la culture et des traditions des habitants de ce pays.
Mais elle interpelle aussi avec un grand discernement des horreurs pratiquées ou vécues par les résidents.
Elle vante aussi la beauté et la richesse du terroir de ces terres avant la guerre etc…
Laura casse ainsi les clichés que tout un chacun peut avoir de cet état tout en nous mettant toutefois bien en garde sur les dangers réels existants et dramatiques.
La journaliste est tombée amoureuse de ce pays, mais pas uniquement.
Elle y a aussi trouvé sa moitié.

Mon avis :

Voilà une petite BD comme je les aime, pour découvrir une culture et un pays actuellement inaccessible ou avec de gros risques.
Laura Silvia Battaglia nous raconte son vécu et ses enquêtes dans ce pays qu’est le Yémen.
Elle le fait tellement bien, avec l’aide de l’excellent dessin caricaturé de Paola Cannatella, que nous avons envie de faire le voyage pour y connaître l’aventure aussi….
Ceci dit l’autrice nous met aussi en garde, avec tact, vis à vis des dangers bien réels dans ce pays.

L'épouse Yéménite aux édtions Des Ronds dans l'O page 29
Page 29 de la BD

Ce petit livre se compose de treize mini-reportages très variés, allant de la rencontre avec  un illustre cheikh, en passant par les cérémonies de mariage (féminine ET masculine), jusqu’au trafic d’enfant ou des attentats suicides…

Le trait épais et disproportionné de la dessinatrice permet de bien détendre l’atmosphère, d’enjoliver et romancer les récits parfois bruts et durs.
Les personnages, dits en « Chibi » (grosse tête, gros yeux et petit corps), sont tous très attachants même lorsque l’on devine colère, rancœur ou fatalisme dans les expressions.
Malgré donc cette particularité dessiné des protagonistes, les proportions et perspectives sont bien réalisées, conservées.
Chaque histoire se voit attribuée une couleur dominante et récurrente en fonction du récit. On devinera donc des couleurs froide pour les sujets dramatiques et évidement, à contrario, des couleurs chaudes pour les épisodes plutôt joyeux.
Donc trois couleurs ressortent en fonction de l’enquête : rouge/rose – bleu/gris et jaune/marron.
Les plans s’enchainent comme une belle mécanique et sont juste beaux.
Il y a aussi beaucoup de vitalité et de fantaisie dans le découpage, ce qui donne encore plus de motivation au lecteur pour suivre les propos de la journaliste.

L'épouse Yéménite aux édtions Des Ronds dans l'O page 83
Page 83 de la BD

Il n’y a pas vraiment de ligne directrice scénaristique. Il s’agit de treize petits reportages ou extraits de vie liés à l’expérience de la journaliste lors de son séjour au Yémen.
Mais bien que cela soit un peu déstructuré, elle nous en apprend beaucoup sur les moeurs, et l’histoire de cette population.
L’accueil qui a été réservé à la reporter a été des plus chaleureux au point qu’elle a même pu assister à une cérémonie normalement réservée qu’aux hommes, ou s’entretenir à plusieurs reprises avec l’un des hommes les plus respectés du pays etc….
Ceci dit elle a d˚ aussi avoir de sacrés frayeurs de part ces interviews de personnes dites « à risque » …
Au final on comprend mieux l’inquiétude qu’elle évoque en début de livre.

L'épouse Yéménite aux édtions Des Ronds dans l'O page 82
Page 82 de la BD

Dans ce petit livre, vous trouverez aussi un beau petit bonus supplémentaire à la fin : Un texte écrit par Laura Silvia Battaglia et illustré par ses photos.

J’ai beaucoup aimé.
Ciao
Yann

Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,893FansLike
207FollowersSuivre
65FollowersSuivre

Derniers Articles