mardi 17 mai 2022

Offrez-nous un café

Le septième homme et autres récits, la chronique heptuple

Le septième homme et autres récits, la BD oscillant entre merveilleux et quotidien

couverture de "Le septième homme et autres récits Haruki Murakami" de JC DEveney et PMGL chez Delcourt 

Titre : Le septième homme et autres récits
Auteur : JC Deveney (scénario) d’après Haruki Murakami, PMGL (dessins), Misato Morita (onomatopées)
Editeur : Delcourt
Collection : Coup de tête
Année : 2021
Page : 424

Résumé de plusieurs histoire étranges:

Un paisible banquier reçoit la visite surprise d’une grenouille géante qui a besoin de lui, un couple décide de braquer une boulangerie pour lever une malédiction, un homme seul reçoit les visites d’une femme qui lui raconte des histoires étranges après avoir fait l’amour avec lui, une jeune fille doit servir le dîner au mystérieux directeur du restaurant où elle travaille le soir de ses vingt ans, Gregor Samsa se réveille habité d’une sensation bizarre, il s’est transformé en… humain, un homme fuit la vague qui a emporté son meilleur ami, un détective est engagé par une femme pour retrouver son mari qui a disparu entre le vingt-quatrième et le vingt-sixième étage, une femme a perdu le sommeil sans conséquences apparente sur sa physiologie, une  médecin passe un séjour en Thaïlande organisé par un chauffeur local.

Scénario de plusieurs récits à la lisière du normal:

Ces histoires sans lien aucun, sauf si vous y regardez bien au détour de certaines cases, sont autant d’adaptations de nouvelles du célèbre écrivain Japonais Haruki Murakami. Je n’avais jamais lu un livre de cet auteur et c’est avec curiosité que je me suis plongé dans cette adaptation. Et j’ai découvert un univers envoutant, magnifique, entre l’absurde et le merveilleux, comme si notre monde flirtait avec un autre, et que les deux se mêlaient de manière inattendue.
J’ai pris énormément de plaisir à lire cet énorme recueil de plus de quatre cent pages. Les histoires, toutes différentes, ont ce point commun de s’interroger sur ce que nous sommes, tout en jonglant avec le fantastique. On navigue entre les écrits dans la droite ligne des nouvelles fantastiques, avec cette particularité que la chute survient au moment le plus inattendu. Tout d’un coup, l’histoire semble s’arrêter plus qu’elle ne finit. Avait-elle besoin d’aller plus loin ? Peut-être pas finalement, mais peut-être que si, pour rassasier notre curiosité titillée à l’extrême.

Curieusement, le pourquoi ces événements étranges se produisent ne nous manquent pas plus que ça. Comme les protagonistes, nous prenons les choses comme elles viennent, avec quelques interrogations, mais nous suivons la trajectoire du récit. Le plus étonnant est que les questions des personnages se révèlent aussi les nôtres.
Finalement, où allons-nous dans cette vie, où nous mène notre routine, attendons-nous aussi ce partenaire qui va nous envouter autant avec son corps qu’avec ses histoires d’après l’amour ?
Jean-Christophe Deveney réussit à rendre cet univers mystérieux, intrigant, et à faire passer les mots en cases, pour notre plus grand plaisir et souvent, notre plus grand étonnement.  

page de "Le septième homme et autres récits Haruki Murakami" de JC DEveney et PMGL chez Delcourt

Le dessin taillé aux textures denses:

Mais à côté du talent de Murakami, du travail magistral de Deveney, il y a les dessins de PMGL. Ce style taillé à la serpe, ces visages aux traits accentués, ces expressions affolées, marquées, et ces décors qui parfois se referment sur les personnages sont une vraie réussite. Le passage soudain d’une case du quotidien à une situation purement onirique, une marée dans la chambre, une barque au-dessus d’un volcan, un ami qui flotte dans une vague immobile et vous tend la main, une bossue qui semble la première étape d’une métamorphose Kafkaïenne ne manque pas de nous frapper en plein visage.
Tout est mené de main de maître. Et ce travail graphique particulier, qui prend le contrepied du dessin auquel on pourrait s’attendre pour adapter un auteur Japonais, avec des immeubles rectilignes, droit, à l’image de ces villes Japonaises presque trop parfaites, fait mouche. J’ai pris un réel plaisir à la lecture, mais aussi à l’ambiance, à l’immersion dans chacune de ces nouvelles, l’immersion dessinée, graphique, qui ne vous lâche pas.
Les couleurs posées parfois en dégradés, parfois en aplats, les traits qui strient les décors, et qui sont totalement absents dans une autre nouvelle, et tant d’autres détails permettent, tout en gardant le même style, de varier l’univers de chaque récit.  
Les textures qui s’imposent en toute discrétion tendent à apesantir l’atmosphère en accord avec la nouvelle.
Et ce serait dommage d’oublier les onomatopées, présentes et écrites en Japonaise, comme pour créer une distance, une étrangeté supplémentaire. Précisions que ces textes particuliers ont été créés par Misato Morita.
Un carnet final regroupe des textes de Deveney sur l’évolution du projet, et des recherches graphiques de PMGL. Une belle manière de sortir en douceur de ces nouvelles.

Conclusion d’une BD aux multiples atouts:  

Le septième homme et autres récits est une BD qui fonctionne extrêmement bien. Un trait maitrisé allié à une narration particulière, qui vous plaira, je l’espère, autant qu’à moi. La plus belle réussite de ce recueil est de vous donner envie d’aller lire les nouvelles de Murakami. Et si vous ne savez par où commencer, prenez celle qui ont donné cette BD.   

Zéda rencontre l’Héroïne de la nouvelle Sommeil.

"SOMME AIE" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "Le septième homme et autres récits Haruki Murakami" de JC DEveney et PMGL chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,291FansLike
121FollowersSuivre
40FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles