vendredi 19 avril 2024

Offrez-nous un café

Harbinger [1992] de Jim Shooter et David Lapham aux éditions Bliss Comics

Intégrale Harbinger  1992 de Jim Shooter et David Lapham aux éditions Bliss Comics

Titre : Harbinger [1992]

Scénario : Jim Shooter et David Lapham
Dessins : David Lapham
Editions : Bliss Comics
Année : 2021
Nombre de pages : 400

Résumé de « Harbinger » de Jim Shooter et David Lapham: 


Peter Stanchek est un jeune homme psiotique avec des pouvoirs télépathiques. 
Un peu dépassé par ceux-ci, il demande de l’aide à la fondation Harbinger dirigée par Toyo Harada, lui aussi doué de pouvoirs. 
Cette organisation a pour objet de recueillir les jeunes développant des caractéristiques surnaturelles afin de les aider à les maîtriser.
Mais est-ce bien là le seul but de cette fondation ?
Lorsque Peter Stanchek apprends l’objectif secret de Toyo Harada, il en devient renégat et fonde sa propre équipe pour combattre cet organisme.
Il dirigera donc la petite troupe composée de Faith, Flamingo, Torque et Kris pour échapper aux méfaits du terrible Harada…

Mon avis sur « Harbinger » de Jim Shooter et David Lapham:

Voilà un bien bel ouvrage, bien épais, regroupant les épisodes 0 à 13 de la série Harbinger de 1992.
Le look « oldies » de la couverture m’a séduit tout de suite, et son contenu a été évidemment à la hauteur de mes attentes.
Pour couronner l’ensemble, la couverture rigide a un côté granuleux et rugueux rappelant les vieux comics d’antan dans les kiosques à journaux.
Que de nostalgie !! Et ça ne va pas s’arrêter là…

Intégrale Harbinger  1992 de Jim Shooter et David Lapham aux éditions Bliss Comics planche 1
Planche extraite de l’album


Mais malgré les apparences, ce livre est d’une fraicheur incroyable.
Déjà c’est une intégrale et donc un sacré morceau, pas forcément bien commun… 
De plus le néophyte y découvrira un monde de super-héros particulièrement humains et vulnérables. 
Certes les protagonistes possèdent des pouvoirs mais ils ne paraissent pas « indestructibles » à l’image d’un Superman ou d’un Wolverine. 
D’ailleurs l’un de nos héros/héroïnes (ATTENTION SPOIL !!) meure au cours du récit mais il faudra le lire pour savoir qui…
De plus le fait de focaliser sur une troupe de jeunes permet aussi d’insister sur l’effet psychologique de ces pouvoirs comme être dépassé par ceux-ci, commettre des erreurs et maladresses pour les contrôler, se sentir exclu à cause d’eux, ne pas réussir à s’affirmer etc…
Bref accentuer encore le mal être que certains adolescents peuvent connaître.
Mais les auteurs sont bien malins car ils savent que leur public est bien évidement cette jeunesse. 
Et donc évoquer tout cela de manière imagée permet de toucher, séduire et de fidéliser le lectorat en faisant preuve de compassion, et améliorer ainsi les projections.
Evidemment, l’expérimenté, lui, ne pourra s’empêcher de faire des parallèles et d’enregistrer les ressemblances avec les autres univers de super capés. 
Il y en a bien sûr des flagrantes mais il ne faut pas oublier que l’un des auteurs a travaillé pour l’une des deux grosses « Majors » avant de créer cette saga…
Cependant c’est toujours jouissif d’observer ces scènes de grosses batailles où de nombreux égos démesurés souhaitent toujours prendre le dessus !

Intégrale Harbinger  1992 de Jim Shooter et David Lapham aux éditions Bliss Comics planche 3
Planche extraite de l’album


Coté dessin, le style de David Lapham rappellera sans équivoque les années 80-90 où pullulaient les aventures des icônes comics dans les Strange et autres revues…
Le trait est fin, minutieux, expressif, créatif mais hélas presque trop figé. 
Son dessin me rappelle par moment la perfection des planches des diverses réalisations de Russ Manning, c’est pour dire que j’en ai été bien captivé !
Les couleurs accompagnent évidemment cet effet nostalgique. Elles donnent l’impression d’être posées en quadrichromie. Elles sont vives et particulièrement contrastées pour intensifier les actions et le rythme de l’histoire.
Le découpage est chargé et compact, majoritairement en gaufrier. Malgré tout, le plaisir pour la rétine est puissant.
La narration est aussi dense que le découpage. On ne boudera donc pas nos heures de lecture !
Le scénario de fond est plutôt cohérent, bien que quelques épisodes me semblent partir un peu trop loin, mais c’est aussi ça le charme de ce monde extraordinaire de science-fiction.

Intégrale Harbinger  1992 de Jim Shooter et David Lapham aux éditions Bliss Comics planche 2
Planche extraite de l’album


Comme à leurs habitudes, les éditions Bliss Comics nous régalent aussi d’une superbe galerie de planches, dessins et couvertures en bonus en fin d’album.
Nous pourrons lire aussi un intéressant et  chouette préface signé de la coloriste JayJay (Janet) Jackson.

Voilà donc une belle référence de l’univers Valiant dans un superbe écrin que Bliss Comics nous a donc concocté.
Ciao
Yann

Inscrivez-vous à notre Newsletter :





Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,486FansLike
413FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles