jeudi 11 août 2022

Offrez-nous un café

Angel Wings – Burma Banshees par Yann et Romain Hugault

Editions Paquet, Yann et Romain Hugault
Série :  Angel Wings
Titre : Tome 1 – Burma Banshees
Dessin : Romain Hugault
Scénario : Yann
Editions : Paquet
Collection : Cockpit
Année : Octobre 2014

Résumé :  
Angela Mc Cloud est une belle et rare
femme pilote, membre des Woman Airforce Service Pilot (alias WASP).
Et en tant que femme, dans l’armée des
états-unis de l’époque 1940, elle n’a accès qu’aux vols sur des gros
porteurs tels que les C-47 Dakota.
Sa mission : transporter un chargement
de bestiaux pour ravitailler les bases reculées chinoises.
Seulement voilà, pour ce faire, elle
doit franchir le « Hump », le massif Himalayen, et dans
un avion à gros gabarit, elle devient la cible idéale pour les
chasseurs japonais.
Heureusement les Burma Banshees avec les
P-40 Warhawk ornés d’un crâne blanc, n’abandonnent pas les leurs,
et veillent au grain.
Mon avis :

Nous avons eu droit hier à la belle chronique de Chantal et Lionel sur le Pilote de l’Edelweiss par Yann et Romain Hugault, dans la collection Cockpit des éditions Paquet. 
Et bien aujourd’hui nous repartons avec la même maison d’édition, la même collection et le même couple d’auteur, toujours pour une BD d’aviation, mais dans un autre contexte historique : la guerre Américano-japonaise du pacifique de 1940.

A la lecture de la première page, j’ai eu un petit peu peur et j’ai espéré qu’il ne reste pas dans le thème effrayant des Banshees (même si, connaissant les BDs de ces 2 auteurs, j’étais confiant…) 

Cette introduction en matière est surprenante mais permet de comprendre le pendant psychologique du surnom de ces escadrilles américaines.

La couverture, 2eme et 3eme plat de couverture :

Une merveille graphique.
La couverture présage du contenu de la BD. 
Une Pin-up bien pulpeuse, des avions P-40 Warhawk, la jungle birmane… tous les éléments fétiches de Yann et Romain Hugault (les femmes, l’aviation et l’histoire…). 
Bref, cette couverture nous plonge immédiatement dans l’ambiance « têtes brulées » et nous met immédiatement dans le bain.
Les 2eme et 3eme plat sont tout aussi bien réalisés sur des pages en couleur crème, nous avons droit à de belles représentations détaillées des fameux P-40, et une magnifique Pin-up (Angela) rappelant l’ouvrage du même nom réalisé par Philippe Berthet et dont Yann en a été le « scénariste » aussi.

Le dessin, les couleurs :

Le dessin est splendide, superbement travaillé, exploité avec un sens du détail poussé. 
Pour l’anecdote, le « préface » fait référence à un ancien combattant, ou à des experts historiens de la seconde guerre mondiale et/ou à l’aéronautique (Jean Barbaud par exemple, un autre excellent dessinateur sur l’aviation et surtout expert en la matière). 
Ainsi Romain Hugault se soumet à la critique d’experts pour encore plus sublimer ses dessins, et arriver à un travail véritablement abouti et visuellement impeccable.
 

Le trait est dynamique, vivant, plein de rondeurs (notamment pour les belles femmes). 
Le détail de l’environnement est somptueux, comme la jungle birmane ou le massif Himalayen.
La vivacité et le mouvement des scènes d’actions sont impressionnants, au point de presque vivre de l’intérieur ces séquences de batailles aériennes !
Ce dessinateur maîtrise le show aérien et il le fait savoir !

Tome 1 Angel Wings
Planche 14


Les personnages sont superbement bien réussis aussi, et pour une fois, le héros est une femme (bien qu’œuvrant dans un univers machiste) !
Les costumes sont aussi agréablement bien rendus jusqu’au détail de l’écusson des « WASP » ou des « fighter squadron », ou des défauts sur les coutures des vêtements etc…
 

Et que dires des zincs P-40 Warhawk, C-47 Dakota, chasseur KI-27 !! 
Le travail graphique atteint là des sommets !! 
Les avions de cette époque ont vraiment du style et du caractère, et je ne boude pas le plaisir de voir ces qualités aussi bien retranscrites dans le dessin.
 

Les couleurs sont réalistes, ni trop ni moins exagérées, juste ce qu’il faut…
Certaines scènes sont même magnifiquement colorisées, et la couleur met encore plus en valeur le dynamisme du dessin (la bataille au-dessus de l’Himalaya est juste exceptionnelle !).
Les effets, quant à eux, sont parfaitement réussis aussi (Vitesse, Aura lors de l’apparition d’Angela dans les premières pages etc…).

Le scénario, le découpage :

Certaines mauvaises langues diront que le scénario de ce tome est bâclé, en regard de ce Yann a bien pu nous offrir jusqu’à maintenant, mais moi je dirai « que nenni » !
 
Certes le scénario est plutôt conventionnel, et somme toute presque basique, mais je reste persuadé que ce tome n’est qu’un léger préambule de ce qui nous attend pour la suite à venir en 2 tomes (espionnage, belle histoire d’amour entre Angela et le pilote Rob Crowler, la grande aventure etc..).
De plus, les dialogues sont remplis de références et d’anecdotes comme les « fifinella », où l’on apprends, après une brève recherche sur le net, que ce sont des personnages de dessins animés de Walt Disney et qu’ils sont utilisés sur l’emblème des WASP, ou bien ce qu’est un « short snorter », un « hump », l' »aluminium trail », le « Burma Banshees wail » ou bien aussi, les références au 89th Fighter Squadron, l’OSS ou le front CBI etc…
Non, le travail de recherche a été considérable et non négligé. 

Yann (et Romain Hugault) ont dû y passer des heures et des heures sur cet ouvrage !

Le découpage est bien fait (notamment l’introduction entre la lecture du livre sur les Banshees et l’apparition de Angela… serait-ce un signe prémonitoire pour la suite de l’histoire ?). 

On ne s’ennuie pas à la lecture de ce tome, et l’on va de surprise en surprise (par exemple en découvrant ce que sont les demoiselles du C-47 Dakota d’Angela…).  
Le découpage est donc tout aussi dynamique que le dessin et ainsi amplifie l’émotion que nous suscite les ballets aériens orchestrés admirablement par Romain Hugault.



Au final ce tome relate donc l’épopée que ces WASPs ont vécu avec panache, et avec beaucoup plus de courage que la majorité des hommes, car il fallait être sacrément suicidaire pour accepter de telles missions. Mais ainsi, elles ont su s’imposer dans le milieu très fermé et machiste de l’aviation militaire américaine.
Et avec tout cela, elle ont su rester élégantes et féminines !

Ciao, 
yann

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,602FansLike
151FollowersSuivre
49FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles