Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Vivons Décomplexés, la chronique qui se lâche

Vivons décomplexés, une BD sur les petits travers de notre société


couverture de "VIVONS DECOMPLEXES" de Germain Huby chez Delcourt

Titre : Vivons décomplexés
Auteur : Germain Huby (scénario et dessins)
Éditeur : Delcourt
Collection : Pataquès
Année : 2021
Page : 56

Résumé du récit de nos dérives sociétales:

Une mère demande à son enfant pourquoi la maîtresse l'a puni, et tente de nouvelles approches d'éducation selon un magazine de psycho; une fille demande à sa mère si elle est la plus jolie, celle-ci lui répond pour l'instant et développe ses arguments; une femme demande à son mari quelle méthode il choisirait pour se suicider...

Scénario d'histoires cyniques:

Germain Huby nous propose un regard féroce sur notre société. En développant sur une série de gags en une planches différentes situations classiques, il les fait dériver doucement vers le cynique. Pour cela, il s'appuie simplement sur les réponses que l'on pourrait être amené à donner si l'on suit les approches de notre monde d'aujourd'hui. Il ne s'agit pas pour Germain Huby de déformer la vérité pour provoquer le rire, mais de la pousser dans l'extrême.
Et on se rend compte que cet extrême n'est pas forcément loin de notre réalité quotidienne. L'humour employé est donc féroce et mordant. A mon avis, certains gags se révèlent prévisibles, jouant sur des schémas si classiques qu'on les a tous plus ou moins vécus. D’autres perdent un peu de leur efficacité sur la longueur.
Germain Huby aborde de nombreux points de notre environnement. Tout y passe avec lui, et personne ne sera épargné.   


page de "VIVONS DECOMPLEXES" de Germain Huby chez Delcourt



Le dessin d'un monde à la dérive:

L'auteur, qui dessin aussi son récit, a choisi un style particulier. Jouant beaucoup sur le trait pour poser ses personnages. Un trait homogène qui touche au réalisme et pourtant s'en éloigne en même temps. Cette distanciation est accentuée par la mise en couleurs. Chaque planche présente une tonalité de couleurs particulières. Décors et personnes sont pour la majorité dans des tonalités de couleurs issues de la teinte principale. Ce qui donne en même temps une atmosphère particulière et nous éloigne du réalisme.
Les gags sont présentés sous deux formes. Soit des gaufriers de trois bandes de deux cases, soit des dessins pleine page mettant en scène un gag jouant sur l'enchaînement des bulles qui amène à la chute en fin de lecture. Ces dessins pleine page peuvent intégrer un décor, ou alors sur un fond blanc faire ressortir uniquement les éléments importants. Ce travail permet de faire varier la mise en page et d'aérer la lecture.
Parfois, en s'attardant sur certains décors, on s'interroge sur le lieu où se passe l'action, on peut penser par exemple à ce gag avec l'article sur le chanteur mort, où le fond est rempli de crânes humains dans une armoire à porte vitrée. Ce qui ajoute parfois de l'étrangeté et peut, dans ce cas, accentuer le décalage.
Germain Huby joue aussi de temps en temps sur l'inversion inattendue des rôles pour créer le décalage et le rire.

Conclusion d'une BD totalement décomplexée:  

Cette BD comporte quelques belles pépites d'humour noir. Le ton cynique et sans tabou permet d'aborder de nombreux sujets de sociétés sous l'angle cynique. Si certains gags fonctionnent vraiment bien, d’autres m’ont moins touché.

Zéda dans un monde décomplexé.

"VIVONS DES COMPLEXES" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "VIVONS DECOMPLEXES" de Germain Huby chez Delcourt

David


Inscrivez-vous à notre Newsletter :

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog