Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Les naufragés de La Méduse

Qui n'a jamais entendu parler de la célèbre oeuvre de Géricault intitulée Le radeau de la Méduse?
Le 2 juillet 1816, La Méduse s'échoue sur le banc d'Arguin, à 160 kilomètres de la côte mauritanienne.
Dans la BD Les Naufragés de la Méduse, nous découvrons l'histoire de ce naufrage et de la célèbre toile.

Les naufragés de La Méduse aux éditions Casterman
Titre: Les naufragés de La Méduse
Auteurs: Jean-Christophe Deveney (scénario) et Jean-Sébastien Bordas (scénario et dessin)
Éditeur: Casterman
Année: 2020
Nombre de pages: 176

Entre naufrage et oeuvre d'art.

En 1816, la frégate La Méduse quitte le port de l'île d'Aix en direction des côtes africaines au côté de deux autres navires.
A son bord, des marins, des militaires, des civils et un capitaine n'ayant pas navigué depuis près de vingt cinq ans.

Sur le pont des querelles et des différents apparaissent quant à la navigation et au comportement à adopter. Le commandant, un noble, à la fois suffisant et incompétent, se complaît dans des choix que les marins, forts de leur expérience, remettent en cause. Ce comportement mènera La Méduse tout droit sur un banc de sable au large du Sénégal.
Échoué et prenant l'eau, les passagers, doivent quitter le navire. Mais les canots ne sont pas assez nombreux pour contenir tous les naufragés.
Ce sont donc 170 personnes qui embarqueront sur un radeau de fortune.

Un an plus tard, Théodore Géricault, artiste peintre souhaite créer une toile représentant cet événement qui aura marqué l'opinion publique à cette époque. Il recueillera alors le témoignage de Corréard et Savigny, deux survivants du radeau de la Méduse. Mais ces recherches auront un impact plus important que prévu pour l'artiste.
En 1818 Théodore Géricault veut peindre le Naufrage de la Méduse

Un récit qui navigue entre histoire de l'art et art sur l'histoire.

Jean-Christophe Deveney et Jean-Sébastien Bordas nous proposent ici une BD sur un double scénario.
Nous suivons d'un côté les faits historiques sur l'histoire de la frégate de la Méduse et des événements s'étant déroulés sur le radeau.
D'un autre, les auteurs nous livrent une partie biographique sur la période de la vie de Géricault pendant laquelle il a mené ses recherches pour peindre son oeuvre.

Le récit navigue ainsi entre les deux histoires. Toutes les deux ou trois planches au début et au fil des pages les deux se mêlent de plus en plus. L'histoire du radeau prend le pas sur la vie de Géricault. Elle l’obnubile et petit à petit les auteurs donnent l'impression que le personnage lui même a vécu le naufrage... car sa vie part à vau l'eau au fur et à mesure de ses investigations.

Un dessin aquarelle pour une peinture dantesque.

Pour cette BD, sur des faits historiques, Jean-Sébastien Bordas a choisi un trait plutôt réaliste. 
Lorsque les naufragés tentent de survivre sur le radeau, il dessine les choses de façon à montrer les conditions horribles qu'ont traversé les rescapés. Il dépeint les affres de la nature humaine lorsqu'on se retrouve dans des conditions de survie extrême.

Le travail sur la mise en couleur est traditionnel, à l'aquarelle, dans des couleurs douces la plupart du temps.
Ses illustrations donnent ainsi différentes ambiances aux événements qui se déroulent, en mer, avec la frégate ou le radeau de la Méduse ou encore dans la vie personnelle de Géricault.
Les naufragés de la Méduse, une histoire de survie

Mon avis sur la BD les Naufragés de la Méduse.

Les Naufragés de la Méduse est une belle BD des éditions Casterman.
La toile du radeau de la Méduse est une oeuvre emblématique du XIXème siècle. Tout le monde (je pense) en a entendu parler ou l'a vu au moins une fois dans sa vie.
Par contre, pour ma part, je ne connaissais pas l'histoire qui se cachait derrière ce tableau.
C'est donc avec beaucoup d'intérêt que j'ai lu cette BD. J'y ai donc trouvé un intérêt culturel en plus du plaisir de la lecture.
C'est finalement une illustration d'histoire de l'art que nous proposent les deux auteurs.
J'ai trouvé dommage par contre de ne pas retrouver une photo du "vrai" tableau à la fin de l'ouvrage dans les quelques pages complémentaires. Mais c'est peut être un souci de droit d'utilisation de l'image. Je vous invite à aller voir le tableau sur le site du Louvre (ou directement en vous rendant au musée).

Je pense donc que les Naufragés de la Méduse est une BD qui plaira aux curieux, aux amateurs d'art et aussi aux amoureux des belles BD.

Quelques reportages pour aller plus loin...




Inscrivez vous à notre newsletter :

Publier un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog