pub

Rechercher dans ce blog

vendredi 31 mars 2017

La lionne, un portrait de Karen Blixen

Titre : La lionne, un portrait de Karen Blixen
Tome : One Shot
Auteurs : Anne-Caroline Pandolfo (scenario), Terkel Risbjerg (dessins et couleurs)
Editeur : Sarbacane
Année : 10/2015
Pages : 200



 


Résumé :
La vie de Karen Blixen est un conte : depuis son enfance à l’éducation luthérienne stricte jusqu'à sa vie d’écrivain mondialement connue, notamment pour La Ferme Africaine (Out of Africa), il y a un monde : ce monde, c’est son désir de ne pas se plier à l’ordre établi qui la destine à devenir femme au foyer, son envie de voyager et partir vers l'inconnu comme son père, et sa persévérance à se relever des épreuves qu’elle subit tout au long de sa vie.
La lionne raconte la vie d'une femme de caractère au destin hors du commun.


Mon avis :
Karen Blixen est une femme qui ne laisse pas indifférent. Elle a eu plusieurs vies, a traversé des épreuves de l’amour, de la maladie, de la ruine, et elle est aussi le reflet d’une époque révolue, celle de l'Europe du début XXe.

Ce roman graphique démarre d’une manière très originale, puisqu’on découvre les fées qui se
penchent sur le berceau de Karen : Nietsche, Skakespeare, un lion, Schéhérazade, le diable, un roi africain et une cigogne. Ces fées que l’on retrouve au gré des évènements de la vie de l’héroine, donne une note onirique à cette histoire vraie. Rompant les codes de la biographie, la scénariste nous emmène dans son délire, cela donne une unité, un fil conducteur au récit.
La narration est bien construite découpée en chapitres correspondants aux grandes phases de la vie du personnage. La première partie nous plonge dans le Danemark de son enfance et de son adolescence. Le deuxième chapitre est plus connu, au travers du film de Sydney Pollack « Out of Africa » avec Meryl Streep et Robert Redford. Et le troisième est la fin de vie de Karen Blixen lorsqu’elle devient l’écrivain que l’on connait. Ces trois vies sont parsemées des apparitions des fées ainsi que du fantôme de son père suicidé, chacun à sa manière nous aide à comprendre les choix de cette femme, cela sonne juste, mieux qu’un récit historique.
Et si l’on y croit c’est en particulier grâce aux magnifiques aquarelles sur papier canson du dessinateur Terkel Risbjerg, toutes en tons pastels, avec simplement un trait de crayon minimaliste. On peut dire qu’il exploite parfaitement les atouts du roman graphique pour nous faire vivre des émotions seulement par son dessin. A de nombreuses reprises, nul besoin de texte ni d'explication : le dessin est juste, les couleurs parlent d'elles même, les rêves, les joies, les peurs, tout est réussi : j’ai été transporté.

Lisez cette BD et laissez vous porter par cette femme au destin hors du commun, qui a osé vivre son rêve plutôt que de rêver sa vie.


Martin



La lionne à la Grande Librairie sur France 5

Inscrivez vous à notre newsletter :

1 commentaire:

Anonyme a dit…

J'aime la conclusion de Martin pour la vie de Karen Blixen superbement abordée dans cette bd:
" vivre son rêve plutôt que de rêver sa vie"

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!