dimanche 14 avril 2024

Offrez-nous un café

Not All Robots, la chronique mécanique

Not All Robots, la BD d’une dystopie bien huilée

Titre : Not All Robots
Auteurs : Mark Russell (scénario), Mike Deodato Jr (dessin), Lee Loughridge (couleurs)
Éditeur : Delcourt
Collection : Comics
Année : 2023
Pages : 120

Résumé d’une BD robot-tique :

Nous sommes dans la bulle d’Atlanta, en 2056. Robots et humains marchent dans la rue alors que commence une émission de télévision : « Mots de robots ». Sur le plateau, Megan, une jeune femme défendant le droit des humains, Lord Baston, un robot parlant au nom des autres robots et un animateur robot ! Le thème de l’émission est « L’obsolescence est-elle une bonne chose ? » Le débat est houleux. La famille Walters regarde le programme dans son salon, se disputant à propos de leur robot domestique, Razorball. Le père le défend car il travaille pour nourrir la famille alors que sa femme et ses enfants s’inquiètent qu’il pète un câble. A ce moment, Razorball rentre de l’usine et s’enferme dans le garage en râlant…

Le scénario d’un récit glaçant:

Dans ce monde de 2056, les robots ont pris les commandes et s’occupent de la société pendant que les humains sont relégués chez eux, afin de limiter les risques de catastrophes. Chaque famille a donc son robot domestique, qui travaille pendant que la famille ne fait plus rien. Et bien sûr, les robots commencent à s’interroger, à quoi servent donc les humains dans cette société ? Ne pourrait-on pas vivre sans eux ? La logique des robots reste linéaire mais ceux-ci ont développé des sentiments, à cause d’une puce d’empathie censé les rapprocher des humains.

C’est la la pirouette astucieuse de ce récit. On s’identifie autant aux humains, dépassés par les créatures qu’ils ont inventés, qu’aux robots, qui sont devenus les ouvriers infatigables de ce nouveau monde. Et on les comprend dans leur questionnement. Les robots développent des liens d’amitié, se trahissent, tout comme les humains. Le monde du travail ne semble pas avoir changé, il y a les corvéables et ceux qui dirigent, même si ce sont de robots.

Les humains sont divisés, ceux qui voient comme une bénédiction les robots et comprennent les souffrances qu’ils endurent pour l’homme, et ceux qui pensent qu’un autre équilibre est à trouver, où l’homme reprendrait une place décisionnaire. Là encore, c’est un peu de notre monde, dans une version plus angoissante, que l’on retrouve.

Car les robots incarnent aussi la différence et le rapport humains-robots rappelle le racisme, né de la peur de l’autre. Ce qui rend les relations beaucoup plus complexes et l’intrigue plus intéressante. Car il se passe un événement qui va attiser les problèmes.

page de "NOT ALL ROBOTS" de Mark Russell et Mike Deodato Jr chez Delcourt

Le dessin ultra-réaliste:

Si Mark Russell se fend d’un scénario lisible sur plusieurs niveaux, Mike Deodato Jr nous offre un graphisme d’un réalisme intense. Les personnages, humains ou robots, sont saisissants de vérité. Souvent, le réalisme s’accompagne de personnages un peu figés, mais dans ce cas, les expressions variées et certaines poses dynamiques évitent cet écueil.

Ce monde d’anticipation semble dès lors d’autant plus vrai que les robots nous apparaissent fonctionnels.

Les trames de points utilisées sur les décors désamorcent un peu cette réalité, tout comme les couleurs vives pouvant tout couvrir dans une case, lieux et personnages.

Ce parti pris graphique nous projette dans un autre monde et désamorce en partie l’effet de l’hyper réalisme.

La composition particulière fait intervenir des gouttières qui coupent aussi les marges de la page, créant des cases incomplètes, bordant celles de la planche.

Ces cases de bordure sont parfois simplement remplies d’un aplat de couleur et parfois, elles prolongent le décor de la case qu’elles jouxtent. Cette composition crée là encore un effet étonnant à la lecture, comme si les pages se prolongeaient parfois hors de notre vision.

Conclusion d’une BD d’anticipation intrigante:

Not All Robots réserve de belles surprises, avec son scénario astucieux à plusieurs couches, et son graphisme flirtant avec un hyper-réalisme désamorcé par l’emploi de trames à points, et sa composition curieuse.

Zéda rencontre Razorball !

"BESIDE CYCLE" strip de Zéda pour illustrer chornique 7BD sur "NOT ALL ROBOTS" de Mark russell et Mike Deodato Jr chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis
David
Davidhttp://www.davidneau.fr
Scénariste pour le jeu vidéo, le podcast et le cinéma, auteur-réalisateur de court-métrages animés, auteur dessinateur la BD numérique "Zéda, l'Odyssée du quotidien", enseignant à l'ICAN en BD numérique, et chroniqueur BD bien spûr. Sans oublier passionné de musique et de... BD ! Tout est dit.

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient vous plaire

Restons connectés 😉

3,486FansLike
409FollowersSuivre
146FollowersSuivre

Derniers Articles