mardi 16 août 2022

Offrez-nous un café

7 BD par mois, le mois des vagues

« Homme libre, toujours tu chériras la mer. » a dit un jour Baudelaire. Est-ce parce que la mer est libre qu’elle est chérie des hommes libres ? Est-ce parce qu’elle ne saurait être opprimée qu’elle est le rêve de tous ceux qui fuient les dictatures sur des embarcations de fortune ? Est-ce parce qu’elle seule décide des mystères qu’elle veut bien nous livrer qu’elle est source de fascination pour des scientifiques téméraires et assoiffés de découvertes ? C’est sans doute un peu de tout cela qui fait de la grande étendue bleue le décor privilégié des plus belles aventures que s’inventent ou que vivent les hommes. 

Qu’il s’agisse des histoires de pirates, sanguinaires, attachants, effrayants, à la recherche de trésors fabuleux, frappés par des malédictions fantastiques, exaltés par une bravoure admirable,  comme ceux dont on lisait les histoires étant petits, dont on a rêvé l’existence étant adolescents, qui nous ont fait pleurer étant plus grands (Cap’tain Kucek, One Piece, Long John Silver) ; qu’on évoque le bruit des canons, les plumes des amiraux, les flottes fières qui se dressent sur la mer et hissent haut leurs pavillons, le bois qui flotte sur les vagues qui tout à coup l’enfouissent sous leur sel, avalant un peu de notre histoire, celle de nos batailles navales, dans lesquelles c’est toujours la mer qui sort vainqueur (Les Passagers du Vent) ; qu’on traite du captivant de cette mer onirique car débordant de secret, indomptable car tuant, légitime et sans jamais qu’on l’accuse, les hommes qui parfois tentent de la chevaucher et précieuse pour toute cette vie que néanmoins elle accueille (Broussaille, Marineman) ;  et surtout, gravant de rides – parfois invisibles – le visage ou le cœur de chaque homme lorsqu’elle se présente sur son chemin (Voyage Aux Îles de la Désolation), la mer a cela d’infiniment séduisant que comme nous ne saurons jamais tout d’elle, nous pourrons interminablement imaginer grâce à elle les récits qui nous donnent, l’espace d’une lecture, l’envie de contempler silencieusement l’océan. 
Et à cet exercice ardu qu’est celui de dépeindre la mer, la BD est encore l’Art qui raconte les plus belles histoires, parce qu’elle sait s’aider des mots et nous faire entendre avec les yeux le bruit des vagues sur les rochers. 


Intro et dessin Soakette

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,607FansLike
155FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles