Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Ninn Tome 3 - Les oubliés

La petite Ninn vient de vivre une formidable aventure dans les Grands Lointains. Mais ce monde merveilleux lui promet encore bien des surprises.

BD - Ninn Tome 3 - Les oubliés aux éditions Kennes
Série: Ninn
Titre: Les oubliés - tome 3
Auteurs: Jean-Michel Darlot (scénario), Johan Pilet (dessin et couleur) et Mathieu Barthélémy (couleur)
Éditeur: Kennes éditions
Année: 2018
Nombre de pages: 69

Ninn gardienne des Grands Lointains.

Depuis la disparition du gardien du Fanal, Ninn s'est improvisée elle-même gardienne. Chaque mois, accompagnée de son ami le tigre de papier, elle vient nettoyer les lieux.

Un jour, elle trouve une vieille sacoche, ayant probablement appartenu à l'ancien gardien. A l'intérieur, elle découvre notamment un vieux journal relié, en cuir, datant de 1924.
Par curiosité, Ninn ouvre ce qui semble être un journal intime ou un journal de bord. Il a été écrit par une certaine Éponine Malvenue, une femme aviatrice disparue des années plus tôt. Dans les pages, Ninn trouve des références à une mystérieuse affaire de métro disparu: "la rame de minuit".

Il s'agit d'un nouveau mystère à résoudre. Et si la disparition de la rame de métro était reliée aux Grands Lointains? Et si Éponine elle-même avait trouvé ce monde caché?
Voilà Ninn embarquée dans une nouvelle aventure.
Ninn T3 - Ninn et son ami le tigre de papier découvrent une sacoche

Ninn et les oubliés de la rame de minuit.

Ce troisième tome des aventures de la jeune fille parisienne démarre une nouvelle aventure prévue en deux volumes. A peine revenue de la précédente, Ninn trouve déjà une nouvelle quête qui la mènera dans les sous-sols de Paris, dans les couloirs du métro.

Le cadre de la BD est maintenant connu, et le décor a été planté dans les 2 premiers tomes. Le scénariste Jean-Michel Darlot peut donc attaquer directement sa nouvelle histoire, sans plus de préambule.

Dans ce tome 3, il sera question de l'invention et de l'inauguration de la première ligne de métro parisien. Ainsi certains personnages de la BD ont réellement existé, comme par exemple, Fulgence Bienvenüe (surnommé le "père du métro), Jean Baptiste Berlier (auteur du premier projet de "tramway souterrain" pour Paris) ou encore Hector Guimard (architecte et créateur des édicules du métro - les panneaux d'entrée avec cette écriture si caractéristique).
Ninn T3 - L'édicule du Métropolitain par Hector Guimard
A cette partie réaliste, se rajoute la partie fantastique. Au travers du récit d'Éponine, et de la lecture de son journal, Ninn découvrira une île où le temps semble figé. Elle est toujours accompagnée par son tigre blanc de papier et les deux amis feront face au danger et à quelques personnes malveillantes.

Le scénario est bien rythmé et permet même d'en savoir un peu plus sur Ninn.
Ninn T3 - Ninn rencontre une reine malveillante

Ninn et le métro parisien

Graphiquement ce tome 3 est fidèle au début de la série.
Le dessinateur Johan Pilet conserve le style crayonné de ses dessins. Le tout est très précis, avec des décors de métro parisien réalistes.
On appréciera la représentation des édicules qui font écho à la présence d'Hector Guimard et qui caractérisent les bouches d'entrée du métro. On retrouvera cette police d'écriture sur plusieurs illustrations, ce qui donne également son identité à la BD.
Dans ce tome, en plus du métro, l'auteur devra dessiner d'autres engins comme un avion ou encore un sous-marin.

Pour la couleur Johan Pilet est accompagné de Mathieu Barthélémy. Les deux auteurs nous proposent une illustration de couverture magnifique. Après les teintes vertes ou bleu-vert des deux premiers tomes, c'est ici une ambiance bleue, très aquatique.
Il nous proposent aussi une "presque"-deuxième couverture lorsque Ninn démarre la lecture du journal d'Éponine. Elle représente un avion en plein vol, dans des teintes ocres.

Puis tout au long de la BD les coloristes font un travail remarquable et donnent des ambiances à chaque lieu traversé par Ninn.

Ninn T3 - Une deuxième couverture pour les aventure d'Éponine

Ninn tome 3: les oubliés - Mon avis sur cette BD.

Voilà bien longtemps que j'avais laissée Ninn de côté, à la fin de la lecture du premier diptyque et de sa première aventure.
Après un petit rafraîchissement de mémoire, j'ai retrouvé la petite fille avec grand plaisir dans ce tome 3.

Le découpage de l'histoire est très clair et elle se lit plutôt facilement. Si des noms historiques sont cités, on ne se perd par dans l'intrigue qui tourne surtout autour de quelques personnages. Ce qui permet aussi d'avoir plusieurs niveaux de lecture. Et pour les plus curieux, de se renseigner sur les personnages cités.
C'est ainsi que j'ai appris que les entrées du métro avec cette écriture caractéristique du "Métropolitain" s’appelaient des édicules (même si ce n'est pas sûr que je m'en souvienne longtemps).

J'adore toujours autant le dessin et le style graphique de ce titre. Le trait de Johan Pilet est précis, il est fluide. Les expressions des visages sont claires. La couleur donne des ambiances différentes et les cases sont lisibles ce qui facilite grandement la lecture.
On arrive d'ailleurs très vite à la fin de la BD.

Ninn est donc un titre qui me plait toujours autant, qui s'adresse à tous les publics et qui plaira même aux non-parisiens ou à ceux qui ne connaissent pas le métro de la capitale.


Inscrivez vous à notre newsletter :

Publier un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog