Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Lord Jeffrey - le train de 16h54 - tome 1

Les éditions Kennes nous proposent une nouvelle série jeunesse. Un polar dans lequel un garçon mènera l'enquête pour retrouver son père disparu.


Lord Jeffrey - le train de 16h54 - tome 1
Série: Lord Jeffrey
Titre: le train de 16h54 - tome 1
Auteurs: Joël Hemberg (scénario) et Pierre-Yves Hamo (dessin et couleur)
Éditeur: Kennes
Année: 2019
Nombre de pages: 64

L'histoire d'un train en retard.

Nous sommes en 1958, Jeffrey Archer est un jeune écossais de 13 ans vivant à Édimbourg avec sa famille et son chien.
Un jour, le père du jeune homme part en voyage pour son boulot et ne rentre pas. Alors pour subvenir à leurs besoins, la mère de Jeffrey est dans l'obligation de retrouver un travail.
Jeffrey ne comprend pas où est passé son père, ni ce qui a pu lui arriver. Et lorsqu'il apprend, après quatre mois, que Scotland Yard a classé l'affaire sans suite, il ne veut pas renoncer. Il décide de mener l'enquête lui même, accompagné de son fidèle compagnon Sherlock.

Pour commencer, il se rend dans la bibliothèque de son père, espérant y trouver des indices. C'est alors que le téléphone sonne. Jeffrey décroche et à sa plus grande surprise, entend la voix de celui qu'il cherche. Il doit laisser un message à sa mère et lui donner rendez-vous à la gare à 16h50.

Lorsque Jeffrey réalise que sa mère travaille et ne pourra pas aller au rendez-vous, il décide de s'y rendre en personne.
Le garçon a un peu de retard, il est déjà 16h54. Heureusement que le train aussi n'est pas à l'heure. Jeffrey arrive juste à temps au bord du quai.
Il cherche son père parmi les passagers, mais ne le voit pas descendre du train. Pensant qu'il est encore à l'intérieur, il monte dans le wagon à sa recherche. Il n'aperçoit pas non plus son père mais tombe sur son manteau où il trouve une mystérieuse clé.

Cette fois c'est sûr, le père de Jeffrey s'est fait enlever, l'adolescent va devoir le retrouver...
Lord Jeffrey - le train de 16h50 arrive en gare à 16h54

Élémentaire mon cher Jeffrey.

Le scénariste Joël Hemberg nous propose un titre piochant dans diverses inspirations de la culture populaire britannique à laquelle il souhaite rendre hommage.
Il nous plonge dans l'Ecosse et l'Angleterre de la fin des années 50. Jeffrey est le fils unique d'une famille bourgeoise vivant dans une grande maison. C'est un garçon sage, intelligent et bien élevé. Sa mère ne travaille pas et son père fait partie d'une fondation philanthropique où il vient en aide aux orphelins. A priori une famille banale pour l'époque et sans histoire.

Au début de la BD, l'auteur joue avec les flashbacks pour faire le lien entre le départ et la disparition du père et le moment présent. C'est là que Jeffrey décide de ne plus attendre après la police et de mener sa propre enquête.
C'est là aussi qu'il reçoit un appel de son père, après quatre mois d'absence, et que l'auteur raccroche les wagons pour réellement commencer à développer son intrigue.

Le titre de ce premier tome de la série "Le train de 16h54" vient de ce moment clé. C'est à l'arrivée de ce fameux train que Jeffrey aurait dû retrouver son père. Et c'est aussi là qu'il a acquis la certitude que quelque chose d'anormal était arrivé à son père et qu'il avait dû se faire enlever.
Lord Jeffrey est un jeune garçon de 13 ans intelligent et curieux

Un dessin "so british".

Pierre-Yves Hamo est aux crayons et aux pinceaux pour illustrer cette aventure. Avec un dessin plutôt simple, il donne une touche de "jeunesse" à ce polar.
Le graphisme nous replonge dans cette époque où on découvre les rues d’Édimbourg et ses bâtiments anciens. La maison de Jeffrey est aussi assez typique avec notamment le bureau du père dans lequel se trouve une grande bibliothèque.
L'ensemble est efficace et a une certaine classe, très britannique.

Et comme le scénariste a emprunté aux classiques de la littérature, son camarade illustrateur a fait de même avec le cinéma. Sur la fin du tome vous reconnaîtrez probablement des personnages et une salle de cantine faisant fortement penser aux aventures d'un jeune sorcier portant une cicatrice sur le front...
Avant de disparaitre, le père de Jeffrey reçoit un appel téléphonique étrange et mystérieux.

Mon avis sur le 1er tome des aventures de Lord Jeffrey

Impossible de parler de cette BD sans saluer sa magnifique couverture. Lorsque je l'ai aperçue, elle m'a de suite donné envie d'ouvrir la bande dessinée. Les enluminures qui encadrent l'illustration avec cette grande horloge en haut des marches en bois sont superbes.

Ensuite, à la lecture, je trouve que le dessin évolue au fil des pages.
Au début, le dessinateur réalise plutôt des profils, parfois maladroits, puis petit à petit il favorise les 3/4 et le trait s'améliore.
Je n'ai pas trop accroché au dessin du chien, à cause de ses yeux. J'ai mis un certain temps à comprendre "l'oeil dans la tache blanche" (vous comprendrez peut-être en lisant la BD).
Mais si on enlève ces quelques détails qui m'ont dérangé, le dessin arrive à nous ramener dans cette époque, en 1958 et j'ai beaucoup apprécié les décors qui nous plongent dans l'histoire.

Côté scénario, j'ai eu du mal à comprendre les premières planches, entre ce qui fait partie du présent et ce qui serait un flashback. Il m'a fallu attendre le rendez-vous à la gare pour bien assimiler tout ça. Je pense que d'autres lecteurs pourraient avoir le même souci que moi. Mais une fois ce passage lu, le reste de l'intrigue se lit plus facilement, même si certains passages sont un peu alambiqués.

Pourtant à la fin du tome, le suspens est là, et on a envie de découvrir la suite des aventures de Jeffrey. On a envie de savoir ce qui est réellement arrivé à son père et qui sont les gentils et les méchants de l'histoire.
Maintenant que l'intrigue et le décor sont plantés, le tome 2 devrait permettre au scénario de se développer.

Si la couverture a été un coup de cœur, la BD en elle même l'aura moins été. Mais il s'agit tout de même d'une bonne histoire qui, je pense, pourra révéler son potentiel sur quelques tomes.

Juju Gribouille

Inscrivez vous à notre newsletter :

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog