Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Quartier lointain, l'intégrale

Quartier lointain
Titre: Quartier lointain, l'intégrale
Editeur : Casterman
Auteurs : Jiro, Taniguchi
Année : 1998


Résumé :
Hiroshi Nakahara a un train à prendre. Mais une légère erreur de parcours va l'emmener à sa ville natale, où il n'est plus retourné depuis la mort de sa mère. Une erreur qui va aussi le ramener plus de trente ans en arrière pour revivre l'année de ses 14 ans, et tenter l'impossible : changer le cours du temps. Il lui faut en empêcher son père de partir en abandonnant toute sa famille...






On pourrait se dire qu'il s'agit là d'une énième variation sur le voyage dans le temps, exploité sous toutes les coutures depuis des décennies autant au cinéma qu'en BD. Mais Taniguchi apporte quelque chose de plus. Il nous permet de saisir l'impalpable. Au delà du prétexte temporel, il s'agit avant tout, à mes yeux, d'une histoire de famille. En effet, fils, père, mère, soeur, grand-mère, tous les liens familiaux sont explorés, abordés, creusés par Taniguchi. Et il le fait si bien qu'il nous permet de toucher à l'essentiel : l'impalpable des émotions.
L'histoire, dont l'intégrale nous présente les 16 chapitres, m'a tout de suite captivé. Comment Hiroshi, du haut de ses 14 ans, mais avec toute son expérience et ses souvenirs d'adulte, allait faire pour empêcher le drame ? Allait-il seulement y arriver ? L'histoire prend son temps, et à côté du drame familial qui couve, l'amour et l'amitié, les bonheurs et malheurs des années collèges sont aussi présentes.
Le scénario solide tient la route. Un problème de train est la source d'un voyage dans le temps, quelle belle pirouette, après tout.

Les dessins, tout en finesse, arrivent à nous faire passer des émotions fines à travers des visages parfois fermés, laissant échapper peu de choses. Quant au cadrage, Je trouve qu'il colle au découpage temporel. Les cases reflètent avec habileté le temps qui passe, s'arrête, ou encore accélère et nous fait suivre ainsi Hiroshi tout au long de ses questionnements.
Cette intégrale vous donne la chance de découvrir en une fois toute l'aventure de cet homme ramené en enfance. J'ai ainsi pu voir des liens, des petits riens que la lecture morcelée ne m'aurait sans doute pas permis de saisir.
Je ne parlerai pas de la fin, pour vous laisser le plaisir de la découverte. Taniguchi nous fait comprendre que le changement n'est pas que dans l'apparence, qu'il réside aussi dans ces petits riens qu'on ne décèle pas sur le coup. Finalement la plus grande leçon qu'il nous donne, c'est que peu importe qu'il s'agisse d'un rêve ou de la réalité, ce qui compte, c'est le voyage et ce qu'on en fait, ce qui nous en reste...

Après avoir refermé Quartier Lointain, une émotion très vive est restée. Je savais que je n'aurais probablement plus jamais de nouvelles de Hiroshi. Et au delà de cette perte, j'avais été frappé par la délicatesse de cette histoire. Moi aussi, j'avais voyagé dans le temps avec lui, et j'avais vibré avec lui. Après tout, nous avons tous fait le rêve de revivre notre enfance, mais peu, comme Hiroshi, ont eu cette chance.



Publier un commentaire

3 Commentaires

agnes.lorg a dit…
Ce livre est un incontournable dans la BD. Une fois commencé, difficile de s'en sortir. A lire absolument, tout en finesse dans le dessin, l'histoire nous touche tous quelque soit notre parcours ou notre pays.

agnes.lorg
7BD a dit…
Je ne l'ai pas encore lu. Mais entre la chronique de David et tons avis, j'avoue être tenté.
LydieB a dit…
Pour ma part : un réel coup de coeur ! J'ai adoré l'histoire, le dessin, les personnages... Une vraie lecture plaisir ! Hâte de voir l'adaptation cinématographique.

Rechercher dans ce blog