samedi 13 août 2022

Offrez-nous un café

Animal’Z – Enki Bilal

Animal'Z - Enki Bilal
Titre : Animal’Z
Auteur : Enki Bilal
Éditeur : Casterman
Année : 2009
Tout à coup, le « coup de sang ». Et en un instant, la Terre n’était plus notre terre, le climat n’avait plus rien d’imaginable, la mort, la vie, se côtoyaient de façon inenvisageable jusqu’alors et tous les rapports entre individus s’en trouvèrent bouleversés. Sur une Terre martyre, où tous sont en quête d’un Eden, l’eau potable est devenue un trésor. Survivre est l’obsession de tous. Et seule demeure la mer, imperturbable, dernier repère, mais aussi dernier obstacle vers les secteurs épargnés par le dérèglement social. La mer, mère et assassine, son sel tue, son eau ressuscite. Et absorbe toutes les émotions, vives, fortes, insupportables, pour ne conserver qu’un présent formel. 

Enki Bilal, l’audacieux, signe avec ce one-shot un nouveau coup de poing bédéistique. Philosophe, il pense les conséquences d’un réchauffement climatique dont nous sommes les responsables, dont nous serons les principaux meurtris. Meurtrier, il fait vivre une société humaine dans sa plus grande perversion, fait apparaître l’Homme dans sa pire cruauté, dans sa pire animalité. Poète, il théorise des penseurs, des génies de leur temps, des âmes harassées, assoiffées, épuisées, saignées, qui malgré tout s’accrochent à leurs espoirs. Visionnaire, il brosse le portrait d’une société qui se meurt dans sa décadence, mais qui s’en extirpe parce qu’elle en a conscience. Homme, il peint chaque défaut, chaque écueil, chaque doute, avec une sensibilité de celui qui observe, qui sait mais qui se tait, qui ne commente jamais, et qui savoure la beauté des silences. Le silence n’est pas mort. Le trait est fort, nerveux, torturé, reflet des élucubrations douloureuses de l’auteur. Les couleurs se résument à un bleu qui oscille entre la chaleur de la peau usée, au glacé d’un ciel meurtrier et à un rouge chaud de sang gelé. On ne peut pas forcément comprendre, saisir un scénario. Celui qui s’y emploie a tort et ne sait pas lire Bilal. La force de l’œuvre, c’est encore de transmettre un message par le biais de la retranscription la plus honnête et la plus fidèle de l’existence de ses personnages. La vie ne s’explique pas, son désastre s’analyse.
Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,603FansLike
151FollowersSuivre
49FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles