lundi 8 août 2022

Offrez-nous un café

Tian An Men 1989 nos vies brisées – la chronique d’espoir

couverture de "Tian An Man 1989 Nos vies Brisées" par Lu Zhang, Ameziane et Adrien Gombeaud chez Delcourt Seuil
Titre:
Tian An Men 1989 nos espoirs brisés
Auteur :
Lun Zhang, Adrien Gombeaud (scénario), Ameziane (dessin)
Éditeur :
Delcourt
Collection
: Seuil Delcourt
Année :
2019
Page
: 112

Résumé :

Lu
Zhang a vécu les revendications de la place Tian An Men à Pékin en
1989 qui ont fini en carnage. Aujourd’hui, sur une scène de théâtre,
il revient sur ces jours incroyables où l’espoir a côtoyé la mort.
Mais pour bien comprendre les enjeux des événements, il démarre
son récit dans les années soixante.

Mon
avis :

Le
scénario :

Lu
Zhang a travaillé avec Adrien Gombeaud pour construire ce récit,
témoignage d’un drame historique. En parcourant ces quasi deux mois
de manifestations, on comprend pleinement tout ce qui s’est joué
dans cette lutte pacifiste (en tout cas, du côté des étudiants
parce que du côté gouvernemental, c’était pas vraiment le cas).
Car il faut rappeler deux points importants sur lesquels le récit
insiste à juste titre. D’abord, les revendications consistaient en
une ouverture vers la démocratie, et non en un renversement du
gouvernement. Et ensuite, tout le combat des étudiants de Tian An
Men était pacifistes. Tout a été fait pour éviter la violence qui
aurait forcément appelé une réponse encore plus violente. 

 

Souvent,
on se rappelle de l’image de cet homme qui se dresse devant une
colonne de chars qui cessent leur avancée. La BD replace cette image
dans son contexte historique. A ce moment-là, la veille, l’armée
Chinoise avait déjà fondu sur les étudiants, tirant dans le tas,
et écrasant au char les plus récalcitrants, sans prévenir.
Au
travers de ce récit, c’est tout un espoir qui renaît, l’espoir de
réouvrir une page d’histoire que le gouvernement actuel cherche à
oublier, et même à effacer. L’espoir de faire redécouvrir le
combat non-violent mené par ces garçons et ces filles, par ces
jeunes âgés d’une vingtaine d’années, qui voulaient juste, au
départ, rendre hommage à un membre pro-ouverture décédé du
gouvernement.
L’occasion
aussi de rappeler le vent de liberté et d’ouverture qui a soufflé
sur la Chine dans les mois qui ont précédé le massacre de Tian An
Men et sans qui rien n’aurait été possible.
Et
bien sûr, le moyen de nous rappeler le courage de tous ces jeunes,
vivants à Pekin ou venus d’autres villes, d’autres campagnes, voire
de Hong Kong même, pour défendre une idée, une idée folle dont on
oublie que parfois elle peut coûter cher en sang et en horreur : la
démocratie.
Lu
Zhang fait partie des témoins chanceux qui ont réussi à s’en
sortir. Ils n’ont pas tous pu y arriver. Certains ont fait de la
prison, d’autres sont morts. Cette BD, c’est un moyen fort, émouvant,
simple, de leur rendre hommage et de ne pas oublier le sang de la
place Tian An Men. 

page de "Tian An Man 1989 Nos vies Brisées" par Lu Zhang, Ameziane et Adrien Gombeaud chez Delcourt Seuil

Le
dessin :

Ameziane
sort ses pinceaux pour mettre en image le témoignage de Lu Zhang. Le
récit démarre avec les biographies de plusieurs personnages
importants de la période, et après, Lu Zhang nous raconte les
faits. Les couleurs sont plutôt sombres. Seul le rouge dénote dans
la gamme chromatique choisie. Et l’on finit par comprendre rapidement
pourquoi. Mais ces tons ocres, tirant parfois vers le sépia, nous
ancrent bien dans une histoire passée.
Le
dessin réaliste fonctionne. Et bien que réaliste, il porte une
stylisation forte par l’emploi d’un noir contrasté. Le cadrage
laisse de l’espace pour de grandes cases et permet au dessin de
s’épanouir. Le récit en cinq actes se termine sur des photos de
documents de l’époque, une chronologie du vingtième siècle en
Chine et la postface aussi touchante que le récit de Lu Zhang.

Conclusion
:

Les
BD politiques, de documentaires, de reportages, se sont développées
ces dernières années. Mais des récits simples et poignants comme
« Tian An Men 1989 Nos vies brisées » est indispensable pour
toute personne qui tient à ne pas oublier les sacrifices de trop
nombreuses vies lors des événements tragiques de notre histoire.
Zéda
à Tian An Men.
"TIENS, AMENE !" Strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "Tian An Man 1989 Nos vies Brisées" par Lu Zhang, Ameziane et Adrien Gombeaud chez Delcourt Seuil
Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,598FansLike
149FollowersSuivre
49FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles