jeudi 18 août 2022

Offrez-nous un café

L’homme qui courait après sa chance, la chronique pressée

L’homme qui courait après sa chance, une BD au rythme effrénée

couverture de "L'HOMME QUI COURAIT APRES SA CHANCE" de Pozla chez Delcourt

Titre : L’Homme qui courait après sa chance
Auteur : Pozla (scénario et dessins)
Éditeur : Delcourt
Collection : Jeunesse
Année : 2020
Page : 32

Résumé d’un récit en état d’urgence:

Un homme souffre d’une malchance chronique. son seul espoir réside dans un sage, au loin, sur une montagne, qui pourra lui dire comment faire pour retrouver sa chance. Et notre héros se précipite dans un voyage ardu, émaillé de rencontres étonnantes, d’âmes en détresse qu’il va aider en plaidant leur cas au sage de la montagne. Que fera-t-il de la réponse tant recherchée ?

Scénario d’une histoire symbolique:

Pozla nous offre un conte jeunesse très touchant, qui a le mérite de faire réfléchir. Le récit est simple et avance rapidement. Le long périple du protagoniste et les rencontres qu’il fait montrent sa gentillesse. Après tout, rien ne l’oblige à rendre service aux gens qu’il croise, qu’il soit humain ou non. Mais il le fait. Le retournement de l’histoire reste étonnant et le choix du conte fonctionne parfaitement pour cette réflexion singulière qui fera tilt chez l’ensemble des lecteurs.
En fait, après quoi courons-nous toute notre vie ? Et sommes-nous capable de nous rendre compte que nous l’avons trouvé et de nous arrêter ? Rien n’est moins sûr. Il n’est jamais trop tard pour prendre conscience de ce problème. Et pour Pozla, il n’est jamais trop tôt. Et c’est pour cela qu’il a écrit et dessiné ce conte édifiant, qui peut être lu par les enfants, mais tout autant par les grands.   

page de "L'HOMME QUI COURAIT APRES SA CHANCE" de Pozla chez Delcourt

Le dessin tout en rondeur:

Le graphisme de Pozla joue beaucoup sur la rondeur, le seul contraste étant le tigre qui rappelle beaucoup plus des formes triangulaires. Mais sinon, personnages un peu ronds, même s’ils sont minces et élancés, décors foisonnants, végétation luxuriante ou montagnes arides, tout est chargé. En fait non, les décors chargés et amples s’équilibrent avec les cieux vastes et vides, ou légèrement couverts de quelques nuages.
Pozla fait un beau travail de couleurs dans ce récit aux cases sans contours, aux bords arrondis. L’eau violette qui reflète la lune éclairant un ciel verdâtre au-dessus d’une forêt aux teintes bleus nocturnes, avec les personnages oscillant rouge-rose est fascinante.Pozla utilise les dégradés pour créer des ombres, mais ne se prive pas d’un riche travail de hachures pour apporter volume à ses dessins. Même le vieux sage vous surprendra.
Les nuages traités un peu comme des aquarelles contrastent avec les décors à la pointe et colorés en nappes de couleur mêlées.
Sans oublier l’énergie qui se dégage du dessin, après tout, notre héros veut résoudre son problème et s’étire et se contorsionne dans tous les sens pour avancer et mener sa quête à bien.

Conclusion d’une BD qui fait réfléchir :  

Ce court récit nous fait prendre conscience de la vanité de certaines choses, et nous incite à se poser des questions essentielles sur le sens de notre vie. Ce conte a l’avantage et la force de s’adresser aux jeunes comme aux adultes. Narration rondement menée et dessin fouillé ajoutent au plaisir de la lecture.  

Zéda rencontre L’homme qui courait après sa chance.

"LOST CHANCE" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur  "L'HOMME QUI COURAIT APRES SA CHANCE" de Pozla chez Delcourt

David

Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,611FansLike
156FollowersSuivre
52FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles