Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur de Eric Corbeyran et Gwangjo aux éditions Des ronds dans l'O

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur de Eric Corbeyran et Gwangjo aux éditions Des ronds dans l'O
Titre : Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur
Scénario: Eric Corbeyran
Dessins: Gwangjo
Editions: Des Ronds dans l'O
Année : 2021
Nombre de pages : 130

Résumé de "Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur" de Eric Corbeyran et Gwangjo: 


Louis Levasseur est un écrivain médiocre n'ayant rien sorti depuis assez longtemps. Les relations avec son éditeur sont assez tendues.
Un soir comme un autre, en remettant de l'ordre dans les poubelles éventrées devant son immeuble, il tombe sur un journal intime d'une jeune femme.
Au prime abord il n'y prête peu d'attention, puis par curiosité se penche dessus. Cette jeune femme, prénommée Léa, souffre apparemment d'une "amnésie passagère".
Louis voit dans cette maladie un sujet de roman aux doux aromes de bestseller... 
Il va donc écrire son histoire et essayer de retrouver cette jeune femme. 
Mais son interprétation de ce cahier intime est-elle juste ? La réalité de l'histoire n'est-elle pas finalement tout autre ?

Mon avis sur "Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur" de Eric Corbeyran et Gwangjo:

Voilà encore un ouvrage bien engagé réédité par les éditions Des ronds dans l'O.
En effet, ce roman graphique a été initialement publié par les éditions Dargaud en 2010. 
Cependant le petit format en couverture souple à rabat des éditions Des ronds dans l'O est fort agréable à la lecture pour une bonne prise en main du livre.

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur de Eric Corbeyran et Gwangjo aux éditions Des ronds dans l'O page 3
Page 3 extraite de la BD


A la lecture du livre, j'ai été "rassuré" qu'il ne fût pas écrit par une femme tellement l'image de l'homme (en général) décrite dans ce récit est vilaine voire horrible.
Cela m'a rassuré dans le sens où tous les hommes ne sont probablement pas comme ceux détaillés par la suite, et que certains osent dénoncer les "non-dits" commis par des "abrutis"...
Nous avons donc :
D'une part cet écrivain manqué semblant un poil fainéant, profitant d'un coup de chance pour plagier un carnet intime. Et qui, par la même, viole ainsi l'intimité de cette jeune femme !
En lisant l'histoire cela peut paraître banal, mais en prenant de la distance, cela devient presque abjecte. 
Et le vice est poussé au point que ce Monsieur Levasseur va devenir obsédé par cette pauvre jeune femme et vouloir la retrouver sous prétexte de la remercier. 
En y repensant, il y a un véritable ego machiste obsessionnel dans cette démarche. Non content d'avoir presque tout volé à cette Léa, il souhaiterait en plus posséder l'être...
D'autre part il y a aussi ce Xavier Auger, ex-mari de Léa, propre sur lui aux allures d'un homme bien. 
Lui a commis des méfaits tout autre mais que nous ne découvrirons qu'en deuxième parti d'ouvrage.
Et là encore, l'homme ne brille évidemment pas. Il en devient même totalement condamnable !
Bref ces deux images masculines illustrent une violence ignoble autant morale que physique envers la femme. 
Ce récit dénonce admirablement bien ces faits atroces malheureusement encore trop d'actualité, et qui semblent être des banalités pour certains.
Ce prosaïsme est à l'image de l'histoire qui se développe avec cette simplicité d'une trame d'extrait de vie qui cache au lecteur les drames sous-jacents.
C'est du grand art scénaristique qui pousse le spectateur averti à une introspection et à un regard neuf. 
Une lecture donc en trois étapes : 
- La première partie est la découverte de Léa et de son problème
- La deuxième partie est la découverte de la réalité des faits, pour ainsi dire la version de Léa
- Et enfin la troisième partie non écrite où l'observateur réfléchit et finit par sortir de sa léthargie pour prendre conscience des tous les outrages !!
Ce scénario en devient donc admirable !

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur de Eric Corbeyran et Gwangjo aux éditions Des ronds dans l'O page 5
Page 5 extraite de la BD


Coté dessin, Gwangjo nous offre un superbe graphisme particulièrement réaliste.
C'est de toute beauté et la technique noir et blanc, probablement réalisé au fusain, s'accorde parfaitement avec le thème. 
Ce dessin nous conforte dans l'admiration, en restant passif, et nous propose de nous laisser porter par les évènements sans trop réagir. 
Il apporte sa petite rengaine comme si ce qui est illustré était normal. 
Bref on pourrait dire que ce dessin nous aveugle...
Les émotions, les détails, les perspectives, les nuances de gris, les estompes, les jeux d'ombres, etc.…, tout semble maitrisé presque à la perfection.
Les mises en scène sont évidemment variées mais surtout véritablement bien réfléchies pour ne montrer presque aucune violence, pour que quasiment tout passe par la narration...
Mais on sent évidemment que quelque chose cloche sous la perfection et c'est là tout l'art de la suggestion visuelle.
Ce travail graphique est des plus remarquable. Il est vraiment impressionnant.

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur de Eric Corbeyran et Gwangjo aux éditions Des ronds dans l'O page 4
Page 4 extraite de la BD


Ce livre est une œuvre engagée, un moyen comme un autre de lutter contre les violences faites aux femmes. 
Il nous alerte pour nous demander d'ouvrir l'œil et d'être intuitif, car sous des airs de tranquillité peuvent se cacher des tortionnaires et des victimes.

Ciao
Yann

Inscrivez-vous à notre Newsletter :

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog