Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Jungle Fantasy - Ivory : femme sauvage et sexy

Un monde où Hommes, dinosaures et créatures sauvages se côtoient. Un monde préhistorique où les femmes sont fortes et aventurières. Un monde où une mère ne laissera pas son fils aux griffes des animaux de la jungle.

Jungle Fantasy - Ivory aux éditions Tabou BD


Titre: Jungle Fantasy - Ivory
Auteurs: William A. Christensen (scénario), Mark Seifert (scénario), Doug Miers (scénario), Ron Adrian (dessin), Gabriel Andrade (dessin), Di Amorim (dessin), Richard Ortiz (dessin), Emiliano Urdinola (dessin), Alex Lei (encrage) et German Nobile (Couleur)
Éditeur: Tabou
Année: 2020
Nombre de pages: 160
Public averti

Welcome to the Jungle.

Ivory, femme de Chatar et récemment mère d’un petit garçon vit dans une grotte aux abords de la forêt.
Un matin Chatar part en balade, portant leur fils sur le dos. Mais la jungle est pleine de dangers et sur le chemin il se fait attaquer par un tigre à dents de sabre.
L’homme protègera son enfant au prix de sa vie, mais ce dernier sera emporté par un reptile volant.

Ivory, la belle blonde ne peut pas vivre en sachant son fils perdu dans la nature, à la merci des créatures sauvages. Elle part donc à sa recherche. Sa quête sera périlleuse, elle devra affronter les animaux de la jungle, éviter les dinosaures et faire attentions aux tribus humaines qui peuplent les alentours.

Parviendra t-elle à retrouver son fils? Aura t-il survécu? 
Jungle Fantasy - Ivory et sa famille

Ivory nouvelle héroïne de Jungle Fantasy.

Il y a quelques temps, nous avions présenté le comics érotique Jungle Fantasy Vixens mettant en scène Kit et Lanny.
Cette fois, c’est Ivory que nous allons suivre dans ce comics collectif réalisé par une dizaine d’artistes, sans compter les participations aux illustrations de la galerie de fin.
Ivory est une jeune femme, blonde, au physique de rêve. Elle vit dans le monde sauvage de Jungle Fantasy où les hommes côtoient les dinosaures et autres créatures sauvages.

Ce comics des éditions Tabou se partage en trois parties: deux chapitres de l’histoire suivis d’une galerie d’illustrations et de couvertures.

Jungle Fantasy - Ivory femme préhistorique

Ivory, une aventurière sexy et courageuse.

Dans le premier chapitre, intitulé “la quête”, un narrateur nous raconte l’histoire d’Ivory sur une trentaine de pages. Chaque page est une illustration correspondant à la situation décrite par le texte.
Cette partie correspond à la mise en place de l’histoire. Ivory perd son mari et part à la recherche de son fils. Ici elle traverse la jungle et affronte ses créatures, qu’elles soient aquatiques, terrestres ou volantes. Elle tombera aussi sur une tribu d’hommes et participera à un massacre.

Dans ce premier chapitre, Ivory est souvent mis en scène dans des situations sexy, où elle se retrouve les seins à l’air ou complètement nue. Il y aura assez peu de scènes sexuelles, trois “seulement” dans ce chapitre qui restera donc centré sur l’héroïne.

Ivory femme de la jungle.

Le deuxième chapitre intitulé “l’offrande” fait quant à lui une vingtaine de pages. Dans cet épisode, le comics revient en mode bande dessinée avec des cases et des bulles.
Ici, Ivory fera la rencontre d’une jeune femme, poursuivie par des hommes de son peuple. Très vite les deux seront faite prisonnière par ces hommes, vivant dans des huttes au sommet des arbres.

Cette fois l’héroïne devra donner de sa personne dans cet épisode où les scènes de sexe se font plus nombreuses.
Dans cette aventure, elle finira tout de même par se faire un allié. 
Remplacera t-il son mari perdu ? L’aidera t-il à retrouver son fils?

Une galerie bien garnie.

La moitié du comics est constitué de la galerie d’illustrations et de couvertures.
Nous compterons donc une douzaine d’illustrations, réalisées par différents artistes. Tout le reste sera dédié à des couvertures alternatives. Comme souvent dans cette édition comics des éditions Tabou, chaque couverture est déclinée en plusieurs versions, allant de la version “soft” où l’héroïne est habillée, jusqu’à parfois une version “hard” sexuelle et en passant par une version “nude” où Ivory se retrouve nue, dans des positions parfois sensuelles.

Jungle Fantasy - Ivory face aux créatures de la jungle

Mon avis sur Jungle Fantasy - Ivory

J’ai apprécié l’histoire du premier chapitre et moins le second.
Comme indiqué plus haut et en voyant la liste des auteurs, il s’agit d’un comics collectif. 
Je trouve assez étrange qu’il y ait trois scénaristes pour ce scénario final d’à peine une cinquantaine de pages. Certains dans le lot ont simplement dû donner des idées.
J’ai été déçu à la fin du second chapitre lorsque j’ai vu que c’était déjà terminé. L’histoire ne constitue que la moitié de l’ouvrage, je m’attendais à trouver un autre chapitre, surtout aux vues de la fin… un autre volume est-il prévu? (je ne sais pas).

Au niveau du dessin, j’ai trouvé la qualité des illustrations très aléatoire. Certaines illustrations sont top, d’autres, bien moins.
Dans le premier chapitre, chaque page est une illustration. Et on voit bien que chacune est réalisée par un dessinateur différent, en alternance. Ainsi, d’une page à l’autre on peut noter un changement de style graphique. On y perd parfois de la cohérence. Dans une page Ivory affronte un dinosaure à la peau grisâtre, l’image d’après, il se retrouve avec une crête sur la tête et la peau rouge et verte...
Tous les dessinateurs ne signent pas, pourtant les illustrations que j’ai le moins aimé sont toutes du même auteur, le seul qui a signé en gros toutes ses illustrations: Di Amorim.
Les illustrations que j’ai le plus apprécié sont celles de Richard Ortiz et Gabriel Andrade je pense.

Au générique, un seul coloriste est crédité. Si le style de dessin change, il y aurait au moins dû (ou pu) y avoir une cohérence dans la couleur, ou les ambiances. Mais on dirait que German Nobile a gardé cette cohérence par auteur, plutôt que sur l’ensemble du comics. En effet, on retrouve des tonalités, des teintes de couleur qui reviennent sur des illustrations qui semblent avoir été dessiné par un même auteur, mais diffèrent de l’un à l’autre.

Sinon c’est toujours un plaisir de retrouver les galeries d’images et couvertures en fin de volumes. On y découvre des styles différents, qu’on aime plus ou moins. On parvient parfois à reconnaître le graphismes de certains auteurs.

Vous aurez noté qu’il ne s’agit pas d’un comics à mettre entre toutes les mains. Outre l’héroïne qui se retrouve souvent nue, il contient des scènes de sexe et de la violence.
Au final, Jungle Fantasy - Ivory ne m’a pas convaincu, même si j’ai apprécié le premier chapitre. Et je suis sorti frustré de cette fin qui arrive très vite et ne conclut pas l’histoire, mais annonce une suite.



Inscrivez-vous à notre Newsletter :

Publier un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog